Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, DASES 110 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de souscrire un avenant n° 1 à la convention pluriannuelle signée avec le Centre français de protection de l’enfance.

Débat/ Conseil général/ Mai 2006


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous examinons à présent le projet de délibération DASES 110 G, avenant n° 1 à la convention pluriannuelle signée avec le Centre français de protection de l?enfance.

Mme BAUD interroge Mme STIEVENARD.

Madame BAUD, vous avez la parole.

Mme Dominique BAUD. - Oui, Monsieur le Président.

Je ne vais pas interroger mais soutenir ce que fait le Centre français de protection de l?enfance. Je pense que Mme STIEVENARD me rejoindra complètement à ce sujet. Je veux aussi souligner l?importance que représente le soutien financier fixé par ces conventions entre le Département de Paris et le Centre français de protection de l?enfance. La protection de l?enfance est un sujet primordial pour l?avenir de notre société. Cette protection s?est en effet organisée comme le fait le Centre français de protection de l?enfance, le parrainage d?enfants en difficulté et, comme le fait une autre association qui est aussi aidée par le Département qui est l?association ?Parrains par 1.000?. C?est aussi le fonctionnement d?une crèche familiale, de club de prévention et d?un centre d?accueil et d?orientation. Ces parrainages, mis en place en accord avec les familles, permettent de combler les manques affectifs, éducatifs, par un accueil, un soutien scolaire, voire même un hébergement en cas de besoin.

De nombreux enfants ont pu ainsi en bénéficier en accord avec les familles soulagées par cette aide. Cette association permet aussi de canaliser de nombreux jeunes en difficulté scolaire, matérielles ou psychologiques. A titre de remède, voire de prévention, ce qui est encore mieux, elle permettrait certainement d?éviter tant de la délinquance que les tentatives de suicide. C?est pourquoi il est important que le Département de Paris continue de soutenir cette association à la hauteur de son engagement.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame BAUD.

Je crois que Mme STIEVENARD n?a rien à ajouter mais je lui donne tout de même la parole.

Mme Gisèle STIEVENARD, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Je voudrais remercier Mme BAUD de son soutien, car le C.F.P.E. a en effet une pratique très ancienne du parrainage. C?est une excellente chose, avec des relations construites sur le long terme. Il y a eu environ 70 parrainages en 2005, soit légèrement plus que les deux années précédentes. Nous sommes tout à fait satisfaits de cette collaboration que nous souhaitons même voir amplifiée. Il est évident que pour les jeunes suivis, c?est un apport tout à fait positif, qui évite parfois des solutions de placement qui sont beaucoup plus intrusives et qui ne doivent être décidées qu?à bon escient pour les enfants.

Si l?on pouvait étendre ces parrainages à des enfants plus grands ou à des mineurs isolés étrangers, par exemple, ou dans les centres maternels, auprès des enfants et des mamans, nous n?y verrions que des avantages.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame STIEVENARD.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 110 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, DASES 110 G).