Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

76- QOC 98-11 Question de M. Jean-Pierre REVEAU, élu du Front national, à M. le Préfet de police sur la station de taxi qui occupe une partie de la place de la Bastille à proximité de la rue de la Roquette (11e).

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1998



M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - La question suivante de M. Jean-Pierre REVEAU à M. le Préfet de police concerne la station de taxi qui occupe une partie de la place de la Bastille à proximité de la rue de la Roquette (11e).
En voici les termes :
" Une partie de la place de la Bastille, jouxtant la rue de la Roquette (11e), est aménagée en station de taxis, ce qui oblige les piétons à se frayer un passage entre les véhicules partant ou arrivant.
Ce qui représentait une gêne se transforme en cauchemar pour les piétons. En effet, des motocyclistes garent leur machine sur le trottoir, circulant entre les piétons.
M. Jean-Pierre REVEAU demande à M. le Préfet de police de lui indiquer pourquoi ces infractions au Code de la route ne sont pas sanctionnées et de lui communiquer les instructions qu'il compte donner à ses services pour que ceux-ci interviennent efficacement. "
La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - La place de la Bastille a été réaménagée pour privilégier la circulation des piétons en élargissant les trottoirs pour former des parvis. De ce fait, pour maintenir la station de taxis, une piste a été aménagée sur le musoir situé entre le boulevard Richard-Lenoir et la rue de la Roquette où les taxis partagent cet espace avec les piétons. Cette situation, bien qu'inconfortable, ne présente pas de danger particulier.
S'agissant des deux roues, la réglementation en vigueur tolère leur présence sur les trottoirs s'ils ne gênent pas la progression des piétons.
Des consignes sont régulièrement données aux services de police pour veiller au respect de ces règles. Ainsi, 13.406 procès verbaux de contravention ont été dressés à l'encontre des conducteurs de deux roues sur la période comprise entre le 1er janvier et le 30 novembre 1997, dont 787 pour circulation sur les trottoirs.
L'aménagement d'un parc pour deux roues, en 1997, à l'angle de la rue de la Roquette, devrait permettre d'atténuer les difficultés signalées.
Toutefois, j'ai renouvelé les instructions aux services locaux de police pour qu'une attention particulière soit portée à ce point.