Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

8 - Dépôt de questions d'actualité.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Je vous informe, mes chers collègues, du dépôt de cinq questions d'actualité.
Une question de M. Michel BULTÉ, au nom du groupe "Rassemblement pour Paris", à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police concernant l'extension dans l'Est de Paris des voies réservées le dimanche aux piétons et cyclistes.
En voici le texte :
"Depuis le début du printemps, les quais de Jemmapes et de Valmy sont à nouveau réservés aux piétons et aux vélos le dimanche après midi. Cette opération est très appréciée des Parisiennes et des Parisiens particulièrement ceux du 10e arrondissement qui peuvent, en toute tranquillité, se promener le long du canal Saint-Martin.
Il serait très intéressant que ce dispositif soit étendu afin de permettre aux promeneurs, piétons ou cyclistes de traverser tout l'Est parisien du centre jusqu'au périphérique. Les mêmes dispositions pourraient être adoptées le long du bassin de la Villette et du canal de l'Ourcq, entre la place de la Bataille-de-Stalingrad et le parc de la Villette. Les quais de la Loire et de la Marne pourraient donc être réservés aux piétons et aux vélos dans les mêmes conditions que les quais de Jemmapes et de Valmy.
Il demande donc à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police de bien vouloir prendre les dispositions nécessaires afin que cette opération puisse être mise en place dans les meilleurs délais".
Une question de Mme Laure SCHNEITER sur l'incendie de la rue du Faubourg-Saint-Martin.
Je vous en donne lecture :
"Après l'incendie de la rue du Faubourg Saint-Martin, Mme Laure SCHNEITER demande à M. le Préfet de police et à M. le Maire de Paris s'ils vont enfin s'intéresser aux problèmes de sécurité dans le quartier du Sentier ?
Il y a des années qu'avec des associations et des écologistes, elle attire leur attention- et encore au moment du vote du budget de la Préfecture de police, le 26 mars dernier- sur le fait que :
1°) Le stationnement dans les rues de ce quartier est totalement anarchique, les règles de circulation et de stationnement ne sont pas respectées, ce qui engendre quotidiennement des embouteillages, de la saleté, du bruit, de la pollution pour les habitants, avec des difficultés d'accès pour les voitures de pompiers, les ambulances, etc.
2°) Les travaux d'aménagement à effectuer pour la sécurité dans de nombreux immeubles comprenant des ateliers de confection n'ont jamais été rendus obligatoires pour les propriétaires concernés : renforcement des isolations, modification des accès (portes, escaliers, fenêtres, etc.), locaux trop exigus pour le nombre de travailleurs, etc.
C'est une situation qui ne peut plus durer. Allez-vous prendre les mesures qui s'imposent pour :
1°) Accélérer le départ, non de la confection dans son ensemble, source d'activités pour le quartier, mais des ateliers mal équipés et dangereux, vers des lieux et des locaux adaptés à ces activités ?
2°) Que cesse enfin le scandale des ateliers clandestins et de l'exploitation de personnes qui travaillent dans des conditions inacceptables ?"
Une question de M. Tony DREYFUS et du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police "sur les problèmes de sécurité des immeubles à usage mixte : habitation-industriel".
Une question du groupe communiste "sur l'augmentation des tarifs de la R.A.T.P. envisagée en mai à Paris et dans la région parisienne".
Enfin, une question de M. Georges SARRE, au nom du groupe du Mouvement des citoyens, "qui appelle l'attention de M. le Maire de Paris sur la propreté".
La réponse à ces questions d'actualité sera donnée à l'issue de notre séance du Conseil général.
Je voudrais rappeler à cette occasion, comme cela a été fait dans le relevé de décisions de la conférence d'organisation de la séance, que selon l'article 31 de notre règlement, la durée de l'énoncé de la question et celle de réponse qui lui est donnée ne peuvent dépasser cinq minutes.
Je demande aux intervenants de respecter scrupuleusement ces dispositions.
La séance est suspendue. Elle reprendra à 15 heures précises, le débat sur l'urbanisme devant s'achever à 16 heures 30.
Je vous remercie.
La séance est suspendue.