Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

67 - QOC 2000-322 Question de M. Claude GOASGUEN à M. le Préfet de police relative à l'augmentation du nombre de prostituées dans certaines rues proches du bois de Boulogne, notamment boulevard Murat (16e)

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2000


Libellé de la question :
"Lors de la séance du Conseil de Paris, en date du 26 avril dernier, M. Claude GOASGUEN interrogeait à nouveau M. le Préfet de police sur l'augmentation du nombre de prostituées dans certaines rues proches du bois de Boulogne et notamment boulevard Murat (16e).
La situation est aujourd'hui loin d'être réglée. Des prostituées, originaires des pays de l'Est, se sont désormais installées - y compris durant les offices - devant le parvis de l'église Sainte-Jeanne-de-Chantal, porte de Saint-Cloud.
Cette situation touche également les écoles du secteur, depuis le lycée "La Fontaine" jusqu'à la porte de Saint-Cloud.
M. Claude GOASGUEN signale ces faits à M. le Préfet de police et lui demande à nouveau quelles mesures il compte prendre pour lutter contre ce phénomène."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Ainsi que je vous l'indiquais lors de mon intervention à cette tribune en avril dernier, l'abrogation de l'arrêté d'interdiction de la circulation des véhicules et des piétons dans certaines voies du bois de Boulogne, intervenue le 2 février 2000, a entraîné le retour des prostituées vers leurs lieux habituels d'implantation.
Les surveillances effectuées sur les secteurs des boulevards Murat, Lannes et Suchet ont permis de recenser une quinzaine de prostituées, majoritairement issues des Balkans.
Les opérations régulièrement menées en soirée permettent de procéder au contrôle de leur situation administrative et, le cas échéant, de les diriger vers le service spécialisé de la Préfecture de police chargé du suivi des dossiers des étrangers en France.
Dans le cadre de leurs surveillances et de leurs rondes, les effectifs de police locaux suivent avec une attention toute particulière la physionomie du secteur de l'église Sainte-Jeanne-de-Chantal, ainsi que les abords du lycée La Fontaine.
Selon les déclarations mêmes du proviseur de cet établissement scolaire, une diminution très sensible de ces activités a été constatée sur le site.
Bien entendu, je puis vous assurer que les effectifs de police demeurent particulièrement vigilants quant à la physionomie du secteur que vous avez signalé."