Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

84 - Vœu déposé par M. Daniel VAILLANT, Mme Annick LEPETIT, M. Sylvain GAREL et Mme Sophie MEYNAUD relatif au réaménagement de la place de Clichy

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2004


M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Nous allons maintenant examiner le v?u référencé n° 41 dans le fascicule déposé par M. Daniel VAILLANT, Mme Annick LEPETIT, M. Sylvain GAREL et Mme Sophie MEYNAUD qui est la seule en séance. Donc, vous défendez votre v?u, brièvement.
Vous avez la parole, Madame MEYNAUD.
Mme Sophie MEYNAUD. - Le souci qui est porté par ce v?u et par la Municipalité du 18e arrondissement est simplement de voir s'engager le plus rapidement possible la concertation en ce qui concerne le réaménagement de la place Clichy, de manière à voir, si toutes les conditions sont réunies, bien sûr, les travaux s'engager dès l'année prochaine.
La première version du v?u était que la concertation soit menée d'ici à la fin de l'année. J'ai cru noter que le v?u proposait...
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - On va...
Mme Sophie MEYNAUD. - Je peux condenser pour dire que je suis d'accord avec la proposition de l'Exécutif.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Monsieur BAUPIN, donnez votre point de vue.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Nous sommes d'accord sur l'importance de la place de Clichy et de son réaménagement. C'est sans doute une des places les plus compliquées de Paris, vu sa configuration. Il y a donc nécessité de réaménager cette place. J'ai d'ailleurs réuni les quatre maires d'arrondissement, il y a quelques mois et je le referai dans quelques semaines puisque nous avons pu avancer sur les études. L'idée est de mettre en place des premiers aménagements, l'année prochaine, puis un aménagement plus global de la place qui pourrait se situer dans le cadre du réaménagement de l'avenue de Clichy et de la candidature de Paris aux J.O., pour avoir vraiment un espace complètement reconfiguré.
D'ores et déjà, j'appelle les maires d'arrondissement à me soutenir dans les négociations qui seront probablement nécessaires car si on veut faire les travaux en 2005, il faudra un budget. Or, pour l'instant, cela n'a pas été prévu au budget 2005.
Il y aura une conférence de programmation prochainement au cours de laquelle peut-être ils pourront exprimer leurs attentes en matière d'aménagement de la place de Clichy.
L'objectif de l'amendement est donc de donner à la concertation un peu plus de temps que simplement quelques semaines, ce qui me paraîtrait trop peu par rapport à l'ampleur du chantier et au besoin de se concerter avec les riverains. Mais je ne pense pas que la mairie du 18e arrondissement souhaite que l'on passe outre la concertation.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Très bien.
Mme Brigitte KUSTER. - Je voudrais donner une explication de vote, s'il vous plaît.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Allez-y.
Mme Brigitte KUSTER. - Nous voterons bien volontiers ce v?u, mais j'aimerais y apporter une modification dans la première phrase. Il est spécifié dans ce v?u : "en novembre dernier, à la demande des élus, s'est tenue au cinéma des cinéastes une réunion publique sur le réaménagement de la place de Clichy".
Je demande que ce soit modifié et qu'il soit écrit : "en novembre dernier, à la demande de Françoise de PANAFIEU, maire du 17e arrondissement, s'est tenue au cinéma des cinéastes une réunion publique...".
C'est ainsi ! S'approprier le travail des autres... ! C'est à l'initiative de Françoise de PANAFIEU qu'a eu lieu cette réunion !
C'est un principe, je vais vous le dire, de Mme LEPETIT que je connais un peu plus que vous sur le terrain de s'approprier systématiquement le travail des autres.
Taisez-vous, vous ne savez même pas de quoi vous parlez ! C'est ainsi que cela s'est passé. C'est une habitude, on fait des choses et hop, par ici la bonne soupe, on récupère ce que les autres font !
Monsieur CARESCHE, vous étiez présent et vous devez savoir que c'est à la demande de Françoise de PANAFIEU que MM. VAILLANT, LEBEL...
Je vous explique, c'est la réalité !
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Nous avons entendu ce que vous avez dit.
La parole à M. CARESCHE et à Mme BARLIS.
Mme Corine BARLIS. - Je pense que dans cet hémicycle chacun doit faire attention à son langage. Je vous demande de retirer les propos que vous venez de tenir remettant en cause ma connaissance du dossier.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Je pense qu'il est souhaitable de rester dans des propos convenables, également.
M. Christophe CARESCHE, adjoint. - J'ai été interpellé. Je ne suis pas signataire du v?u et je vais dire pourquoi. J'aurais pourtant des raisons de l'être car je suis élu de cet arrondissement et que la place de Clichy fait partie de ma circonscription.
Je n'ai pas signé ce v?u, pour les raisons évoquées par Denis BAUPIN. Je pense, en effet, qu'il ne faut pas créer d'espoirs qui ne seraient pas suivis d'actes. Denis BAUPIN a eu raison de dire que, pour l'instant, la Ville de Paris n'a pas comme priorité le financement des aménagements de la place de Clichy.
J'ai toujours eu un langage et tenu un discours d'honnêteté envers les habitants de ma circonscription.
Si, effectivement, on peut aboutir à ce que la place de Clichy soit prise en compte dans les projets à court terme de la Ville, j'en serai le premier satisfait. Toutefois, il faut avoir l'honnêteté de dire qu'aujourd'hui ce n'est pas une priorité de la Ville.
Deuxième chose, je comprends tout à fait que Mme de PANAFIEU se soit manifestée sur cette question. J'ai cru entendre aussi qu'elle avait une certaine capacité à s'approprier nombre de projets et je me disais même ce matin qu'elle n'avait pas besoin d'être Maire de Paris, car elle l'était déjà.
Elle s'en remettra, ne vous inquiétez pas !
On peut voter le v?u en l'état.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Madame MEYNAUD, vous avez la parole, très brièvement.
Mme Sophie MEYNAUD. - Cher Christophe CARESCHE, ceci est un v?u et j'ai la modestie de croire que les élus peuvent influer sur les choix politiques de la Municipalité en marquant les priorités qu'ils se donnent.
Si, aujourd'hui, ce n'est pas budgété, la majorité du 18e arrondissement a bien voulu marquer à travers ce v?u son souhait qu'on envisage la situation de manière plus sérieuse.
Pour répondre à Denis BAUPIN, ce v?u est aussi pour vous aider à défendre cette question lorsque vous serez face aux arbitrages, en négociation avec le Maire de Paris.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Bien, beaucoup de pression partout.
Nous conservons le v?u n° 41 bis car vous avez abandonné le n° 41. Il se fusionne avec les explications. Cela devient le 41 bis.
Je mets aux voix, à main levée, ce v?u.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le v?u est adopté. (2004, V. 231).