Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

33 - 2000, PJEV 43 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres pour la transformation des routes fermées à la circulation en chemins forestiers dans le bois de Vincennes (12e)

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2000


M. Dominique CANE, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous passons au projet de délibération PJEV 43 relatif à un appel d'offres pour la transformation des routes fermées à la circulation en chemins forestiers dans le bois de Vincennes.
Je donne la parole au premier orateur inscrit, Mme BILLARD.
Mme Martine BILLARD, élue "Les Verts". - Merci, Monsieur le Maire.
Ce projet de délibération nous propose de réduire un peu la place de la voiture dans le bois de Vincennes. Enfin ! pourrait-on dire. Mais pourquoi ne pas être plus volontariste ?
Nous héritons en fait d'une situation qui n'est pas prévue, générée par les conséquences de la tempête qui fait qu'il y a une possibilité de "profiter" un peu de la situation (excusez-moi l'expression) pour vraiment redonner à ce bois de Vincennes une réalité de bois et non plus d'un axe constamment traversé par les automobiles.
Un certain nombre de routes ont dû effectivement être fermées et c'est donc le bon moment pour réfléchir à la réorganisation de la circulation dans le bois :
Rompre la situation actuelle qui fait de ce bois de Vincennes un espace de transit quotidien entre l'Est parisien et Paris.
Plusieurs dizaines de milliers de voitures et de camions l'empruntent quotidiennement, un certain nombre d'axes connaissent un fort trafic, la vitesse est souvent excessive sur ces axes : 80 kilomètres voire 100 kilomètres/heure. Il existe un problème très important de traversée de ces axes pour les piétons et les vélos d'autant que, souvent, il n'y a pas de feu tricolore.
Il est donc très possible, aujourd'hui, de faire le choix de retrouver la vocation qui devrait être celle d'un bois, c'est-à-dire un lieu de promenade et de détente. C'est pourquoi nous vous invitons vraiment à aller beaucoup plus loin et à supprimer au maximum tout trafic de transit, en conservant uniquement le trafic des transports en commun et la mise en place, que les "Verts" proposent, de navettes non polluantes qui permettraient aux Parisiens de se rendre dans le bois notamment les week-ends ou les jours de vacances scolaires.
Nous vous demandons de ne pas rouvrir les voies fermées depuis la tempête c'est-à-dire la route de la Tourelle, l'avenue des Minimes, la route des Sabotiers, de limiter la place de l'automobile par la fermeture de ces routes, de fermer la route de ceinture du lac Daumesnil et de réaliser à la place une piste vélo-roller qui ferait le tour du lac et qui ferait, je pense, très plaisir à l'ensemble des Parisiens qui fréquentent ce bois, qui permettrait de rendre les berges du lac à l'ensemble des promeneurs, peut-être pas encore de s'y plonger !
Parallèlement, pour que tous les Parisiens puissent y avoir accès, il faut améliorer l'offre des transports en commun en terme, soit en renforçant les lignes de bus actuelles, soit en prévoyant d'autres navettes.
Les "Verts" vous invitent donc à ce choix politique. C'est le bon moment. Il est possible de le faire, que les Parisiens l'acceptent, qu'ils en soient contents.
Je crois donc que ce serait vraiment très dommage de rater cette occasion alors qu'elle nous est offerte et qu'elle risque, ensuite, de ne pas se représenter avant beaucoup d'années.
M. Dominique CANE, adjoint, président. - Merci, Madame BILLARD.
Je donne la parole à Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Monsieur le Maire, lentement, très lentement le réseau des routes du bois de Vincennes est réduit. En quarante ans, seuls 33 kilomètres ont été regagnés au bénéfice des piétons. Aujourd'hui, vous nous proposez la démolition de quelques centaines de mètres linéaires. C'est du grignotage, bien loin de la nécessaire réduction de la place de l'automobile, notamment dans les bois de Paris.
Pourtant vous nous indiquez que "ces dispositions s'inscrivent dans l'objectif du développement des promenades forestières, qui est l'un des axes majeurs de la réflexion en cours sur un Schéma directeur des bois, rendu d'autant plus nécessaire par la tempête du 26 décembre 1999".
Cette tempête a entraîné la fermeture de la quasi-totalité des routes qui traversent le bois de Vincennes dévasté. Cette situation exceptionnelle n'a pas eu que des inconvénients. Au lendemain de la tempête, riverains et parisiens semblaient enchantés d'explorer le bois de Vincennes, certes encombré de nombreux arbres couchés à terre, mais aussi délivré de la pollution automobile. Les arrêtés leur interdisant l'accès au bois ont été purement et simplement ignorés. Piétons, rollers et cyclistes ont envahi les grandes avenues !
Début janvier, le Mouvement écologiste indépendant vous a proposé de tirer la leçon de cette expérience involontaire et d'interdire dorénavant la circulation automobile dans le bois de Vincennes tous les dimanches. Cette idée a, depuis, été reprise et a recueilli un très vif intérêt de la part des maires des communes limitrophes.
La circulation devra être maintenue sur la route de la Pyramide et l'avenue Daumesnil, afin d'éviter un trop important report sur les rues des communes voisines.
Bien sûr, les autobus devront garder leur itinéraire habituel.
La tempête qui nous a frappés, avant-goût du changement climatique, pourrait être ainsi, pour les habitants de l'Est parisien, l'occasion d'un début de leur réappropriation du bois de Vincennes.
M. Dominique CANE, adjoint, président. - Merci, Madame SCHNEITER.
Je donne, pour répondre aux intervenants, la parole à Mme Suzanne DECRESSAC-DESPUJOLS.
Mme Suzanne DECRESSAC-DESPUJOLS, au nom de la 4e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.
Je vais répondre à Mme BILLARD et à Mme SCHNEITER.
Effectivement, la Ville de Paris conduit, depuis plusieurs dizaines d'années, une politique de reconquête des massifs forestiers et de limitation de la circulation automobile dans les bois de Boulogne et de Vincennes. Un schéma directeur des bois est en cours d'élaboration depuis plusieurs années, travail qui rassemble toutes les directions.
La tempête du 26 décembre 1999 a particulièrement attiré l'attention du public sur ces questions. Il est effectivement temps de profiter de l'occasion de la fermeture temporaire des routes, liée à la tempête, pour fermer définitivement certaines voies.
Il faut tout de même constater que les bois constituent des axes de circulation importants et que la fréquentation automobile ne pourra être diminuée que grâce au développement de transports en commun adaptés.
M. le Maire a constitué des commissions de concertation qui rassemblent l'ensemble des élus concernés, maires de communes et arrondissements riverains, et l'ensemble des services compétents.
La Commission du bois de Vincennes se réunira le 5 juin prochain. Elle a pour objectif d'analyser la situation et les propositions actuelles. Sa réflexion sera étoffée par la cellule de restauration sylvicole et forestière créée au sein de la Direction des Parcs et Jardins et Espaces verts de la Ville à la suite de la tempête du 26 décembre.
J'espère, Madame BILLARD, que ma réponse vous convient. Sinon, je suis à votre entière disposition pour vous apporter des renseignements complémentaires et vous recevoir, quand vous le voudrez, dans mon bureau.
M. Dominique CANE, adjoint, président. - Merci, ma chère collègue.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération PJEV 43.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, PJEV 43).