Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Janvier 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

5- Observations sur l'ordre du jour.

Débat/ Conseil municipal/ Janvier 1998



M. LE MAIRE DE PARIS. - M. MALBERG a la parole.
M. Henri MALBERG. - Monsieur le Maire, Mesdames, Messieurs, tenant compte d'une situation assez exceptionnelle qui se développe, le groupe communiste propose une modification de l'ordre du jour de la réunion d'aujourd'hui.
Nous pensons qu'il est indispensable de prévoir dans la journée un moment pendant lequel les différents groupes pourraient s'exprimer et faire des propositions pour faire face au problème soulevé légitimement par le mouvement des chômeurs...
(Exclamations sur les bancs des groupes " Rassemblement pour Paris " et " Paris-Libertés ").
... Je vous en prie...
C'est à nos yeux indispensable et, en ce qui nous concerne...
M. Jean-Philippe HUBIN. - Qu'il s'adresse à ses copains du Gouvernement !
M. Henri MALBERG. - ... au groupe communiste, nous avons l'intention de faire des propositions concrètes et chiffrées pour le déblocage exceptionnel et immédiat de 30 millions de francs en faveur des chômeurs et pour une contribution de Paris à une relance de l'emploi.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Mon cher collègue, ma réponse est la suivante.
Nous sommes prêts à regarder de très près toutes les situations, cela va de soi, même si ce problème est de la compétence du Gouvernement, quel qu'il soit. Mais nous faisons beaucoup déjà, je ne sais pas si vous en êtes informé - et ce sera rapporté tout à l'heure - en faveur des chômeurs.
Voilà sur le fond.
Sur la forme, vous souhaitez que ce problème soit abordé. Je n'y vois que des avantages.
Il y a deux possibilités :
- soit dans le cadre des questions d'actualité, qui sont faites pour cela ;
- soit dans le cadre du débat d'orientation budgétaire, où tous les orateurs ont la possibilité de s'exprimer librement.
Vous avez donc satisfaction : le sujet pourra très librement et légitimement être abordé.
M. Henri MALBERG. - Nous utiliserons les deux possibilités.