Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

32 - 1995, D. 1369- Subvention à l'association "Les scouts de France- Région d'Ile-de-France" (6e).

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 1995




M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Nous passons au projet référencé P. 1369 accordant une subvention à l'association "Les scouts de France".
Monsieur MALBERG, vous avez la parole.

M. Henri MALBERG.- Mesdames, Messieurs, Monsieur le Maire, il s'agit de l'attribution d'une subvention de 30.000 F à l'association "Les scouts de France" qui va de pair avec une subvention de l'Etat.
Nous nous opposons rarement à des subventions pour des associations, quelle que soit par ailleurs leur orientation- en l'occurrence les scouts -, mais il s'agit d'une subvention qui est étrangement justifiée puisqu'on nous dit qu'il s'agit de constituer un groupe de 80 personnes, dont 15 animateurs, dont l'activité se fera essentiellement dans le quartier Belleville.
Evidemment, il n'en a pas été dit un mot au conseil d'arrondissement du 20e, ce qui pose un problème- cela a dû être voté dans le 6e, où il y a le siège des scouts de France -, et il s'agit d'une décision, alors que la question de la Z.A.C. "Belleville" vient d'être résolue, comme vous le savez, par son abandon, alors que la mise en place d'un D.S.U. est en cours d'élaboration, et alors que, normalement, le travail préalable à la mise en oeuvre du contrat Etat-Ville devrait être commencé. Donc, on anticipe par la bande sur ce que sera dans le futur la situation dans l'ancienne Z.A.C. "Ramponeau-Belleville", et cela provoque pas mal d'émotion, d'autant plus que les associations de Belleville se demandent si l'on n'est pas en train de "manger" la contribution sociale que prévoit le contrat Ville-Etat sous la forme du D.S.U. en l'attribuant par avance à une activité qui, pour le moins, mériterait d'être discutée.
C'est vraiment une chose très, très mal engagée.
Donc, je vous le répète, il ne s'agit pas du principe d'une subvention aux scouts de France qui est en cause, mais en l'occurrence il est inacceptable que la Ville de Paris, avant même que tout se mette en place dans ce quartier, anticipe par une telle subvention et mette en route un mécanisme qui n'a pas lieu d'être. C'est lorsque se mettra en place la nouvelle situation de Belleville que l'on pourra voir si, parmi les mesures sociales d'accompagnement, il est nécessaire de développer une troupe scout.
Je tenais à bien préciser le sens de notre désaccord.
Nous votons contre ce projet.

(Applaudissements sur les bancs du groupe communiste).

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci, Monsieur.
La parole est à Mme BILLARD.

Mme Martine BILLARD.- L'intervention précédente me permettra de raccourcir ce que je voulais dire.
Pour les mêmes motifs, nous voterons contre.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci, Madame.
Monsieur CANE, vous avez la parole.

M. Dominique CANE, adjoint, au lieu et place de l'adjoint chargé de la jeunesse, au nom de la 4e Commission.- Je vous remercie, Monsieur le Maire.
Mes chers collègues, "Les scouts de France- Région d'Ile-de-France", comptent près de 4.000 jeunes adhérents, jeunes Parisiens. S'adaptant aux défis de notre temps, ces jeunes mettent en place les activités de scoutisme et des stages de formation. L'association souhaite ouvrir ses activités aux jeunes des quartiers défavorisés, à l'instar de l'opération "Camp pour tous" qui a permis en 1994 et en 1995 à près de 200 jeunes Parisiens de partir en vacances.
Cette volonté d'ouverture aux jeunes des quartiers défavorisés se manifeste également dans le projet de création de trois nouvelles troupes dans l'Est parisien et je ne peux que me réjouir de leur action généreuse.
L'objet de la présente subvention concerne la création d'une nouvelle troupe de 80 personnes, dont 15 animateurs, au sein du nouveau Développement social urbain Bas-Belleville.
La création de cette nouvelle troupe implique un coût important qui comporte, en sus du fonctionnement, un important investissement.
Ce projet a été retenu au titre des actions en faveur de la jeunesse, dans le cadre du contrat de ville. Une subvention de 30.000 F imputée à la ligne "fonctionnement des associations et mouvements de jeunesse" du budget de fonctionnement de la Direction de la jeunesse et des sports de la Ville de Paris vous est proposée. Cette subvention n'est pas prélevée sur les crédits de la Ville consacrés au développement social urbain, ce qui, je pense, Monsieur MALBERG, va vous rassurer.
Je vous demande, Monsieur le Maire, de faire adopter cette subvention en la mettant aux voix auprès de nos collègues.
Je vous remercie.

M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Merci, Monsieur CANE.
Je mets aux voix, à main levée, ce projet de délibération.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe socialiste s'étant abstenu et le groupe communiste, Mmes SILHOUETTE, SCHERER, BILLARD et M. BLET ayant voté contre. (1995, D. 1369).