Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

129 - QOC 2000-336 Question de M. Jean-Pierre REVEAU, élu du Front national, à M. le Préfet de police concernant le plan "Vigipirate"

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2000


Libellé de la question :
"Le barriérage mis en place par le plan "Vigipirate" ôte au stationnement un important linéaire de trottoirs. En cas d'attentat à l'explosif, les victimes et dégâts occasionnés seraient identiques, qu'il y ait ou non présence des barrières.
M. Jean-Pierre REVEAU demande à M. le Préfet de police s'il envisage donc de réduire au strict minimum ces dispositifs qui ne causent en réalité de gêne qu'aux seuls Parisiens, sans pour autant améliorer la sécurité des sites concernés."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Décrété par le Gouvernement le 8 septembre 1995, à la suite de plusieurs attentats à Paris et en province, le plan "Vigipirate" est toujours en vigueur aujourd'hui.
C'est dans ce cadre que des périmètres de sécurité ont été mis en place aux abords immédiats des établissements scolaires et des crèches de la Capitale.
Cependant, plusieurs mesures d'allègement ont été progressivement définies dans le cadre de réunions organisées par les commissaires d'arrondissement, en concertation étroite avec les services de la Mairie de Paris et du Rectorat, avec les maires d'arrondissement et les chefs d'établissement.
C'est ainsi que la situation se traduit, actuellement, par la neutralisation, en moyenne, de 8 à 10 places de stationnement face aux entrées et aux sorties des écoles et des crèches.
Par conséquent, on peut estimer que ce sont 7.000 places de stationnement qui ont ainsi été neutralisées sur les 240.000 que compte la Capitale, en surface, soit, moins de 3 % du parc total de la voirie parisienne.
Sur de nombreux sites, des élargissements de trottoirs ont été réalisés par la Direction de la Voirie et des Déplacements de la Mairie de Paris afin de donner un caractère définitif aux mesures de sécurité mises en oeuvre dans le cadre du plan "Vigipirate".
En outre, de nombreux emplacements de stationnement réservés à certaines catégories d'usagers, tels que des zones de livraisons, des aires réservées aux personnes handicapées ou encore des places permettant le stationnement des véhicules à deux roues, ont été aménagés en amont et en aval des élargissements de trottoirs, loin des accès empruntés par les élèves.
S'agissant de l'efficacité de ce dispositif en cas d'attentat, je puis vous indiquer que le périmètre de sécurité ainsi créé face aux accès des établissements scolaires, sur une distance de 30 à 50 mètres, en moyenne, a pour conséquence de limiter l'impact d'une éventuelle explosion aux effets les moins graves tel l'effet de souffle.
Ces mesures évitent, par ailleurs, que d'autres véhicules, qui seraient touchés par l'explosion, ne provoquent les mêmes dégâts en explosant à leur tour devant l'entrée des établissements scolaires.
Ce sont, en particulier, ces impératifs de sécurité qui ont conduit les services de la Mairie de Paris à procéder aux aménagements de la voie publique, qui demeurent d'une réelle utilité pour le public parisien."