Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

57- QOC 98-25 Question de MM. Pierre MANSAT, Henri MALBERG, Mme Martine DURLACH, M. Michel VION et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris relative à l'éventuelle présence d'amiante dans les locaux du collège Pierre-Mendès-France (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1998



M. Michel BULTÉ, adjoint, président. - Maintenant, nous allons examiner la question posée par Mme DURLACH, M. MANSAT, M. MALBERG, M. VION et les élus communistes à M. le Maire de Paris relative à l'éventuelle présence d'amiante dans les locaux du collège Pierre-Mendès-France dans le 20e arrondissement.
Elle est ainsi libellée :
" MM. Pierre MANSAT, Henri MALBERG, Mme Martine DURLACH, M. Michel VION et les membres du groupe communiste ont demandé, par lettre du 4 novembre 1997, à M. GOASGUEN de bien vouloir les informer des résultats de l'étude sur l'éventualité de présence d'amiante dans les locaux du collège Pierre-Mendès-France, 24, rue Le Vau (20e). Ils s'étonnent de n'avoir pas reçu de réponse.
Le Conseil d'administration du collège partage cet étonnement, d'autant qu'il a plusieurs fois formulé la même demande. L'Académie de Paris, questionnée à ce propos, a répondu que la Ville de Paris ne lui avait pas communiqué les résultats de cette étude.
On ne peut que s'étonner de cette absence de réponse aux élus et au Conseil d'administration du collège. Cette attitude soulève beaucoup d'interrogations sur le respect des questions légitimes soulevées par les instances représentatives.
Aussi, MM. Pierre MANSAT, Henri MALBERG, Mme Martine DURLACH, M. Michel VION et les membres du groupe communiste demandent-ils à M. le Maire de Paris de bien vouloir leur communiquer les résultats de l'étude et, si celle-ci se révèle négative, de rassurer immédiatement la communauté scolaire.
Dans l'hypothèse où la présence d'amiante serait confirmée, ils demandent également à M. le Maire de Paris de bien vouloir leur indiquer les mesures qu'il compte prendre pour la protection immédiate de la communauté scolaire et, à moyenne échéance, les travaux envisagés. "
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Claude GOASGUEN, adjoint.
Conformément au décret 96-97, les services municipaux ont fait procéder au recensement et au diagnostic des flocages et calorifugeages existants dans le collège Pierre-Mendès-France, susceptibles de contenir de l'amiante.
Le bureau de contrôle a procédé au prélèvement d'un échantillon dans la chaufferie. Après analyse, les résultats ont révélé l'absence de toute fibre d'amiante dans cet échantillon. Le bureau de contrôle conclut à l'absence de tout flocage et calorifugeage susceptible de contenir des fibres d'amiante dans les locaux visités.
Le Principal du collège sera prochainement destinataire de l'attestation.
M. Pierre MANSAT. - Il aura fallu poser une question au Conseil de Paris pour obtenir une information précise à une demande formulée depuis de nombreux mois, à la fois par le Conseil d'Administration de ce collègue et aussi par les élus. La question a été motivée par l'absence de réponse du maire en charge de ce dossier, M. GOASGUEN, alors que l'Académie de Paris a envoyé un courrier spécifiant qu'elle n'avait pas connaissance des résultats et qu'il fallait évidemment demander le résultat à la Ville. On peut donc être heureux de l'absence d'amiante, mais on imagine les délais s'il y en avait eu. La réponse prendrait le même temps et les mêmes chemins. Je crois qu'il faut que le maire en charge des affaires scolaires revoit sa copie sur son comportement dans ce type d'affaire et qu'à toutes interrogations, la réponse doit être immédiate et sans délai. Je vous remercie.