Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2007, DDEE 11 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de conclure avec l’association “Réseau 2000” une convention concernant la mise en oeuvre du projet Digital Pathway Paris Program relatif à l’insertion professionnelle de jeunes en difficulté majoritairement domiciliés en quartiers “politique de la ville”.

Débat/ Conseil général/ Février 2007


 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DDEE 11 G relatif à la signature d?une convention avec l?association ?Réseau 2000?.

Madame DUBARRY, vous avez la parole.

Mme Véronique DUBARRY. - Je vais assez peu parler de l?association concernée par cette délibération car elle a eu la chance de voir toutes les bonnes fées se pencher sur son berceau et elle n?a pas besoin de soutien.

Je voudrais vous parler d?une autre action que, peut-être, nous n?évoquerons jamais devant ce Conseil, ce qui me poserait un véritable problème puisque je m?exprime en ce moment en tant que Présidente de la Commission locale d?Insertion du 10e arrondissement qui a en charge la mise en place du Plan local d?Insertion du 10e arrondissement.

Nous avons, en 2006, accompagné une action qui s?est adressée à plus d?une quarantaine de personnes, de femmes majoritairement, et qui avait pour but de travailler sur la revalorisation de l?estime de soi. Ce n?est pas un projet professionnalisant, c?est une passerelle, c?est une étape dans un parcours dont ces femmes ont besoin parce que dans leur chemin de vie elles sont bien trop éloignées de l?emploi pour même seulement envisager les démarches nécessaires à une recherche d?emploi ou à une éventuelle création d?entreprise.

Ces femmes ont donc suivi six sessions qui ont eu lieu dans le 10e arrondissement, dans différents lieux, y compris à la Mairie. Et les résultats, puisque nous avons maintenant une évaluation quantitative de ces ateliers, sont extrêmement intéressants.

Je vous les donne : 62 % d?entre elles ont trouvé un emploi ; 11 % ont trouvé une formation adaptée à leurs besoins et à leurs envies ; 13 % sont en suivi social avec des cours de français puisque nombre d?entre elles avaient de grandes difficultés pour s?exprimer en français ; 13 % sont en train d?élaborer un projet professionnel.

Ces résultats sont non seulement intéressants, mais aussi extrêmement encourageants. C?est la raison pour laquelle, après une présentation devant la Commission locale d?Insertion réunie dans son ensemble, nous avons souhaité reconduire cette opération pour 2007. Cette opération a eu lieu en 2006 grâce à des crédits F.S.L. L?association ne disposera pas de ces crédits pour 2007. Nous avons donc sollicité la D.A.S.E.S.

Il semblerait - et j?espère que le conditionnel que j?utilise est justifié - que le projet ait rencontré quelques difficultés et que les crédits soient suspendus ou en tout cas très inférieurs à ce que l?association demande.

J?insiste ici, comme je l?ai déjà fait par courrier auprès de vous, pour que ce projet soit non seulement reconduit, mais aussi élargi au public masculin (c?est l?un des points qui nous paraissaient importants) et à un plus grand nombre de personnes.

Nous souhaitons vraiment, dans le 10e arrondissement, que ce projet soit renouvelé pour 2007 et je souhaitais intervenir ici pour attirer votre attention et solliciter votre aide et votre soutien.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - M. Christian SAUTTER va vous répondre.

M. Christian SAUTTER, vice-président, au nom de la 2e Commission. - Madame DUBARRY, votre intervention me permet de saluer, au nom de Mme Gisèle STIEVENARD, de Mme Mylène STAMBOULI et de moi-même, les élus qui se dévouent et consacrent beaucoup de temps à aider les Parisiennes et les Parisiens à sortir de l?exclusion. Je vois de nombreux présidents et présidentes de missions locales ; je vois la présidente du Plan local Insertion Emploi 18/19 ; je vois des présidents ou des présidentes de Commissions locales d?Insertion. C?est énormément de travail qui est tout à fait indispensable pour accomplir une tâche de proximité, une tâche sur mesure car chaque personne, chaque homme, chaque femme, chaque jeune, est un cas particulier qui ne peut pas se régler par décret.

Cela demande donc beaucoup d?attention. Au-delà de tout le tissu associatif, au-delà des services publics de proximité que le Département et la Commune déploient sur le terrain, je voulais donc saluer les élus.

Deuxième idée, il n?y a pas d?antagonisme entre l?accompagnement social et l?accompagnement professionnel. C?est-àdire que des personnes sont dans une telle difficulté personnelle qu?elles ne sont pas en capacité de retravailler immédiatement. Elles ont donc besoin d?un accompagnement social comme celui que vous avez si bien décrit.

Et pour rassurer ceux qui craindraient que l?économisme gagne trop la Municipalité ou le Département, dans les crédits du Plan départemental d?Insertion les deux tiers sont consacrés à l?accompagnement social et le dernier tiers à l?accompagnement professionnel.

Quant à la question sur une association qui fonctionne bien, je crois que Mme Gisèle STIEVENARD et moi-même avons déjà été alertés et je rends hommage à votre pugnacité et à votre conviction. Nous allons regarder cela de près.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 11 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2007, DDEE 11 G).