Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

28 - VI - Question d'actualité de M. LE GARREC, au nom du groupe socialiste et radical de gauche, relative à l'interdiction de circulation et de stationnement des autocars de tourisme sur l'Ile de la Cité et l'Ile Saint-Louis

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2003


M. LE MAIRE DE PARIS. - On va passer à la question d'actualité de M. Alain LE GARREC.
M. Alain LE GARREC. - Merci, Monsieur le Maire.
Depuis le 5 avril dernier, sur l'initiative de la Ville et de la Préfecture de police, la circulation des autocars de tourisme sur l'Ile de la Cité et l'Ile Saint-Louis est interdite.
Les élus du groupe socialiste et radical de gauche se félicitent de cette décision attendue par les habitants de ce quartier qui souffraient des nuisances induites par le stationnement et la circulation de plusieurs centaines de cars qui traversent quotidiennement les îles.
D'ailleurs ils ont eu l'occasion d'exprimer leur satisfaction en fêtant l'entrée en vigueur de cette décision le jour même sur le pont Saint-Louis à l'initiative du conseil de quartier.
Néanmoins, à la lecture de quelques déclarations dont la presse s'est faite l'écho, cette décision même si celle-ci était assortie d'un dispositif de dessertes par voie fluviale, provoque l'inquiétude de plusieurs professionnels du tourisme et commerçants du quartier. Il faut noter, à cet égard, que l'évolution des chiffres du tourisme doit s'intégrer dans un contexte international provoquant une diminution globale de l'activité touristique, aucun site, y compris celui de Notre-Dame, n'échappant à cette évolution. De plus, il faut rappeler que seuls 20 % des touristes visitant Notre-Dame se déplacent en autocar.
Monsieur le Maire, nous connaissons votre volonté de soutenir et de promouvoir le tourisme dans la Capitale qui est, comme vous le rappelez dans votre dernier entretien au journal "Libération", l'une des activités qui rapportent le plus de richesses et d'emplois.
Aussi, nous vous demandons que se mette en place, sous l'autorité des adjoints compétents et du maire d'arrondissement, un suivi précis et régulier de ce nouveau dispositif, dont les effets réels ne sauraient être effectivement mesurés dans un délai aussi bref.
Enfin, nous vous demandons de réaffirmer la volonté forte de la Municipalité de donner à ce nouveau dispositif toutes les chances de sa réussite, tant il représente une avancée considérable trop longtemps attendue et aujourd'hui appréciée des riverains.
Je vous remercie.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup.
Je donne la parole à Jean-Bernard BROS. Jean-Bernard BROS et Denis BAUPIN travaillent ensemble.
M. Jean-Bernard BROS, adjoint. - Cher collègue, les élus de votre groupe se félicitent, et je vous en remercie, de cette décision qui était attendue depuis de nombreuses années par les habitants de ces quartiers qui souffraient des nombreuses nuisances induites par le stationnement et la circulation de plusieurs centaines de cars qui traversaient quotidiennement l'île.
Par ailleurs, vous faites allusion à des articles dans la presse faisant été de l'inquiétude de certains professionnels du transport de touristes. En contact permanent avec les acteurs du tourisme dans notre Ville, je connais les réticences de certains, toujours les mêmes, mais je tiens à réaffirmer ma volonté, à moi et à mon collègue Denis BAUPIN, de voir ce dispositif pérennisé. La question du transport des touristes par autocar doit être traitée dès maintenant. Le choix que nous avons fait va dans le sens d'un tourisme plus respectueux des habitants et c'est comme cela que ce secteur préparera le mieux son avenir.
C'est bien le choix d'un tourisme durable, respectueux du cadre de vie des habitants et viable économiquement que nous avons fait dans un secteur où le très court terme l'a trop souvent emporté sur l'intérêt général.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Monsieur BAUPIN, un mot ?
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Pour souligner que ce dispositif a pu être mis en place en collaboration active entre la Ville, la Préfecture de police, le Port autonome, les services de la Navigation et les navigateurs.
Ce dispositif monte en puissance. Aujourd'hui, les professionnels commencent à comprendre que ce système se met en place. Nous pensons que le service va progressivement monter en puissance sans avoir d'impact négatif sur la fréquentation de Notre-Dame. Il n'y en a pas actuellement.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci d'avoir signalé le rôle de la Préfecture de police. Il faut continuer à aider les opérateurs car il faut avoir à la fois un tourisme qui ne rend pas la vie impossible aux riverains et une ambition pour l'activité économique que représente le tourisme à Paris.
Nous y arriverons par ces voies-là.
Nous passons au Conseil général.