Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

92 - QOC 96-159 Question de Mme Martine BILLARD, élue de "Paris écologie solidarité et citoyenneté", à M. le Maire de Paris relative au relogement de familles maliennes expulsées de l'esplanade de Vincennes (12e).

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- La question suivante de Mme Martine BILLARD à M. le Maire de Paris est relative au relogement de familles maliennes expulsées de l'esplanade de Vincennes (12e).
En voici le texte :
"En octobre 1992, des familles maliennes occupaient l'esplanade de Vincennes, après avoir échoué dans toutes leurs démarches pour obtenir un logement.
Expulsées le 29 octobre 1992, plus d'une cinquantaine de familles sont restées parquées dans des hébergements provisoires. Parmi ces familles, il y en a huit d'entre elles dont le père est éboueur à la Ville de Paris. Ce travail est pénible et oblige à une embauche matinale.
Mme Martine BILLARD demande à M. le Maire si la Mairie de Paris ne s'honorerait pas en mettant à la disposition des personnels, dont l'activité est indispensable à l'ensemble de la collectivité parisienne, des logements du parc social de la Ville de Paris. Peut-elle débloquer 8 logements pour ces familles employées de la Ville de Paris ?"
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Michel BULTÉ, adjoint.
A la suite de l'occupation de l'esplanade de Vincennes par des familles maliennes en octobre 1992, la Préfecture de Paris s'était engagée à prendre en charge le relogement de ces familles.
Des éléments fournis à l'époque par la Préfecture de Paris, il ressortait que 27 des chefs de famille recensés au cours de cette occupation étaient éboueurs non titulaires de la Ville de Paris.
A la date du 4 avril 1996, d'après les informations recueillies auprès de l'association "Habitat et intervention sociale", chargée de l'accompagnement social de ces familles il resterait effectivement à reloger 8 familles dont le père est éboueur à la Ville de Paris.
Or, au vu des identités communiquées par cette association, il est apparu qu'une seule des familles concernées (la famille M.D. composée d'un adulte et de 6 enfants) est inscrite comme demandeur de logement au fichier de la Ville de Paris.
Cette famille est actuellement hébergée chez le frère de M. M.D., où elle logeait déjà avant l'occupation de l'esplanade de Vincennes.
Il convient de noter que les services de la Ville de Paris ont d'ores et déjà proposé à cette famille, le 31 janvier 1996, 2 logements F4 dépendant de 2 sociétés liées à la Ville.
Les 7 autres familles, qui soit n'ont jamais été inscrites, soit n'ont pas renouvelé leur demande depuis 1993, restent cependant suivies par l'association "Habitat et intervention sociale" et la Préfecture de Paris.
D'après les informations fournies par cette association, ces familles sont composées comme suit :
- famille H.D. : 1 adulte, 9 enfants ;
- famille M.S. : 2 adultes, 10 enfants ;
- famille M.T. : 2 adultes, 6 enfants ;
- famille M.W. : 2 adultes, 7 enfants ;
- famille M.D. : 2 adultes, 4 enfants ;
- famille M.T. : 3 adultes, 9 enfants ;
- famille M.K. : 3 adultes, 8 enfants.