Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

42 - Vœu n° 8 présenté par Mme ANTIER, au nom du groupe U.M.P., relatif au versement de l'allocation Paris petit enfant aux enfants jusqu'à leur entrée à l'école

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2003


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous terminons la 6e Commission avec le voeu n° 8 déposé par les membres du groupe U.M.P., qui ne se rattache à aucun projet de délibération. Mme Edwige ANTIER était inscrite.
Madame RENSON, vous avez la parole.
Mme Cécile RENSON. - Je présente le v?u de Mme ANTIER.
Le Gouvernement, demain, lors de la conférence de la famille, va donner l'exemple de mesures fortes pour toutes les familles sans discrimination. Certes, les mesures de l'Etat s'arrêtent à 3 ans car dans la plupart des communes de France, les enfants trouvent tous une place à l'école à 3 ans, un tiers même avant leurs 3 ans, ce qui n'est pas le cas à Paris.
Aujourd'hui, il y a une vraie volonté de la part du Gouvernement d'ouvrir l'école à tous les trois ans en priorité et M. DARCOS s'y est engagé.
En attendant, chers collègues, depuis votre arrivée à la Mairie de Paris, vous faites des annonces pour l'intégration des 2 ans en maternelle, ce qui crée des attentes chez les parents et des besoins accrus en matière de personnel auxiliaire à la charge de la Mairie.
Nous nous honorerions donc d'aider prioritairement les familles dont les enfants de 3 ans ne trouvent pas encore de place à l'école.
Edwige ANTIER et les membres du groupe U.M.P. émettent le voeu que l'allocation "Paris-Petit enfant", attribuée par la Mairie de Paris, soit versée non pas seulement aux enfants jusqu'à 3 ans mais jusqu'à leur entrée en première année de maternelle.
Je vous remercie.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Madame TROSTIANSKY, vous avez la parole.
Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe. - Monsieur le Maire, je suis tout à fait intéressée par ce type d'intervention où l'on montre effectivement quels sont les efforts que ne fait pas le gouvernement par rapport à la scolarisation des enfants de 3 ans à Paris.
Bien sûr que les parents souhaiteraient que leurs enfants soient scolarisés pour ce qui concerne les trois ans, et en plus grande masse. Qu'est-ce qu'on fait ? Le budget baisse. Déjà, le taux de scolarisation à Paris n'était pas très élevé, il est en train de baiser pour les enfants de 3 ans.
Que fait le Gouvernement ? C'est une bonne question et j'espère que demain, au sein de la conférence de la famille, le Gouvernement donnera des éléments sur ce sujet.
(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, du Mouvement républicain et citoyen, communiste et "Les Verts").
Par rapport à l'allocation "Paris petit enfant", Mme ANTIER et vous-même, qui êtes l'interprète de Mme ANTIER, n'avez pas bien compris le principe de cette allocation "Paris petit enfant" qui est calée sur l'A.G.E.D., et pas l'inverse. Effectivement, on est dans le cadre des conditions de l'A.G.E.D. et si cela s'arrête à 3 ans, c'est parce qu'au niveau de l'A.G.E.D., cela fonctionne de cette manière. Les conditions d'attribution sont liées à ce cadre qui est prévu par le Gouvernement.
Vous parlez de la conférence de la famille et des grandes propositions ; on peut en discuter de ces propositions. Je peux vous dire qu'entre les promesses de campagne et ce qui est prévu dans les propositions qui vont être présentées demain, et les attentes des associations familiales, ces propositions sont très modestes. Je crois qu'il est judicieux d'attendre ces éléments demain avant d'être en décalage avec les nouveaux dispositifs.
Pour toutes ces raisons, j'émets un avis négatif sur ce voeu.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 8 déposée par le groupe U.M.P.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u n° 8 est repoussée.