Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

187 - 2003, DAC 117 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention annuelle d'objectifs avec l'association du Conservatoire municipal du 17e arrondissement en vue du versement d'une subvention exceptionnelle de fonctionnement. - Montant : 80.000 euros.Vœu déposé par Mme de PANAFIEU et les membres du groupe U.M.P. relatif à l'édification d'un nouveau conservatoire de musique du 17e

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2003


M. Christophe CARESCHE. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DAC 117 sur lequel le v?u référencé n° 29 dans le fascicule a été déposé par le groupe U.M.P.
Il s'agit d'une autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention annuelle d'objectifs avec l'association du Conservatoire municipal du 17e arrondissement en vue du versement d'une subvention exceptionnelle de fonctionnement d'un montant de 80.000 euros.
La parole est à Mme KUSTER qui représente Mme de PANAFIEU.
Mme Brigitte KUSTER. - C'est un v?u qui relaye un v?u voté en Conseil d'arrondissement à l'unanimité concernant le Conservatoire de musique de notre arrondissement.
Le 17e a la chance d'avoir un conservatoire situé au 29, avenue de Villiers, mais il est malheureusement trop exigu, inadapté, voire dangereux au niveau de la sécurité.
A la demande du maire du 17e, un nouvel équipement susceptible d'accueillir l'ensemble des activités du conservatoire selon les normes pédagogiques actuelles a été pris en compte par la Ville qui a inscrit à son budget les premiers crédits.
C'est pourquoi, après études, un seul terrain situé à l'angle du boulevard de Reims et de la rue de Courcelles nous apparaît comme étant le plus favorable. C'est le seul disponible dans cette partie de l'arrondissement.
Aussi, avec Françoise de PANAFIEU et les élus du groupe U.M.P., nous souhaiterions qu'une partie du terrain communal situé à l'angle du boulevard de Reims et de la rue de Courcelles soit dévolue à l'édification d'un nouveau conservatoire de musique, de danse et d'art dramatique afin de répondre aux attentes des habitants du 17e arrondissement.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
La parole est à M. TIBERI.
M. Jean TIBERI, maire du 5e arrondissement. - Merci de me donner la parole.
Je voulais simplement m'associer à ce v?u.
Mme Françoise de PANAFIEU est la mieux placée pour juger des intérêts légitimes des habitants du 17e et je trouve que c'est une excellente initiative. Je l'approuve.
Je voudrais simplement que, dans l'étude menée, on n'oublie pas et je suis persuadé que c'est le v?u des élus du 17e, l'engagement pris avec l'accord de tout le monde, à l'époque, de réserver une place importante pour des aménagements, des constructions pour le Consistoire israélite de Paris et le Consistoire central pour que ce soit compatible. Je ne doute pas que cela le soit. On peut à la fois faire un conservatoire et ne pas oublier le Consistoire de Paris et le Consistoire central.
(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - La parole est à M. GIRARD.
M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Je confirme à M. M. TIBERI le dernier point de son intervention.
M. le Maire de Paris m'a transmis à la fois la lettre que vous aviez écrite, celle qu'il a reçue de Mme de PANAFIEU et celle qu'il lui a envoyée. Là-dessus pas d'ambiguïté.
Le Maire souhaite absolument que soient respectés les engagements de ses prédécesseurs. C'est sa règle de Maire de Paris.
Mme de PANAFIEU et les élus de l'U.M.P. souhaitent, par ce v?u, que le terrain situé à l'angle du boulevard de Reims et de la rue de Courcelles soit dévolu à l'édification d'un nouveau conservatoire.
Dès ma prise de fonction, j'ai été alerté sur le caractère exigu de conservatoire du 17e, le plus petit conservatoire d'arrondissement, incapable notamment de répondre aux besoins dans le domaine de la danse et je recherche, depuis avec mes différents collègues, des solutions transitoires et pérennes à ce problème qui n'est pas sans danger pour la sécurité des enfants.
Je m'y suis rendu à deux reprises avec Mme Hélène FONT, Directrice des Affaires culturelles. Nous avons rencontré le directeur et le président du conservatoire, l'adjoint à la culture du 17e et Mme de PANAFIEU. Je tiens à souligner, d'ailleurs, que le problème d'exiguïté ne date pas de l'année 2001. Le conservatoire ne s'est pas réduit de façon immédiate et subite en mars 2001
Je dois toutefois rappeler qu'au début de l'année 2001, les élus de la précédente majorité, ainsi que le Maire de Paris, ont promis de réserver ce terrain, dans sa totalité, au consistoire israélite de Paris, d'une part, et au consistoire central, d'autre part.
Les élus du Conseil de Paris ont en effet voté le 29 janvier 2001 le principe d'une mise à disposition d'une parcelle communale de 1.677 mètres carrés au bénéfice du Consistoire israélite de Paris pour y réaliser un centre cultuel et culturel. Ce projet a reçu l'accord express du maire de 17e (lettre du 17 janvier 2001). Puis le Maire de Paris, M. Jean TIBERI, confirma auprès de M. Jean KAHN, président du Consistoire central mettre à la disposition l'autre moitié du terrain.
Le Maire de Paris et moi-même avons demandé aux services de la Ville d'examiner si la parcelle située à l'angle du boulevard de Reims et de la rue de Courcelles ne pouvait pas accueillir les trois projets, y compris celui du Consistoire. C'est actuellement l'hypothèse privilégiée et en discussion avec les deux Consistoires. Il semblerait que l'emprise totale de 3.600 mètres carrés soit compatible avec les projets que les Consistoires sont en train d'élaborer et celui de la Direction des Affaires culturelles concernant le conservatoire du 17e.
Vous avez bien voulu voter au budget 2003 des crédits d'étude pour envisager la réalisation à terme d'un nouveau conservatoire et j'ai bon espoir que ladite parcelle puisse l'accueillir.
Lorsque, avec Françoise de PANAFIEU, nous avons refait un échange sur ce dossier, nous avions vraiment, de part et d'autre, la conviction que la Ville et les services, en effet, pouvaient avancer rapidement sur ce dossier. Je crois que nous pourrons, là-dessus, en effet, satisfaire la demande et l'attente des parents et des élèves.
Je vous propose d'adopter le v?u déposé en l'amendant de la manière suivante :
"...Sous réserve de l'aboutissement des négociations actuellement engagées et de la recherche d'un accord avec les deux Consistoires qui ont reçu de la Ville de Paris l'engagement de l'attribution d'une partie de ce terrain".
Il ne s'agit pas, évidemment de les mettre en difficulté, mais de le faire dans l'esprit qui était celui de Jean TIBERI et celui, nouveau, de M. DELANOË.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Acceptez-vous le sous-amendement de bon sens et réunissant tout le monde ?
Mme Brigitte KUSTER. - Oui, les élus du 17e seront vigilants. C'est en accord et avec la vigilance de toutes les parties concernées.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Vous donnerez la formulation à la séance.
Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u amendée, déposée par Mme de PANAFIEU.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u est adoptée. (2003, V. 62).
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 117.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DAC 117).