Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

13 - 2004, DPP 18 - Dispositif "Ville Vie Vacances" année 2004. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention avec La Croix Rouge française pour le compte de l'établissement "le Passage". - Attribution de la subvention correspondante

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2004


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Nous examinons à présent le projet de délibération DPP 18 concernant le dispositif "Ville, vie, vacances" de l'année 2004 et concernant plus particulièrement une autorisation accordée à M. le Maire de Paris de signer une convention avec la Croix-Rouge française pour le compte de l'établissement "Le Passage" avec, bien sûr, l'attribution d'une subvention correspondante.
Je donne la parole à Mme BACHE, au lieu et place de Mme CAPELLE.
Mme Marinette BACHE. - J'interviens au nom de Mme CAPELLE qui avait choisi d'intervenir sur ce projet de délibération car elle avait eu à connaître les très grandes difficultés rencontrées par l'établissement "Le Passage". Elle a même craint qu'il ne soit fermé car sa survie dépendait d'un grand nombre de paramètres dont l'un était une convention avec la Croix-Rouge et l'autre une subvention.
Naturellement, nous voterons ce projet de délibération car il permet au "Passage" de poursuivre son action en faveur des jeunes les plus défavorisés.
Cette action est très particulière puisque l'accompagnement proposé prend en compte une donnée souvent occultée : la détresse psychique.
Nous voulons également rappeler les très grandes inquiétudes des associations ?uvrant dans le cadre de la politique de la ville. Ces dernières, regroupées en un collectif de défense, posent très clairement la question du devenir de la politique de la ville après 2006, comme elles s'interrogent sur les conditions de poursuite de leurs activités jusqu'en 2006.
En effet, le désengagement de l'Etat, que ce soit sur le plan des subventions ou dans le cadre des emplois aidés, entrave considérablement les possibilités de mener des actions sur le long terme.
Or, ni la Ville ni le Département ne peuvent se substituer à l'Etat.
Il me paraît important et urgent, même si cela est difficile et contraignant, d'établir un véritable tableau de bord sur la situation des associations ?uvrant dans les quartiers "politique de la ville", depuis 2002 et jusqu'aux propositions de 2005.
Ceci permettrait de lire en toute clarté et transparence à combien se chiffre le désengagement de l'Etat, les conséquences que cela implique et quelles dispositions sont à prendre pour que le travail effectué par ces associations ne soit pas brisé net et que l'espoir qui persiste dans ces quartiers ne soit pas remis en cause, avec les dégâts humains qui en découleraient.
Je vous remercie.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci beaucoup.
La parole est à Christophe CARESCHE, pour répondre.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, au nom de la 5e Commission. - Il est vrai que "Le Passage" a connu un certain nombre de difficultés. Il est vrai également que la Croix-Rouge a décidé d'un plan de redressement, ce qui est une bonne nouvelle.
C'est dans ce cadre que nous allons directement verser la subvention à la Croix-Rouge, "Le Passage" n'ayant plus de personnalité juridique. Mais nous espérons que cette association continuera son activité et nous serons très attentifs à son évolution.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Christophe CARESCHE.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPP 18.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DPP 18).