Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

5 - 2002, DAEE 6 G - Financement des missions locales parisiennes

Débat/ Conseil général/ Mars 2002


M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DAEE 6 G concernant le financement des missions locales parisiennes.
Il y a deux orateurs inscrits : M. BARIANI et M. BOHBOT.
Je donne d'abord la parole à M. BARIANI.
M. Didier BARIANI. - Merci, Monsieur le Président.
C'est une intervention qui sera très brève. Le financement des cinq missions locales parisiennes est assuré conjointement par le Département de Paris, l'Etat et la Région Ile-de-France. Créer une annexe à la mission locale "Paris-Est" exige, bien naturellement, l'octroi de subventions d'investissement et de fonctionnement.
Le Département de Paris envisage de créer une subvention supplémentaire afin de couvrir les besoins de trésorerie induits par l'ouverture de cette structure.
Simplement, le groupe U.D.F. aimerait être certain de l'engagement de l'Etat d'une part, de la Région d'autre part, car rien dans ce projet n'en démontre actuellement la réalité.
Merci, Monsieur le Président.
M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur BARIANI.
Je donne la parole à M. BOHBOT.
M. Jack-Yves BOHBOT. - Merci, Monsieur le Président.
Je serai bref. S'agissant de la mission locale "Paris-Centre" dont les moyens financiers seront plus importants puisque nous aurons à financer l'espace public numérique, j'aimerais, Monsieur le Président, que vous m'expliquiez si dans l'exposé des motifs où il est fait allusion au projet d'ouvrir dans les locaux de la rue de Charonne un équipement de cyber-emploi, effectivement ce projet ne subordonne pas l'idée que le cyber-emploi de la rue de Bretagne ne soit transféré.
J'ai abordé cette question à deux reprises : une fois le 11 juin 2001 et une deuxième fois à travers une question d'actualité le 24 septembre 2001. A chaque fois, vous m'avez répondu que ce cyber-emploi fonctionnait dans d'excellentes conditions, que la fréquentation augmentait d'année en année et que vous étiez attaché à ce qu'il reste dans ce quartier de la rue de Bretagne où vous vous êtes rendu à plusieurs reprises.
Je souhaiterais saisir l'occasion de ce vote pour que vous me rassuriez et que vous me réaffirmiez à nouveau que le cyber-emploi ne sera pas déplacé de son emplacement actuel rue de Bretagne.
Merci, Monsieur le Président.
M. Christian SAUTTER, président, au nom de la 2e Commission. - Merci, Monsieur BOHBOT.
Je vais donc répondre aux deux questions précises qui ont été formulées par M. BARIANI et par M. BOHBOT, après avoir souligné très rapidement le rôle tout à fait essentiel que jouent les missions locales à Paris pour aider les jeunes de 16 à 25 ans à régler leurs problèmes : problème d'emploi, mais souvent aussi problème de logement, problème de santé, problème d'insertion. Nous avons de l'ambition pour les missions locales à Paris.
M. BARIANI m'interroge sur l'extension de la mission locale "Paris-Est", dans le 20e. Je crois qu'il est important de dire qu'il est essentiel que, dans un arrondissement où le taux de chômage est malheureusement assez élevé, notamment le chômage des jeunes, il y ait une possibilité d'accueil de proximité des jeunes. C'est pourquoi, avec le plein accord du maire du 20e, il a été décidé qu'on installerait une antenne de la mission locale "Paris-Est" dans le quartier Saint-Blaise, au c?ur du 20e arrondissement, et plus précisément 60, rue de Vitruve.
La Ville de Paris fait l'effort initial nécessaire, mais pour répondre à M. BARIANI, nous essaierons de faire en sorte que, comme pour les autres missions locales, cette antenne de la mission locale "Paris-Est" dans le 20e soit soutenue par l'Etat et par la Région.
M. BOHBOT m'interroge sur l'existence du cyber-emploi Bretagne. C'est vrai qu'il vous est proposé dans la délibération d'accroître la dotation à la Mission locale "Paris-Centre", pour que le "cyber emploi-jeune" puisse devenir le premier espace public numérique de Paris. Et il faut remercier Danièle AUFFRAY de son dynamisme en la matière.
Nous sommes en discussion avec le maire du 3e arrondissement qui souhaiterait que les locaux de la rue de Bretagne où sont installés et le "cyber emploi-jeune" d'une part et ce premier espace public numérique, d'autre part puissent être, si je puis dire, consacrés à l'avenir à une maison des associations dans le 3e arrondissement.
Je peux vous dire pour vous rassurer complètement que le "cyber emploi-jeune" sera pris en charge par la Mission locale "Paris-Centre" dans le 11e arrondissement. De toute façon nous veillerons à ce que les habitants du 3e arrondissement, et notamment les jeunes habitants du 3e arrondissement, puissent continuer, selon des modalités à définir, à bénéficier d'un "cyber emploi-jeune" et d'un premier espace public numérique. Donc les intérêts, les besoins des habitants du 3e arrondissement, quelle que soit la solution retenue, seront évidemment pris en charge.
Je mets maintenant aux voix, à main levée, le projet de délibération DAEE 6 G.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DAEE 6 G).