Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

110 - QOC 2004-585 Question de MM. Pierre-Christian TAITTINGER, Claude GOASGUEN, Gérard LEBAN, Christian CABROL, Daniel-Georges COURTOIS, Mmes Véronique BALDINI, Laurence DREYFUSS, Danièle GIAZZI et Laëtitia LOUIS à M. le Préfet de police sur les nuisances engendrées par certains matchs de football se déroulant au Parc-des-Princes

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2004


Libellé de la question :
"Les riverains du Parc-des-Princes ne cessent de se plaindre des troubles qu'engendrent toutes les manifestations qui se déroulent au Parc-des-Princes et particulièrement certains matchs de football.
Des nuisances sonores les importunent avant et après chaque événement culturel ou sportif, les rues sont parfois la scène de violences en particulier lors de certains matchs à risques. Dernièrement lors du match P.S.G.-Chelsea, la porte d'un immeuble situé rue de Civry a été défoncée. Ces brutalités qui sont apparues il y a une dizaine d'années, ne cessent de croître, lors de ces matchs.
Le lendemain des manifestations le quartier est souvent le dépotoir d'objets hétéroclites que les services chargés de la propreté ont du mal à résorber rapidement. Certaines petites rues ont été transformées pendant la nuit en urinoirs.
Les élus du 16e arrondissement souhaiteraient savoir s'il ne serait pas possible d'éviter de tels débordements malgré les efforts méritoires des forces de police."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"A l'occasion de chaque manifestation sportive ou festive au Parc-des-Princes, des dispositions particulières sont prises par la Préfecture de police notamment la mise en place d'un périmètre de sécurité, élargi ou non, visant à prévenir les troubles à l'ordre public et à garantir la sécurité des riverains.
A ces mesures, viennent s'ajouter des dispositifs de surveillance et de lutte contre la délinquance spécifique à ce type de manifestations.
Les Brigades anti-criminalité en civil ont en charge la surveillance des abords du stade. De même les personnels du service d'accueil, de recherche et d'investigation judiciaire, renforcés en ces occasions, prennent en compte, sur place, l'ensemble des interpellations. Enfin, des fonctionnaires de la 10e Section des renseignements généraux sont également associés afin de détecter tout phénomène de hooliganisme.
Par ailleurs, considérant que la consommation d'alcool est un facteur aggravant le risque de violences, la vente de boissons alcooliques est interdite dans l'ensemble des débits de boissons et de tous points de vente situés à l'intérieur d'un périmètre délimité.
Lors des matchs à hauts risques, des mesures plus restrictives encore sont prises.
Ainsi, la détention et la consommation de boissons alcooliques peut être interdite, dans un périmètre délimité autour du Parc-des-Princes. De même, afin de prévenir les risques de dégradations ou de destructions de véhicules, un arrêté réglementant la circulation et le stationnement dans certaines voies du 16e arrondissement a été pris le 11 septembre 2004.
La plupart de ces dispositions sont reprises pour ce qui concerne les concerts. Celles-ci sont bien entendu adaptées en fonction des risques et des informations reçues de la part des organisateurs et des services de police compétents.
S'agissant de l'incident que vous évoquez dans votre question, survenu lors du match Paris Saint-Germain - Chelsea, il a été provoqué par des supporters du Paris Saint-Germain qui ont acculé dans l'entrée d'un immeuble, deux supporters anglais isolés, l'un d'eux ayant été blessé au cours de cette agression. Les deux auteurs ont été immédiatement interpellés. Au cours de ce match, il a été procédé, au total, a 15 interpellations entre 20 heures et 23 heures 30."