Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

209 - Vœu n° 41 déposé par le groupe U.M.P. relatif à la création de pistes cyclables boulevard Exelmans, dans le 16e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2003


Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Maintenant, Madame BALDINI, vous avez la parole pour nous présenter le v?u n° 41.
Mme Véronique BALDINI. - J'espère que M. BAUPIN comprendra mieux mon argumentation.
L'avantage procuré par la création d'une piste cyclable sur le boulevard Exelmans ne justifie pas ses effets néfastes sur la circulation.
En effet, elle sera créée au détriment du trafic automobile et conduira à la suppression d'une centaine de places de stationnement au moins.
Il en résultera une augmentation de la pollution à cause des embouteillages et un cadre de vie fortement détérioré pour les riverains, déjà extrêmement pénalisés par les nuisances du stade du Parc-des-Princes.
N'en déplaise à vous, Monsieur le Maire, les Parisiens ne sont pas Hollandais et encore moins Chinois...
(Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste et radical de gauche).
Afin d'encourager l'utilisation du vélo, il conviendrait peut-être d'encourager le développement du vélo-loisir ; c'était d'ailleurs la ligne évoquée par "Monsieur Vélo" lors de sa visite dans le 16e arrondissement, durant laquelle il avait été sensible à nos observations quant à l'utilité de cette piste.
On s'enferme actuellement dans une politique incantatoire qui voudrait qu'en créant une piste, les vélos viennent. La Ville crée des aménagements sans se soucier du besoin réel et, en définitive, de l'utilité procurée. Il en résulte des pistes cyclables désespérément vides même plusieurs années après leur création et des conditions de circulation et de stationnement fortement dégradées. Nous savons de quoi nous parlons puisqu'une piste a été créée devant la mairie du 16è sur laquelle on ne voit pratiquement jamais aucun cycliste !
Le boulevard Exelmans reste aujourd'hui une voie de desserte et de transit très importante dont l'organisation permet un bon écoulement de la circulation. La création de la piste cyclable va provoquer des perturbations qui n'existent pas encore. Combien de Parisiens vont donc immédiatement voir leur cadre de vie se détériorer ? En retour, quelle sera la fréquentation de la piste et combien de cyclistes y trouveront une réelle amélioration ?
Il ne suffit pas de vouloir donner des gages aux associations de cyclistes en mettant en avant le nombre de kilomètres de pistes aménagés en une année. Cette démarche est purement quantitative et n'a aucun sens, puisque les usagers n'utilisent pas les itinéraires ainsi créés. Il conviendrait que la Ville adopte une vision plus qualitative et en rapport avec la réalité de la demande des Parisiens en matière d'itinéraires cyclables.
En conséquence, nous vous proposons, au nom du groupe U.M.P., que soit voté le v?u que la piste cyclable du boulevard Exelmans ne soit pas menée à bien.
Merci, Monsieur BAUPIN.
(Applaudissements sur les bancs du groupe U.M.P.).
Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Monsieur BAUPIN, vous avez la parole.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Je ne sais pas si le 16e arrondissement a vocation à devenir un arrondissement sans cyclistes et sans pistes cyclables, c'est l'un des seuls en tout cas dans lesquels, visiblement, le maire de l'arrondissement résiste à toutes les Municipalités successives !
En effet, je dois vous rappeler, là aussi, que cette piste cyclable n'est pas le résultat de nos fantasmes, comme vous semblez le penser, mais que des décisions ont été prises lors de la mandature précédente qui n'avaient déjà pas été mises en ?uvre à cette époque. Mais je trouve que c'est un bon projet que celui de M. TIBERI d'essayer de commencer à donner de la place au vélo, et donc, aujourd'hui, oui, nous assumons le fait de donner un tout petit peu plus de place au vélo, au détriment du trafic automobile.
Je crois que personne ne peut nier - et d'ailleurs la Ville de Paris avait adopté le Plan de déplacements urbains d'Ile-de-France en son temps - qu'il y a aujourd'hui des problèmes liés à la pression de la circulation automobile dans la Capitale comme dans l'agglomération parisienne.
Je ne redirai pas ce que j'ai indiqué hier soir en ce qui concerne la dernière étude d'AIRPARIF démontrant que 60 % de nos concitoyens en Ile-de-France vivent dans des zones sur-polluées. Donc, réduire la circulation automobile et donner plus de place au vélo, c'est un choix que nous faisons en toute conscience.
Je ne suis pas sûr qu'il faille dire que donner de la place au vélo, c'est transformer les Parisiens en Hollandais ou en Chinois. Je me souviens de certaines époques où les Parisiens utilisaient beaucoup le vélo... Certes, depuis, ils sont passés à la voiture et c'est vrai qu'il est plus facile d'appuyer sur la pédale de la voiture que de pédaler dans la ville sur un vélo, mais, de fait, demandez leur avis aux asthmatiques, aux jeunes enfants, aux personnes âgées qui subissent les conséquences de la pollution, je pense qu'à un moment ou à un autre un rééquilibrage est nécessaire.
Donc, nous assumons pleinement cette décision.
Je voudrais vous mettre en garde, par contre, sur le fait d'essayer d'instrumentaliser tel ou tel fonctionnaire de la Ville. Je l'avais dit en 3è commission, le v?u déposé à l'époque citait même "Monsieur Vélo" (M. MARCHAL), qui est donc un des fonctionnaires de la Ville. Il n'est plus cité maintenant dans le v?u, mais vous venez encore de faire appel à lui en le citant dans votre argumentation.
Alors, de deux choses l'une : ou bien on permet à un fonctionnaire de la Ville de venir s'exprimer devant le Conseil de Paris pour donner son réel sentiment sur tel ou tel aménagement, ou bien je pense que, les uns les autres, nous ne devrions pas nous permettre d'interpréter les propos de tel ou tel fonctionnaire.
Merci.
Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Merci.
M. Jean DESESSARD. - Votez le plan MARSHALL pour le vélo !
Melle Sandrine MAZETIER, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 41 déposée par le groupe U.M.P.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u n° 41 est repoussée.