Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

83 - QOC 2000-340 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris concernant la politique de prévention de la pédiculose

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2000


Libellé de la question :
"M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens souhaitent attirer l'attention de M. le Maire de Paris sur la politique menée par la Ville en matière de prévention de la pédiculose.
En effet, la prévention de cette maladie enfantine était menée, jusqu'en 1998, par la Préfecture de police en direction des établissements scolaires parisiens. Or, cette action sanitaire devait être assurée par les services de la Direction des Affaires sociales, de l'Enfance et de la Santé (D.A.S.E.S.) de la Ville de Paris et ce, à compter du 1er janvier 1999.
Dans une réponse à une question orale, M. le Maire de Paris a confirmé que des mesures seraient prises afin de mener à bien cette action de prévention sanitaire.
C'est pourquoi M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens demandent à M. le Maire de Paris de leur préciser quelles sont exactement les moyens, tant humanitaires que financiers, mis à la disposition de services de la Mairie de Paris afin d'assurer la prévention de la pédiculose dans les établissements scolaires parisiens.
De plus, ils souhaiteraient être informés du contenu précis de ce programme ainsi que des éléments permettant de tirer un premier bilan des premiers mois d'intervention dans cette action sanitaire."
Réponse (Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint) :
"En 1998, la Préfecture de police a décidé la suppression du Service de dépistage de la pédiculose dans les écoles. La lutte contre la pédiculose relève en effet de la compétence de l'Etat (arrêté du 3 mai 1989).
Le Maire de Paris a néanmoins souhaité que la Direction de l'Action sociale, de l'Enfance et de la Santé prenne une part active dans un nouveau dispositif de prévention mis en ?uvre avec les services concernés de l'Etat (DASS), et de l'Académie de Paris. Ce dispositif a été présenté à tous les directeurs d'école lors d'une réunion organisée, en octobre dernier, par le Service des actions médico-sociales scolaires de la DASES avec les services académiques et la Direction des Affaires sanitaires et sociales de Paris.
Les modalités d'actions sont les suivantes.
Si l'enseignant suspecte une pédiculose chez un élève :
- il en informe ses parents afin que ceux-ci traitent leur enfant ;
- il informe les autres parents d'élèves de la classe, distribue aux enfants une brochure éditée par le Comité d'éducation pour la santé et selon le niveau de classe il explique aux élèves les modes de transmission et les précautions à prendre. Ces brochures ont été livrées en nombre dans les différentes inspections de l'Education nationale et mises à la disposition des directeurs d'école.
L'achat des produits pédiculicides, non remboursés par la Sécurité sociale, peut être un obstacle au traitement de certains enfants. C'est pourquoi, le Maire de Paris a décidé que ces produits seraient délivrés gratuitement, par les assistantes sociales scolaires, aux familles en précarité signalées par les directeurs d'école.
Les médecins scolaires de la D.A.S.E.S. sont conseillers techniques des directeurs d'école afin de les aider à mettre en place une stratégie d'action (réunions d'information pour les parents, aide à des actions auprès des enfants, etc.).
La vigilance des parents est naturellement nécessaire à l'efficacité de ces mesures.
Ce dispositif, opérationnel depuis octobre 1999, fera l'objet d'un bilan à la fin de l'année scolaire."