Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

47 - QOC 96-131 Question de Mmes Olga TROSTIANSKY, Claudine BOUYGUES et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris sur les résultats de l'enquête "hygiène" réalisée dans les établissements de la Petite enfance.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1996




M. Jean-François LEGARET, adjoint, président.- La question suivante est adressée à M. le Maire de Paris en ces termes :
"Les budgets de fonctionnement des crèches diminuent tous les ans et ont des conséquences sur le budget consacré à l'entretien des enfants (couches, papier jetable notamment), au point que certains établissements sont obligés de demander aux parents de compléter un matériel manquant.
Une enquête "hygiène" a été réalisée sur l'ensemble des établissements de petite enfance à Paris.
Mme Olga TROSTIANSKY, Melle Claudine BOUYGUES et les membres du groupe socialiste et apparentés souhaitent connaître les résultats de cette enquête dans les meilleurs délais."
Je vous donne la réponse au lieu et place de Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint.
Loin de diminuer, les moyens accordés aux crèches parisiennes sont en progression puisque l'enveloppe attribuée aux responsables d'établissement pour le fonctionnement quotidien est en augmentation en 1996 de 3,2 % par rapport à 1995 (41,5 millions de francs contre 40,2 millions de francs).
L'état sanitaire des établissements ne saurait donc être affecté pour des raisons financières.
C'est d'ailleurs bien parce que le souci de l'hygiène est une préoccupation constante qu'une enquête systématique a été entreprise dans le cadre des études épidémiologiques conduites par la D.A.S.E.S.
Cette étude qui a concerné près de 200 établissements a porté sur trois thèmes, à savoir, l'hygiène alimentaire, les pratiques professionnelles et les pathologies infectieuses.
L'enquête a permis de souligner les effets positifs des mesures qui ont été prises dans ces trois domaines.
Ainsi, en matière d'hygiène alimentaire, les installations sont régulièrement visitées par les services vétérinaires et font l'objet, si besoin est, de rénovations et de mises au normes. Les crèches fabriquant leurs propres repas, elles disposent d'une diététicienne et les modes d'approvisionnement font l'objet de contrôles rigoureux.
Par ailleurs, des modules de formations spécifiques ont été introduits dans le plan de formation afin d'améliorer les pratiques professionnelles du personnel des services de la Petite enfance et de les sensibiliser en permanence à l'importance qui doit être accordée au respect des règles d'hygiène dans les établissements.
Enfin, à l'occasion de cette enquête, il a pu être constaté la faible part dans les absences des enfants de celles pour causes médicales (moins de 18 %), la durée de celles-ci n'excédant pas un jour dans la très grande majorité des cas.
Bien entendu, les efforts en ces domaines seront poursuivis, le thème de l'hygiène restant en effet une préoccupation constante de la Municipalité.