Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

42- QOC 98-2 Question de M. Pierre GABORIAU à M. le Préfet de police sur les problèmes liés à la prostitution avenue du Parc-des-Princes (16e).

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1998



M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - La question suivante de M. Pierre GABORIAU à M. le Préfet de police, concerne les problèmes liés à la prostitution avenue du Parc-des-Princes.
En voici la teneur :
" M. Pierre GABORIAU appelle l'attention de M. le Préfet de police sur les problèmes liés à la prostitution avenue du Parc-des-Princes (16e).
En effet, cette activité, qui se déroule sur le parking se trouvant juste en face de la sortie du stade du Fonds-des-Princes, est très choquante par le côté provocateur des prostituées pour les centaines de jeunes enfants et adolescents fréquentant chaque jour cet établissement, soit dans le cadre scolaire, soit dans le cadre de la vie associative sportive du 16e arrondissement.
M. Pierre GABORIAU souhaiterait connaître les mesures que compte prendre M. le Préfet de police pour remédier à ce problème. "
La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Le secteur de l'avenue de la Porte d'Auteuil, et notamment les abords du stade du Fonds-des-Princes, font l'objet d'une attention toute particulière de la part des services de police en raison des activités de prostitution qui s'y exercent.
Comme vous le savez, la législation en vigueur (art. R 625-8 du Code pénal) ne réprime pas la prostitution mais uniquement le racolage actif, dont les conditions de preuve sont particulièrement difficiles à apporter.
L'action des effectifs de police n'en demeure pas moins soutenue afin d'améliorer la physionomie générale de ce site.
Outre les surveillances effectuées par les fonctionnaires de la Direction de la Sécurité publique, les policiers de la 1ère Division de Police judiciaire, du commissariat local, appuyés par ceux de la Brigade de répression du proxénétisme, mènent de nombreuses opérations de contrôle aussi bien le jour que la nuit.
Un accent particulier est mis sur la répression du racolage actif et des exhibitions sexuelles, de même que sur la verbalisation pour stationnement illicite sur la voie publique des automobilistes " clients " et des prostituées utilisant des camionnettes.
Les surveillances et les contrôles exercés par la Brigade de répression du proxénétisme ont permis de maîtriser la prostitution aux abords du stade du Fonds des Princes, où seules deux ou trois femmes se livrent occasionnellement à cette activité, à bord de camionnettes.
L'action policière sera bien entendu poursuivie sur le secteur considéré afin de prévenir toute recrudescence de ces activités.