Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

63- QOC 98-34 Question de Mme Maryse LE MOËL et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris relative à la Mission locale " Belliard ".

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1998



M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Maintenant, mes chers collègues, nous passons à la question de Mme Maryse LE MOËL et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris relative à la Mission locale Belliard.
Elle est ainsi libellée :
" Lors du rattachement de la Mission locale du 8e arrondissement à la Mission locale Belliard, M. le Maire de Paris s'était engagé à augmenter le nombre de conseillers en conséquence.
Force est de constater que son engagement n'a pas été tenu, puisque la Mission locale n'a toujours pas reçu les moyens nécessaires au recrutement d'un seul conseiller supplémentaire.
La rentrée de septembre s'est faite à moyens constants, ce qui signifie que tout l'effort lié à la charge de travail supplémentaire a porté entièrement sur le personnel en place.
La Mission locale Belliard a une responsabilité des plus importantes à Paris, étant donné l'étendue de son secteur et l'augmentation des problèmes à résoudre.
Aussi, Mme Maryse Le MOËL et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent-ils à M. le Maire de Paris quand il compte prendre la décision de respecter son engagement. En attendant, c'est le personnel qui s'épuise. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de Mme Nicole CATALA, adjoint.
Lors de la mise en place de la cinquième Mission locale, en 1997, l'Etat et la Mairie de Paris ont procédé à un redécoupage du réseau d'accueil des Missions locales en vue de répartir de façon plus équilibrée l'accueil des jeunes Parisiens.
Le budget des Missions locales est assuré par une subvention de l'Etat, qui est calculée selon le nombre de jeunes demandeurs d'emploi relevant de la Mission locale. Pour Belliard, cette subvention de fonctionnement, fixée à 1.370.000 F pour 1996, a été portée à 1.482.012 F puis 1.522.012 F pour l'année 1997.
Le Département de Paris verse une subvention annuelle de fonctionnement à même hauteur que celle de l'Etat. Il prend également à sa charge, seul, le loyer de la mission soit une subvention compensatrice de loyer de 392.000 F.
La Mission locale a effectivement sollicité des services de l'Etat l'affectation d'un poste de conseiller supplémentaire.
Cette demande doit être examinée lors de la détermination de la subvention annuelle allouée par l'Etat pour 1998.
Madame LE MOËL, vous avez la parole.
Mme Maryse LE MOËL. - C'est un constat mais cela ne résout pas le problème puisqu'à la dernière réunion du bureau de la Mission locale, nous avons été informés d'une augmentation de l'accueil de jeunes de 36 %. Si l'on trouve que ce n'est encore pas assez, ce n'est pas raisonnable. Ce manque empêche les services de pouvoir faire face à l'augmentation des problèmes et des effectifs de jeunes en grande difficulté sur le nord de Paris.
M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Merci, Madame LE MOËL.