Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

63 - QOC 96-146 Question de Mme Gisèle MOREAU, MM. Pierre MANSAT, Henri MALBERG et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris sur le déménagement du siège de la S.N.C.F.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- Nous passons aux questions orales du groupe communiste.
La première d'entre elles est ainsi rédigée :
"La direction de la S.N.C.F., par la voie de son président, vient d'indiquer qu'elle envisageait de déménager de ses immeubles parisiens.
Si aucune précision n'a été donnée sur cette opération, cette délocalisation s'accompagnerait inéluctablement d'une réduction des effectifs du siège de la rue Saint-Lazare (9e) et de l'ensemble des effectifs parisiens de l'entreprise.
Alors que le Gouvernement s'était engagé à geler toutes les opérations projetées par la S.N.C.F. pendant la durée de la réécriture du contrat de plan, cette décision est inacceptable.
Elle porte un coup au service public et à l'emploi.
Aussi, Mme Gisèle MOREAU, MM. Pierre MANSAT, Henri MALBERG et les membres du groupe communiste demandent-ils à M. le Maire de Paris de leur préciser les mesures qu'il compte prendre pour s'opposer à cette opération et garantir l'emploi et le développement du service public à Paris."
Je vous donne la réponse au lieu et place de Mme Isabelle de KERVILER, adjoint.
Le développement de la Capitale dans un contexte économique difficile et le maintien de ses emplois, constituent des priorités essentielles de la Municipalité parisienne.
Le Maire de Paris est très fermement attaché au maintien dans la Capitale d'une grande entreprise de service public, comme la S.N.C.F., dont le développement est intimement lié à l'histoire de la Capitale.
La Ville de Paris ne dispose pas d'information précise sur un éventuel projet de délocalisation des services du siège de la S.N.C.F. et d'une réduction corrélative des effectifs parisiens de l'entreprise.
Le Maire de Paris a cependant demandé immédiatement auprès des autorités compétentes, à disposer de tous les éléments relatifs à cette affaire, dont la presse s'est faite récemment l'écho.
Il a d'ores et déjà rappelé que toute réflexion relative à des transferts de services publics hors de Paris, doit absolument prendre en compte les intérêts économiques et sociaux de la Capitale. Les services de la Ville sont prêts à participer à l'étude de toute solution conciliant les légitimes impératifs de gestion et d'organisation des services publics concernés, les intérêts des personnels et les préoccupations économiques et sociales de la Municipalité parisienne.