Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2 - Condoléances.

Débat/ Conseil municipal/ Février 1997



M. LE MAIRE DE PARIS. - Mes chers collègues, le Conseil de Paris a appris avec beaucoup de tristesse et d'émotion le décès, survenu le samedi 25 janvier 1997, du Docteur Etienne ROYER de VERICOURT, ancien Conseiller général de la Seine et municipal de Paris, ancien Conseiller de Paris, ancien Président du Conseil de Paris.
(Les Conseillers se lèvent).
Né en 1905, docteur en médecine, chef de clinique de cardiologie à la Faculté de médecine, membre de la Société française de cardiologie, M. Etienne ROYER de VERICOURT participe à la Résistance au sein de l'organisation civile et militaire, ce qui lui vaudra la Croix de Guerre pour services exceptionnels de guerre et de résistance. Vice-président du comité local de libération du 7e arrondissement, il est maire-adjoint du 7e de 1944 à 1947.
Elu en 1947 conseiller municipal dans le 1er secteur, il sera constamment réélu jusqu'en 1977. Il exercera au sein des Assemblées parisiennes de nombreuses et importantes fonctions, notamment celles de vice-président du Conseil général de la Seine, vice-président du Conseil municipal de Paris et président du Conseil de Paris. Il siège également à la 5e Commission du Conseil municipal, puis exerce les fonctions notamment de vice-président de la 4e Commission et de rapporteur du budget de l'Assistance publique.
M. Etienne ROYER de VERICOURT sera également membre de la Commission mixte de la famille et de la population, secrétaire de la Commission mixte du travail et du chômage ou encore de la Commission de la jeunesse et des sports.
Membre du Conseil d'administration du District de la Région parisienne, il siège au Conseil régional d'Ile-de-France et préside l'Office municipal des sports.
Le Docteur Etienne ROYER de VERICOURT était Croix de Guerre 1939-1945, Officier de la Légion d'Honneur, Commandeur de l'Ordre national du Mérite.
Nous avions pu apprécier sur tous ces bancs la droiture de ce grand chrétien, qui citait volontiers comme source de son engagement politique Marc SANGNIER, Jacques MARITAIN et le Père TEILHARD de CHARDIN.
En mon nom personnel et au nom du Conseil de Paris, j'exprime à son épouse, à ses enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants, les condoléances émues de notre Assemblée.
(L'Assemblée, debout, observe une minute de silence).
Merci.