Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

27 - 2000, DAUC 115 - Autorisation à M. le Maire de Paris de consentir le dépôt par la Préfecture de police d'une demande de permis de démolir et d'une demande de permis de construire en vue de la restructuration du poste de la Compagnie des sapeurs-pompiers situé 6, place Violet (15e)

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2000


M. Dominique CANE, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DAUC 115 concernant une demande de permis de démolir et d'une demande de permis de construire en vue de la restructuration du poste de la Compagnie des sapeurs-pompiers situé 6, place Violet, dans le 15e arrondissement.
La parole est à Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Monsieur le Maire, il est malheureux que la Ville de Paris ait pratiquement sacrifié tout le capital architectural du 15e arrondissement.
Cet arrondissement qui, s'il avait été restauré et rénové intelligemment, aurait fait concurrence à Montmartre, a vu presque tous les témoignages de son passé détruits bêtement et sans discernement.
L'on se consolerait un peu si ce saccage avait servi à offrir plus de logements aux Parisiens, mais il n'en est rien. La population est à peu près stable depuis 30 ans, beaucoup d'appartements sont plus confortables, mais ne sont ni plus grands, ni plus nombreux qu'après la guerre ; la liste d'attente pour des logements sociaux est toujours aussi longue !
Le Château Violet et son parc, qui est un très bel exemple d'architecture néo-palladienne de la fin du XVIIIe siècle, a été transformé, hélas, en caserne de pompiers. Ce qui reste du parc est un square avec de beaux arbres, mais réduit à la portion congrue.
Alors que le château a fait l'objet d'une procédure de classement à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques, il est entouré par toutes sortes de bâtiments et caché à l'?il des passants et promeneurs du square. Quel gâchis ! Il est également caché par une sorte de pavillon adossé à un haut mur qui le sépare du square.
Ce pavillon d'habitation, construit en 1988, va-t-il être détruit ou non ? Rien ne sert de pratiquer une ouverture dans le square, qui permettrait, du jardin, d'admirer le château, si ce pavillon n'est pas abattu.
Quant au bâtiment principal qui longe la place Violet, vous ne conservez que la façade, mais vous le désossez entièrement pour gagner de la place à l'intérieur.
Vous prévoyez également la destruction des bâtiment en fond de cour et la construction de deux pavillons qui occuperont plus de place au sol, alors que cette cour est déjà bourrée et que la façade du château Violet, de ce côté, est littéralement noyée dans les constructions.
Il n'y a aucun plan consultable à l'Hôtel-de-Ville sur cette restructuration si bien qu'on ne sait pas où vous allez construire la tour d'exercice ; ce n'est pas sérieux. Que ferez-vous de celle qui existe déjà ?
Enfin, j'aimerais savoir ce que vous entendez par "la mise aux normes des cuisines" du château Violet.
Je m'abstiendrai sur ce projet à cause de tant d'imprécisions.
Ce que je regrette surtout, même si vous n'en êtes pas responsable, c'est que lorsque M. VIOLET a légué son château à la Ville de Paris, elle n'ait pas fait meilleur usage de ce don. Imaginez que le château ait été conservé avec son parc, quel endroit de promenade exceptionnel il aurait représenté pour les habitants. Il aurait été le petit "Bagatelle" du 15e arrondissement ; l'intérieur du château aurait pu servir à des expositions de qualité ou à toute autre activité, moins destructrice pour ces bâtiments qu'une caserne de pompiers !
M. Dominique CANE, adjoint, président. - M. Philippe GOUJON a la parole pour répondre à l'intervenante.
M. Philippe GOUJON, adjoint, au nom de la 3e Commission. - Je voudrais d'abord dire que ce qu'il y a d'essentiel dans ce projet de délibération, c'est l'amélioration des conditions de travail, d'hébergement et de fonctionnement d'une unité de la Brigade des Sapeurs-Pompiers et notamment du poste de commandement de compagnie de la caserne Violet dans le 15e arrondissement.
Il s'agit d'un casernement ancien qui a fait l'objet d'une rénovation, d'une réhabilitation en plusieurs phases, depuis une dizaine d'années.
Pour ma part, je me réjouis que les soldats du feu, qui se dévouent tellement pour leurs concitoyens, puissent bénéficier enfin, avec la rénovation du bâtiment d'habitation principal notamment, de bonnes conditions d'hébergement ; et je m'en réjouis d'autant plus que ce projet prévoit justement une meilleure mise en valeur du site et plus particulièrement du château Violet qui, comme Mme SCHNEITER l'a rappelé, a fait l'objet d'une procédure de classement à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques, en permettant de meilleures vues sur le château notamment à partir du square Violet, qui est situé derrière le casernement.
Les édicules divers et disgracieux qui ont été construits au cours de ces dernières décennies autour de ce bâtiment seront détruits pour améliorer l'esthétique de l'ensemble. De nouvelles conditions de rangement, si je peux dire, de stationnement d'un certain nombre de matériels qui jusqu'à présent sont disposés sous des tôles ondulées, près de la tour d'exercice, seront ménagées là aussi pour donner un caractère plus esthétique à l'ensemble.
Quant au pavillon d'habitation principale, bien sûr les façades seront entièrement préservées, les habitations seront rénovées et rien d'essentiel ne sera mis en cause concernant l'intérieur du bâtiment.
Je crois que c'est un beau projet. Il permet de meilleures conditions de vie pour les sapeurs-pompiers et cela va permettre une meilleure mise en valeur de ce site pour l'ensemble des riverains et des habitants du 15e qui fréquentent à la fois le square Violet, et tout l'environnement de cette caserne, notamment la place qui est devant, qui sera ainsi réaménagée au profit des usagers.
Mme Laure SCHNEITER. - Vous n'avez pas répondu à la question essentielle. Il y a un pavillon...
M. Philippe GOUJON, adjoint, rapporteur. - Vous voulez parler du pavillon où sont logés les officiers ?
Mme Laure SCHNEITER. - Il sera démoli ou pas ?
M. Philippe GOUJON, adjoint, rapporteur. - Il a été construit en 1988.
Mme Laure SCHNEITER. - Si ce pavillon ne saute pas, on ne verra rien, comment voulez-vous ouvrir une perspective ?
M. Philippe GOUJON, adjoint, rapporteur. - Ce bâtiment permet d'héberger l'encadrement de la Brigade. Il a été construit il y a une dizaine d'années et ne sera donc pas détruit.
M. Dominique CANE, adjoint, président. - Merci, mon cher collègue.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAUC 115.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DAUC 115).