Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

189 - 2003, DAC 152 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention annuelle d'objectifs liant la Ville de Paris et l'association "Maison du geste et de l'image - Centre de recherche et d'éducation artistique" (1er) en vue de l'attribution d'une subvention de fonctionnement. - Montant : 800.000 euros

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2003


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DAC 152 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention annuelle d'objectifs liant la Ville de Paris et l'association "Maison du geste et de l'image - Centre de recherche et d'éducation artistique" (1er) en vue de l'attribution d'une subvention de fonctionnement.
Mme MACÉ de LÉPINAY, vous avez la parole.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Je veux souligner qu'aujourd'hui est un grand jour. Pour une fois, Monsieur GIRARD, vous avez répondu à une de mes questions. Je vous remercie de la réponse faite concernant "Paris-Bibliothèque". J'ai bien compris qu'une évolution se profilait pour cette association. Mais pourquoi vous indigner que l'on puisse s'entretenir avec les acteurs de la vie culturelle ? Il me semble que j'ai le droit de téléphoner à qui je veux et je ne vois pas à quel titre vous pouvez contrôler mes appels téléphoniques !
Je me suis inscrite sur le projet de la Maison du geste et de l'image pour vous poser des questions. S'il vous plaît, ne soyez pas systématiquement agacé que l'on vous pose des questions et, s'il vous plaît, Monsieur le Maire, apportez-moi les éclaircissements que je vous demande.
La Maison du geste et de l'image fête cette année ses 20 ans. Depuis 1983, cette institution a développé avec imagination, inventivité et professionnalisme les actions pour lesquelles elle avait été fondée. Elle emploie 12 personnes et assure un revenu régulier à 70 intermittents du spectacle.
Encadrés par leurs professeurs de lettres ou d'arts plastiques, de nombreux élèves des lycées et collèges parisiens peuvent profiter au long de l'année de formations aux techniques de l'écriture, du théâtre, de la vidéo et de l'informatique appliquée aux arts. Ces formations permettent à beaucoup d'élèves de trouver des repères, de retrouver de l'intérêt aux disciplines plus classiques qui leur sont enseignées, de découvrir une orientation pour leur future vie professionnelle.
L'année dernière, 2.000 élèves ont bénéficié directement de cette action de fond de la Maison du geste et de l'image C'est peut-être peu quantitativement, mais c'est beaucoup quand on pense à tous les épanouissements que cela a permis.
La Maison du geste et de l'image ne s'est jamais assoupie et a toujours renouvelé les formations qu'elle proposait. Son Conseil d'administration a entrepris une réflexion pour réorienter l'action de la Maison. Celle-ci a en effet été pionnière à ses débuts et a toujours le souci de le rester.
Je regrette qu'au détour de la fiche de présentation on découvre que la convention qui sera proposée à l'association sera annuelle et non pluriannuelle.
Je souhaiterais connaître quelles sont les véritables intentions vis-à-vis de cette institution, certes "pointue", mais qui a un grand rayonnement à Paris, en France et à l'étranger.
Il faut, sur ce dossier, que vous soyez transparent et que l'action de la Maison du geste et de l'image ne disparaisse pas, soit pour des raisons de soi-disant rentabilité, soit, comme d'autres, d'une année à l'autre, par omission si je puis dire.
La Maison du geste et de l'image est une institution originale qui fait honneur à la Ville et a aidé de nombreux élèves tout en mobilisant de nombreux artistes et enseignants.
Je souhaite que ses nouveaux projets soient pris en compte par la Municipalité pour que nous soutenions ce laboratoire d'innovation pédagogique et culturelle.
Je vous remercie, Monsieur le Maire, de répondre à mes interrogations et de me dire quelle est la place que vous donnerez à la Maison du geste et de l'image dans votre politique culturelle.
(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Monsieur GIRARD, vous avez la parole.
M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Lorsqu'en début de mandature, en 2001, une rumeur avait circulé selon laquelle nous aurions (j'aurais) pensé que peut-être la M.G.I. n'avait plus toute sa raison d'être, etc., j'ai reçu Mme JUPPE-LEBLOND et je lui ai expliqué que, non seulement je connaissais bien son établissement, mais qu'elle y faisait un travail remarquable et que, comme elle le souhaitait, elle, il faudrait se poser la question des publics et de l'avenir de cet établissement. Mme JUPPE-LEBOND pense que les établissements culturels doivent évoluer et que ces établissements méritent le débat.
Donc, lorsque je me suis ému tout à l'heure, Madame MACÉ de LÉPINAY, que vous ayez pu téléphoner, je sais bien que vous avez un portable et que vous pouvez joindre qui vous voulez, je m'en f...
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Je n'ai pas de portable !
M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Eh bien, cela ne m'étonne pas !
(Rires).
Non, je retire ce que je viens de dire... C'est pour cela que je n'arrive jamais à vous avoir au téléphone ! Vous êtes injoignable, Madame MACÉ de LÉPINAY !
(Rires).
Donc, dans le débat de la 9e Commission, j'ai voulu partager avec vous, qui avez été à ma place précédemment, la question des publics, par exemple de la M.G.I., mais d'autres établissements également.
Mais lorsque vous dites à Mme JUPPE-LEBLOND que vous me prêtez, semble-t-il, des intentions assez décidées, elle est troublée et elle me le fait savoir. Donc, moi, cela me trouble que vous fassiez cela comme ça, parce que je vous imaginais beaucoup plus prudente. C'est tout.
Je pense...
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Bon. Je pense que vous aurez l'occasion de régler ce genre de problème...
M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Ecoutez, lors de prochains débats avec Mme MACÉ de LÉPINAY, je pense que nous pourrons, en effet...
M. François LEBEL, maire du 8e arrondissement. - Débats, pas ébats !
M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Débats, j'ai dit débats !
Je réponds maintenant techniquement à la question.
La Maison du geste et de l'image assure en 2002-2003 la continuité des ateliers réalisés dans les établissements scolaires (du collège au lycée). Environ 70 ateliers sont programmés autour d'un travail sur le théâtre, la vidéo, la photographie et le multimédia. Ces travaux s'effectuent en partenariat avec lycées et collèges parisiens et sont présentés chaque année lors des rencontres de la M.G.I. qui auront lieu, pour 2003, les 5, 6 et 7 mai prochain à la M.G.I. et les 16, 17 et 18 mai à l'Espace Pierre-Cardin.
Parallèlement à ces ateliers, la M.G.I. propose des journées de formation à l'I.U.F.M. (Institut universitaire de formation des maîtres).
La M.G.I. a également cherché à développer pour cette année scolaire la relation entre les enfants de ses ateliers et des auteurs confirmés. Ces derniers, invités à suivre particulièrement un atelier de leur choix sur l'année, à être "en résidence" au sein d'une classe, d'un groupe d'élèves, écriront leur perception des situations vécues.
Le programme des activités 2003-2004 n'est pas encore arrêté à ce jour. La M.G.I. après vingt ans d'existence procède actuellement à un état des lieux sur l'ensemble de ses activités de manière à produire un nouveau projet associatif en matière d'éducation culturelle et artistique. Le Conseil d'administration en date du 12 novembre habilite la Présidente à signer une convention d'objectifs avec la Ville.
Donc, je remercie et félicite Mme JUPPE-LEBOND de prendre l'initiative de ne pas laisser son établissement sur une situation figée et reconduite mais de poser le débat des publics et des activités culturelles de cet établissement que la Ville soutient à un niveau financier important.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 152.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2003, DAC 152).