Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

66 - QOC 96-149 Question de Mme Martine DURLACH, M. Michel TUROMAN et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris relative au transport des élèves lors des sorties pédagogiques.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Nous passons à la question orale de Mme Martine DURLACH et M. Michel TUROMAN à M. le Maire de Paris relative au transport des élèves lors des sorties pédagogiques.
En voici le texte :
"Du fait du plan "Vigipirate", la convention entre la Ville de Paris et la R.A.T.P. réseau ferré permettant le transport des élèves n'est pas utilisée depuis plus d'un trimestre.
Or, pour répondre aux nombreuses demandes de sorties pédagogiques formulées par les écoles, le nombre de bus et d'autocars traditionnellement attribués ne suffit pas.
Aussi, Mme Martine DURLACH, M. Michel TUROMAN et les membres du groupe communiste demandent-ils à M. le Maire de Paris les mesures qu'il compte prendre pour répondre déjà avec cet argent non utilisé aux demandes de transports et à terme pour accroître les moyens de transports, notamment en bus et autocars, en faveur des écoles."
Je vous donne la réponse au lieu et place de M. Claude GOASGUEN, adjoint.
Depuis la mise en place du plan "Vigipirate", les enfants scolarisés dans les écoles maternelles et élémentaires municipales ne sont plus autorisés à utiliser les transports souterrains de la R.A.T.P.
En temps scolaire, le budget correspondant à ces transports a été reporté sur le budget des autocars afin de pouvoir répondre aux demandes de sorties pédagogiques formulées par les écoles.
En temps périscolaire (mercredi et petites vacances), le budget correspondant aux transports souterrains a été utilisé aux fins d'acquérir des tickets en grand nombre qui ont été remis à l'ensemble des centres de loisirs parisiens pour leur permettre d'utiliser les autobus de la R.A.T.P.
L'ensemble des crédits affectés aux transports souterrains ont donc été réutilisés de manière à pouvoir emprunter des moyens de transports subsidiaires.

III- Questions du groupe du Mouvement des citoyens.