Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

130 - QOC 2000-368 Question de M. Alain DUMAIT, élu indépendant, à M. le Maire de Paris à propos des plans de situation mis à la disposition des Parisiens

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2000


Libellé de la question :
Un certain nombre de panneaux publicitaires mis en place dans le cadre du Contrat liant la Ville à l'entreprise DECAUX comportent, sur une face, un espace publicitaire et, au verso, un plan d'orientation portant sur 1 ou 2 arrondissements.
M. Alain DUMAIT suggère à M. le Maire de Paris que la mention "plan au dos de ce panneau", par exemple, soit systématiquement apposée du côté de l'affiche publicitaire, en bas du mobilier concerné, ce qui n'est présentement pas toujours le cas.
Réponse (M. Claude-Gérard MARCUS, adjoint) :
"Dans le cadre du contrat de concession liant la Ville de Paris à la société "DECAUX" pour le mobilier urbain publicitaire et d'information, le type de mobilier dit "MUPI Forum" comporte bien une face qui peut recevoir un plan de quartier.
La version précédente de ce mobilier permet effectivement d'apposer, sur son pied central qui est suffisamment large pour ce faire, la mention d'un plan ou d'informations au dos. Cela est fait de manière systématique sur cette ancienne version des "MUPI Forum".
Cependant, cette version est progressivement remplacée par un nouveau modèle, agréé par la Commission municipale du mobilier urbain. Or, ce nouveau modèle, qui repose sur un poteau latéral rond et beaucoup plus fin, ne permet plus, matériellement, de faire figurer une mention visible.
Il convient de souligner que ce nouveau modèle, en raison de sa forme, de ses matériaux et de ses couleurs, s'intègre bien mieux dans le paysage urbain et est plus résistant aux différentes causes de salissure. La part des plans ou informations municipales reste la même. Leur présence sur les "MUPI" est désormais bien connue des Parisiens et l'absence de mention ne paraît pas constituer une gêne pour ces derniers."