Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

94 - QOC 2000-305 Question de M. Alain LHOSTIS et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris sur l'arrêt de la construction de logements sociaux rue des Récollets (10e)

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2000


Libellé de la question :
"L'achèvement de l'agrandissement du jardin et la réalisation de 30 logements sociaux pour le personnel de l'A.P.-H.P. avait été décidés avec l'accord unanime des élus du 10e arrondissement, après des années d'action de la population.
M. le Maire de Paris a ainsi décidé, sans concertation aucune avec les élus de l'arrondissement, de stopper ces travaux. Aucun vote du Conseil du 10e arrondissement, ni du Conseil de Paris ne valide pourtant cette décision.
Celle-ci est très mal ressentie par les personnels des hôpitaux Lariboisière, Fernand-Widal et Saint-Louis, dont le métier amène souvent à vivre des horaires difficiles. Ce sont plus de 300 demandeurs de logement que l'on peut recenser parmi les personnels de ces 3 établissements hospitaliers.
M. Alain LHOSTIS et les membres du groupe communiste rappellent que le 10e arrondissement, avec 8,64 % de logements sociaux, est l'un des arrondissements les moins pourvus en logement social.
Ils veulent également revenir sur les gâchis financiers répétés résultant de mauvaises décisions de la Mairie de Paris concernant le jardin Villemin.
De nombreuses opérations spéculatives ont déjà été abandonnées grâce à la mobilisation de milliers de riverains. A chaque fois, la Ville de Paris a dédommagé les opérateurs.
En conséquence, M. Alain LHOSTIS et les membres du groupe communiste demandent que la transparence soit enfin faite. Ils chiffrent à plusieurs centaines de millions de francs les sommes gâchées. Qu'en est-il, par exemple, de la dette de 100 millions de la SINVIM à l'A.P.-H.P. ?
M. Alain LHOSTIS et les membres du groupe communiste demandent que l'agrandissement décidé du jardin Villemin et les 30 logements sociaux pour les infirmières et les assistantes sociales soient réalisés sans délai, conformément à la décision unanime du Conseil du 10e arrondissement, confirmée au Conseil de Paris."
Réponse (M. Michel BULTÉ, adjoint) :
"La SINVIM a été chargée par l'Assistance publique de réaliser une opération de construction d'une trentaine d'appartements destinés au logement du personnel de l'A.P., sur un terrain d'environ 760 mètres carrés, situé 4-6, rue des Récollets, en continuité du square Villemin.
Malheureusement, ce projet n'a pas recueilli localement le minimum d'adhésion de la part des riverains, que la Municipalité estime indispensable dans le cadre de la politique d'urbanisme qu'elle conduit à Paris.
En conséquence, la Ville de Paris a demandé à la SINVIM et à l'Assistance publique de ne pas poursuivre les travaux liés au programme de construction et j'ai proposé à l'Assistance publique d'envisager de lui vendre le terrain en cause à la Ville de Paris pour agrandir le square.
Cette acquisition pourrait prendre la forme d'un échange foncier, selon les modalités qui ont déjà été mises en ?uvre dans le passé entre la Ville et l'Assistance publique, le terrain apporté par la Ville devant être choisi en raison de sa capacité à accueillir un programme de logements conforme aux attentes de l'établissement.
Dans cette perspective, des recherches ont été effectuées pour trouver un terrain de substitution convenant à l'Assistance publique. Malheureusement, aucun site rapidement disponible n'a pu être dégagé dans le 10e arrondissement, ni à proximité immédiate.
En revanche, l'Assistance publique s'est montrée a priori intéressée par l'affectation d'une partie du terrain d'Aquaboulevard dans le 15e arrondissement, dont la Ville est susceptible de reprendre la disposition. Un projet de délibération en ce sens est soumis à l'approbation de notre Assemblée, au cours de la présente séance. Il vous demande notamment d'autoriser l'engagement de négociations avec l'Assistance publique, en vue d'un échange entre tout ou partie de ce terrain et celui de la rue des Récollets.
Il est rappelé aux auteurs de la question, à toutes fins utiles, que cette nouvelle extension du jardin permettra de donner à celui-ci un débouché sur la rue des Récollets et portera sa surface à près de 19.000 mètres carrés."