Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

75- QOC 98-10 Question de M. Jean-Pierre REVEAU, élu du Front national, à M. le Préfet de police à propos de l'insécurité qui règne aux abords de la cité " Lemercier " (17e).

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1998



La question suivante de M. Jean-Pierre REVEAU à M. le Préfet de police est à propos de l'insécurité qui règne aux abords de la cité " Lemercier " (17e).
Elle est ainsi intutilée :
" Des riverains de la rue Lemercier (17e) se plaignent de l'insécurité régnant dans leur quartier, notamment aux abords de la cité Lemercier.
Selon certains témoignages, des résidants de cette voie privée organisent des soirées responsables de nuisances sonores. Les riverains dénoncent également le climat malsain qui règne aux alentours de la cité Lemercier : agressions, trafic de drogue.
M. Jean-Pierre REVEAU demande à M. le Préfet de police de lui indiquer les mesures qu'il compte prendre pour que ce quartier retrouve la sécurité et le calme. "
La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - A la suite de doléances de riverains de la rue et de la cité Lemercier dénonçant notamment un éventuel trafic de stupéfiants ainsi que des nuisances sonores, les services de la police judiciaire et de la sécurité publique ont été tout particulièrement sensibilisés à la situation de ce secteur du 17e arrondissement.
Les nombreuses surveillances menées tant de jour que de nuit n'ont néanmoins pas permis d'établir la réalité d'un trafic de stupéfiants, ni même la présence de toxicomanes sur ce secteur.
Il est vrai que certains jeunes se réunissent le soir, pour pratiquer le basket sur le terrain de sport récemment aménagé rue Hélène près de la rue Lemercier. Ces jeunes sont tous inconnus des services de police.
S'agissant du second point évoqué dans votre question, faisant état des nuisances sonores, il apparaît que le fonctionnement des débits de boissons et des restaurants implantés rue Lemercier, y compris celui d'une salle ouvrant sur la rue Lechapelais, ne génère pas de troubles à l'ordre et à la tranquillité publics.
En revanche, il apparaît qu'un désaccord existe depuis plusieurs années entre un riverain de la voie privée de la cité Lemercier et ses voisins. Les faits qu'il leur reproche n'ont cependant pas été constatés par les fonctionnaires de police qui se sont rendus à plusieurs reprises sur les lieux, sur appels de ce riverain.