Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

38 - 1996, D. 457- Autorisation à M. le Maire de Paris de déposer des permis de démolir visant des bâtiments situés 19, rue des Rigoles (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Nous passons au projet de délibération D. 457 relatif à des permis de démolir visant des bâtiments situés 19, rue des Rigoles dans le 20e arrondissement.
La parole est à Mme BILLARD.

Mme Martine BILLARD.- Concernant le permis de démolir du 19, rue des Rigoles, nous sommes pour la démolition. D'ailleurs, une partie des bâtiments est déjà murée parce qu'effectivement un arrêté de péril a provoqué cet hiver l'évacuation d'une partie des habitants. Il y a donc eu murage de l'immeuble.
Ce qui m'inquiète plus et ce qui inquiète le Conseil du 20e arrondissement, c'est l'avenir de cette parcelle.
Le 19 va être démoli, le 17, le 15, le 13 ont été démolis. Le 11 était proposé à la démolition, mais le projet de délibération a été retiré du Conseil de Paris parce que le Conseil du 20e s'y est opposé.
On peut se poser la question du pourquoi de la démolition du 11. L'immeuble n'est pas particulièrement en mauvais état.
Sous prétexte d'une opération dénommée "Guignier-Rigoles", dont on ne voit pas vraiment l'intérêt, sauf celui qui a consisté à démolir des immeubles, à expulser des habitants et à les reloger en banlieue pour construire à la place des P.L.I.
Nous aimerions donc savoir quel projet est prévu.
Si ce sont effectivement des P.L.I. ancienne mode, nous ne pouvons pas accepter ce projet, car dans ce secteur d'habitat populaire, beaucoup des familles habitent dans des logements à loyer 1948, et si l'on continue à démolir les immeubles de ce secteur, elles vont être envoyées en banlieue. Si on construit les P.L.I. aux tarifs actuels, elles ne pourront pas se reloger dans ces immeubles.
C'est un peu ce qui se fait à chaque fois que l'on détruit les immeubles populaires. On reconstruit des P.L.I. dont certains sont encore vides pour l'instant vu la difficulté de les placer.
Nous aimerions donc être un peu rassurés et avoir une proposition plus précise et plus en harmonie avec le quartier, sur cette parcelle qui, en fait, court du 11 au 19, rue des Rigoles, et qui d'ailleurs ne touche pas du tout la rue du Guignier, contrairement à ce que dit l'intitulé.

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- La parole est à M. BULTÉ pour répondre à Mme BILLARD.

M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission.- Merci. Il s'agit effectivement- c'est l'objet même du projet de délibération- de la démolition du 19, rue des Rigoles.
Je rappelle encore que le Conseil de cet arrondissement a voté ce projet de délibération à l'unanimité.
Il est évident que pour réaliser un programme de logements sociaux, il est nécessaire de libérer l'ensemble des parcelles, et le programme ne sera arrêté d'une manière définitive, après concertation avec les élus de l'arrondissement que lorsque l'ensemble des parcelles sera démoli.
Je puis vous dire aujourd'hui que ce seront des logements sociaux comme l'ont souhaité certains élus, éventuellement peut-être une résidence de personnes âgées.
Ces logements sociaux seront P.L.A., P.L.I. ou résidence de personnes âgées, mais en aucun cas, Madame BILLARD, ce ne sera du P.L.I. ancienne mode. Ce sera de toute évidence du nouveau P.L.I., du "P.L.I.-TIBÉRI", nouvelle formule à 53 F le mètre carré.
Merci.

M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Merci, Monsieur BULTÉ.
Je mets aux voix, à main levée, ce projet de délibération.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, le groupe communiste ayant voté contre, Mme TAFFIN, MM. DUMAIT et MESMIN s'étant abstenus. (1996, D. 457).