Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

76 - QOC 2000-328 Question de M. Jean-Pierre BURRIEZ et des membres du groupe "Paris-Libertés" à M. le Préfet de police sur la recrudescence de la prostitution, cours de Vincennes, boulevards Soult et Poniatowski (12e)

Débat/ Conseil municipal/ Mai 2000


Libellé de la question :
"Depuis de longs mois, les habitants du 12e arrondissement assistent à une recrudescence de la prostitution cours de Vincennes, boulevards Soult, Poniatowski et dans le bois de Vincennes.
M. Jean-Pierre BURRIEZ et les membres du groupe "Paris-Libertés" demandent à M. le Préfet de police de bien vouloir leur faire connaître le bilan des mesures de répression appliquées ainsi que celles susceptibles d'être mises en place pour remédier à cette situation."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Vous signalez que la recrudescence de prostituées dans le bois de Vincennes et les rues avoisinantes génère un sentiment d'insécurité parmi la population riveraine.
J'ai déjà été amené à exposer, à cette tribune, les changements intervenus, au cours de ces dernières années, dans la composition du phénomène prostitutionnel dans la Capitale.
Plusieurs facteurs expliquent la modification du paysage de la prostitution et sa recrudescence dans le secteur du bois de Vincennes.
D'une part, l'évolution de l'urbanisme dans le centre de Paris, en particulier dans le secteur de la rue Saint-Denis, et la fermeture de nombreux studios sur ce site, ont entraîné le déplacement de la prostitution vers la périphérie, tant vers l'Ouest que vers l'Est parisien.
Ce fut notamment le cas de certaines prostituées de la rue Saint-Denis, souvent d'origine africaine ou maghrébine, qui se sont installées dans le bois de Vincennes et exercent leurs activités à bord de véhicules.
D'autre part, l'afflux important de jeunes femmes, originaires de l'Europe de l'Est, a amplifié cette activité dans la Capitale.
Ces personnes ont progressivement investi les boulevards des Maréchaux, au nombre desquels figurent les boulevards Soult et Poniatowski, mais aussi le cours de Vincennes.
Les effectifs de police ont bien pris en compte cette situation et multiplient leur action, dans le cadre législatif et réglementaire actuellement en vigueur.
Outre les surveillances effectuées sur les sites touchés par ces pratiques, de nombreuses opérations policières sont réalisées.
A l'occasion de celles-ci, un accent particulier est mis sur la répression du racolage actif et des exhibitions sexuelles, de même que sur la verbalisation, pour stationnement illicite sur la voie publique, des automobilistes "clients" et des prostituées utilisant des camionnettes.
Pour la période allant du 1er au 15 mai 2000, ces opérations ont donné lieu à l'établissement de 164 contraventions pour des infractions aux règles du Code de la route, parmi lesquelles 27 ont concerné des automobilistes "clients". Cinq camionnettes ont, par ailleurs, été enlevées et 2 autres ont fait l'objet de mesures d'immobilisation.
L'action policière s'est également traduite par l'interpellation de 2 personnes, au motif de vente à la sauvette de préservatifs, et d'une prostituée accompagnée de son client, pour exhibition sexuelle.
Ce travail se double, bien entendu, d'enquêtes diligentées par les effectifs de la Brigade de répression du proxénétisme, qui mènent une action très déterminée contre le proxénétisme.
C'est ainsi que depuis le début de l'année 1999, 4 affaires de proxénétisme, mettant en cause des individus qui exploitaient la prostitution de femmes installées dans le bois de Vincennes, ont été élucidées.
Je peux vous assurer de l'engagement soutenu et résolu des services de police, tout particulièrement dans les secteurs du 12e arrondissement touchés par la prostitution."