Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

125 - QOC 2000-332 Question de M. Jean-Pierre REVEAU, élu du Front national, à M. le Maire de Paris relative à la passerelle Solférino

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2000


Libellé de la question :
"M. Jean-Pierre REVEAU demande à M. le Maire de Paris la date à laquelle les Parisiens et les touristes pourront emprunter la passerelle "Solférino", terminée depuis 5 mois et toujours fermée au public."
Réponse (M. Bernard PLASAIT, adjoint) :
"Selon la convention passée le 11 mars 1988, entre l'Etat et la Ville de Paris relative au transfert à la Ville de Paris des ponts sur la Seine appartenant à l'Etat, le Ministère de l'Equipement, du Logement, des Transports et du Tourisme a fait procéder à la reconstruction de la passerelle de Solférino en confiant un mandat de maîtrise d'ouvrage à l'Etablissement public de maîtrise d'ouvrage des travaux culturels (E.P.M.O.T.C.). Cet ouvrage ne sera remis à la Ville que lorsque les travaux auront été réceptionnés.
La visite de sécurité effectuée sur l'ouvrage, début décembre 1999, à la demande de l'Etat (Direction des Routes) a mis en évidence que le platelage en bois était glissant lorsqu'il était humide, situation potentiellement dangereuse pour les usagers.
En outre, il apparaît que la stabilité latérale de la passerelle n'est pas assurée, des mouvements oscillatoires ayant été constatés lors de l'inauguration officielle le 15 décembre 1999.
Cette situation a conduit le Préfet de police et les services de l'Etat à fermer la passerelle aux piétons.
Parallèlement, M le Maire de Paris a saisi M le Ministre de l'Equipement, du Logement, des Transports et du Tourisme, afin que ses services fassent diligenter un audit technique sur la glissance du platelage.
L'E.P.M.O.T.C. (maître d'ouvrage) et le maître d'?uvre ont recherché des solutions pour résoudre ces problèmes de façon à assurer le confort et la sécurité des piétons. Il a été proposé la pose d'un revêtement anti-dérapant pour constituer 2 cheminements sécurisés sur la passerelle. Cette solution va être mise en ?uvre par l'E.P.M.O.T.C.
S'agissant des phénomènes oscillatoires, les résultats des études et essais lancés par les services de l'Etat n'ont pas à ce jour été portés à la connaissance de la Ville de Paris.
En tout état de cause, tant que l'Etat n'aura pas aplani ces difficultés et que la sécurité des usagers ne sera pas garantie avec une absolue certitude, l'ouvrage ne pourra pas être ouvert au public. Le Maire de Paris ne peut, comme le demande l'auteur de la question, indiquer une date d'ouverture au public aussi longtemps que les problèmes de sécurité n'auront pas été résolus et que l'ouvrage n'aura pas été remis à la Ville. Le rôle des services municipaux consistera, avant la remise d'ouvrage, à vérifier qu'il ne présente aucun danger pour la sécurité publique."