Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

41- I - Questions des groupes " Paris-Libertés " et " Rassemblement pour Paris ".

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1998



QOC 98-1 Question de M. Pierre GABORIAU à M. le Préfet de police concernant le stationnement illicite sur le parking, avenue du Parc-des-Princes face à l'entrée du stade du Fonds-des-Princes (16e).
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Nous commençons par les questions orales des groupes " Paris-Libertés " et " Rassemblement pour Paris ".
La première d'entre elles est posée par M. Pierre GABORIAU à M. le Préfet de police.
En voici le texte :
" M. Pierre GABORIAU attire l'attention de M. le Préfet de police sur le stationnement illicite que l'on peut constater quotidiennement sur le parking de 35 places situé avenue du Parc-des-Princes (16e), face à l'entrée du stade du Fonds-des-Princes.
En effet, lors de l'extension du stade Roland-Garros, les places, une trentaine environ, existant pour les sportifs dans le stade du Fonds-des-Princes, ont été supprimées et recréées juste à l'extérieur du stade.
Or, ces places sont en permanence occupées par des camions qui se garent dans le sens transversal, empêchant donc les voitures de se garer.
Parfois, d'autres camions laissent leur remorque en transversal.
M. Pierre GABORIAU souhaiterait connaître les mesures que M. le Préfet de police compte prendre pour que soit mis fin à cet état de fait anormal et très gênant pour le stationnement des utilisateurs du stade. "
La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Ce parking situé dans l'avenue de la Porte d'Auteuil près de la Porte de Boulogne est réservé aux sportifs et aux personnalités lors du tournoi international de Roland-Garros mais redevient public dès la fin de cette manifestation.
En l'absence de réglementation prescrivant le stationnement en épi, seul le stationnement prolongé de plus de 24 heures peut faire l'objet d'un procès-verbal de contravention.
Aussi, apparaît-il souhaitable de mettre en place des panneaux de signalisation adaptés en vue de remédier aux difficultés signalées.
Dans cette attente, les instructions nécessaires ont été données aux fonctionnaires de police afin qu'ils exercent une surveillance soutenue du parking et qu'ils procèdent à la verbalisation des infractions constatées.