Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

27 - 1997, DVD 13 - Octroi de la garantie de la Ville de Paris pour le service des intérêts et l'amortissement de 3 emprunts à contracter par la Société anonyme d'économie mixte d'exploitation du stationnement de la Ville de Paris auprès de la Caisse des dépôts et consignations et de la banque " Scalbert Dupont " pour l'acquisition et la rénovation du parc de stationnement, 10-12, rue Jean-Baptiste-Pigalle (9e).

Débat/ Conseil municipal/ Février 1997



M. Alain DESTREM, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DVD 13 concernant l'acquisition et la rénovation d'un parc de stationnement rue Jean-Baptiste-Pigalle.
Madame SCHNEITER, vous avez la parole.
Mme Laure SCHNEITER. - Monsieur le Maire, la S.A.E.M.E.S. envisage le rachat du parc de stationnement 10-12, rue Jean-Baptiste-Pigalle, dans le 9e, et demande l'octroi de la garantie de la Ville pour ce faire.
Les écologistes indépendants se battent contre la circulation automobile envahissante et la prolifération des parcs de stationnement.
Comme il s'agit, en l'espèce, d'un parc ancien construit en 1960, je vous ferai la proposition suivante :
" Le parc sis 10-12, rue Jean-Baptiste-Pigalle, verra 80 % de ses places consacrées au stationnement résidentiel. Les 20 % restants seront libres d'accès.
En contrepartie, le Maire de Paris s'engage à une reconquête de la voirie en surface au bénéfice des piétons, des cyclistes et aussi des habitants de ce quartier à proximité de la gare Saint-Lazare " qui, vous en conviendrez, est l'un des plus congestionnés, bruyants et pollués de Paris.
Cette proposition qui va dans le sens de toutes vos déclarations sur le partage de la voirie, l'amélioration du cadre de vie des Parisiens, la lutte contre la pollution de l'air, aura, je l'espère, votre assentiment et celui de votre majorité.
Je dépose donc un amendement dans ce sens.
M. Alain DESTREM, adjoint, président. - Très bien.
L'amendement a été distribué.
Je donne la parole à M. PLASAIT.
M. Bernard PLASAIT, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
J'espère avoir la même efficacité que mon collègue LEGARET auprès de Mme SCHNEITER en essayant de la convaincre de retirer son voeu. Mais, auparavant, je voudrais profiter de cette question posée sur ce projet de délibération pour répondre à une question qui a été posée en 3e Commission par M. TUROMAN qui voulait savoir à qui la S.A.E.M.E.S. se proposait d'acquérir ce parc. Il s'agit de la Société civile immobilière " Trinité " qui est constituée en majorité d'un groupement d'assureurs dans lequel se trouvent notamment l'U.A.P., le G.A.N., les A.G.F.
Mme SCHNEITER a tout à fait raison de rappeler que la Ville s'est engagée, parce que c'est la politique du Maire, dans la reconquête de la surface au bénéfice en effet des bus, des piétons, des vélos, et c'est bien évidemment que ce nous ferons, notamment dans la périphérie de ce parking. Mais il est clair que ce n'est pas la vocation de la S.A.E.M.E.S. que de se livrer à ces aménagements.
En revanche, je lui confirme que nous avons bien cette politique et que nous prendrons tout le soin qu'il convient pour que nous récupérions le maximum de places en surface.
En ce qui concerne la première partie du voeu, ce qui soucie Mme SCHNEITER depuis longtemps, est la limitation du stationnement rotatif. Je voudrais lui dire tout simplement que son voeu est sans objet, car les projets de la S.A.E.M.E.S. consistent à maintenir une vocation mixte à ce parking, dans lequel il y aura des travaux de réhabilitation car, à l'heure actuelle, en réalité, ce parking ne remplit plus son office. Il y aura 850 places, 650 seront affectées à terme à des abonnés, 150 seront amodiées et 50 places seront affectées au rotatif, ce qui représente moins de 10 %.
Autrement dit, les projets de la S.A.E.M.E.S. vont au-delà du voeu de Mme SCHNEITER, et je lui demande, dans ces conditions, de bien vouloir retirer son voeu qui est sans objet, faute de quoi je proposerai son rejet.
M. Alain DESTREM, adjoint, président. - Madame SCHNEITER, vous avez compris la nouvelle répartition qui va au-delà de la proposition d'amendement ?
Retirez-vous votre amendement ?
Mme Laure SCHNEITER. - Je le maintiens !
M. Alain DESTREM, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition d'amendement de Mme SCHNEITER ?
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition d'amendement est repoussée à la majorité, le groupe communiste n'ayant pas pris part au vote, les groupes " Rassemblement pour Paris ", " Paris-Libertés " et M. REVEAU ayant voté contre.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 13.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe communiste, Mmes SCHNEITER, SILHOUETTE, BILLARD, SCHERER et M. BLET s'étant abstenus, M. REVEAU ayant voté contre. (1997, DVD 13).