Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

67 - Vœu déposé par M. Denis BAUPIN, Mmes Catherine GÉGOUT, Marie-Pierre MARTINET, MM. Pierre MANSAT et Alain RIOU, présenté et adopté par la municipalité du 20e, concernant le devenir de la gare de Charonne

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2004


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous allons maintenant examiner le v?u référencé n° 27 dans le fascicule présenté entre autre par M. BAUPIN.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.
C'est un voeu adopté par le Conseil du 20e arrondissement sur proposition de l'Exécutif municipal de l'arrondissement.
Tout le monde connaît "La flèche d'or" qui a été pendant de nombreuses années, un lieu de socialisation, de vitalité, de centralité, mais aussi d'insertion pour un quartier du 20e arrondissement qui en avait bien besoin. Pendant toute ces années "La flèche d'or" a été très apprécié par la population, par les associations, le conseil de quartier, la mairie du 20e arrondissement, et tous ceux qui ont pu bénéficier de ce lieu situé sur la Petite ceinture dans un cadre particulièrement agréable et qui est à la fois un lieu de concert, un lieu de restauration, un lieu de débat.
Suite aux problèmes qu'a connu "La flèche d'or" ces derniers mois, la société a été mise en liquidation. Donc se pose aujourd'hui la question de l'avenir du site. Site qui appartient chacun le sait à R.F.F. Le président de R.F.F. Jean-Pierre DUPORT nous a indiqué, je lui avais posé la question, qu'en tout état de cause il souhaitait que la destination future du site soit discutée avec la Ville. Il nous apparaît important aujourd'hui, au travers de ce v?u, d'exprimer notre volonté et notre vigilance pour que ce lieu ne soit pas détourné de sa destination initiale et reste bien un lieu culturel original. C'est la raison pour laquelle ce voeu associe exigences de qualité dans la programmation et relations fortes avec la population de l'arrondissement. Nous estimons qu'un mélange de programmations artistiques innovantes peut être associé à la pratique de la gestion et d'une rigueur commerciale afin que ce lieu original dans le 20e arrondissement redevienne une salle de musique et de rencontres incontournable de l'Est parisien.
Par ailleurs, c'est un point important à souligner suite au travail effectué, notamment par Christophe GIRARD depuis plusieurs années au sein de la Municipalité, nous souhaitons que, bien évidemment, le futur gestionnaire s'engage sur le respect de la charte des lieux musicaux de proximité signée entre la Ville de Paris le Conseil régional d'Ile de France, le Prodis, la SACEM, l'IRMA et l'Association des lieux de vie et de proximité.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Monsieur GIRARD, vous avez la parole.
M. Christophe GIRARD, adjoint. - Excellent v?u. Lieu culturel emblématique du Nord-est parisien, "La flèche d'or" a obtenu le soutien de la Ville par l'intermédiaire de subventions accordées en 2003 et 2004 aux associations en charge de la programmation artistique. Au même titre que d'autres lieux du 20e arrondissement comme "Confluence", "La flèche d'or" offrait la possibilité tant aux artistes confirmés, qu'aux jeunes talents de se produire sur une scène parisienne dans des conditions professionnelles. Tout en pratiquant une politique tarifaire particulièrement attractive. Elle contribuait ainsi avec talent, à la diversité de l'offre culturelle dans le secteur des musiques actuelles à Paris.
Lieu citoyen, par ailleurs impliqué dans la vie culturelle associative du 20e arrondissement, "La flèche d'or" accueillait régulièrement des débats et l'association en charge de la programmation artistique était membre de l'Association des lieux de vie et de proximité, signataire des lieux musicaux de proximité, votée en Conseil de Paris.
Contraint à une fermeture administrative en avril 2003, le lieu a bénéficié de la médiation active de l'Observatoire des lieux de vie et de diffusion musicale.
La procédure de liquidation judiciaire engagée à la suite de la fermeture définitive du lieu au second semestre 2004 a permis de désigner un administrateur judiciaire chargé notamment d'étudier les candidatures à la reprise du bail.
Contacté le 13 octobre dernier, le Réseau ferré de France a confirmé sa volonté de recueillir l'avis de la Ville de Paris avant toute prise de décision, comme vient de le dire Denis BAUPIN, sur le choix du repreneur et l'a d'ailleurs fait savoir par écrit à l'administrateur judiciaire. La Ville de Paris souhaite aujourd'hui que la dimension artistique et culturelle de ce lieu soit préservée, voire renforcée, notamment dans sa dimension de proximité avec les habitants du 20e arrondissement. Le moment venu, elle sera particulièrement attentive à la qualité et à la pertinence des projets élaborés par les candidats à la reprise du bail, notamment pour le respect des dispositions fixées par la charte des lieux musicaux de proximité. En conséquence, je propose un vote favorable.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Monsieur BLOCHE, pour une explication de vote.
M. Patrick BLOCHE. - Oui une explication de vote visant à dire qu'évidemment le groupe socialiste et radical de gauche votera ce v?u. Nous aurions pu en être signataires, il y a seulement eu un petit problème technique puisque, comme l'a rappelé Denis BAUPIN, c'est la municipalité du 20e unanime, qui a adopté ce v?u, qui d'après mes informations était d'ailleurs présenté par notre excellente collègue Nathalie KAUFMAN.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix le v?u, pardon, Madame GÉGOUT.
Mme Catherine GÉGOUT. - Juste une explication de vote. Nous sommes cosignataires du v?u, je pense que toute la majorité l'est. Simplement concernant R.F.F., effectivement ils ont la volonté de ne pas ignorer la Ville ou la mairie du 20e pour décider qui ils vont choisir, mais il y a différents montages possibles puisque qu'il s'agit forcément d'un lieu dont l'affectation est de durée limitée sans bail durable et que R.F.F. ne souhaite pas l'obérer pour un nombre d'années important. Je pense donc que la Ville pourrait être un acteur, une sorte de médiateur qui pourrait peut-être même avoir le lieu en gestion temporairement pour le confier à des associations. Il y a différents montages possibles et je pense que R.F.F. est assez ouvert à cela.
Je vous remercie.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Je mets aux voix, à main levée, le v?u assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.
Qui est pour ?
Pas d'opposition ?
Abstentions ?
Le v?u est adopté. (2004, V. 225).