Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, DVD 82 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec le Syndicat des Transports d’Ile-de-France (STIF) une convention d’études du pôle d’échanges de la gare Montparnasse.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2006


 

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DVD 82 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec le S.T.I.F. une convention d?étude du pôle d?échange de la gare Montparnasse.

Je donne la parole à Mme CHÉRIOUX, pour le groupe U.M.P.

Mme Joëlle CHÉRIOUX de SOULTRAIT. - Le quartier Montparnasse fait l?objet d?une forte attente en terme de requalification urbaine et nous, élus du 15e, en sommes d?autant plus convaincus que nous réclamons depuis février 2003 l?étude et la refonte des différents modes de déplacement. Et nous réclamons ceci notamment depuis les premiers projets de mise en Mobilien, des lignes de bus desservant l?ensemble du secteur Montparnasse.

Point n?est donc besoin de nous convaincre de la nécessité de la réflexion globale menée depuis 2005 aussi bien en termes d?aménagement urbain qu?en termes de déplacement car les enjeux d?aménagement de ce quartier sont nombreux. Ils concernent tout autant la requalification des espaces publics, l?amélioration des circulations des modes de transport, l?amélioration du pôle d?échange intermodal de la gare Montparnasse et tout cela n?a que trop tardé à être étudié.

Je rappelle que le quartier a déjà été le théâtre de nombreux travaux comme la mise en Mobilien de nombreuses lignes de bus dont nous avons déjà pu constater les premières manifestations boulevard du Montparnasse dans le 6e et le 14e arrondissement. Ce quartier est également l?objet de nombreux projets à l?image de la mise en espace civilisé de la rue de Rennes. Projet d?ailleurs très flou sur lequel nous avons débattu ici il y a quelque temps et dont l?incidence sera considérable sur l?accès au 15e par Montparnasse.

D?autre part, le diagnostic élaboré par le comité de pôle confirme un certain nombre d?évidences :

- la première, c?est que le pôle Montparnasse est desservi par 3 axes du réseau principal du P.D.U. dont deux sont de la compétence du Préfet de police. Il s?agit du boulevard du Montparnasse et de l?avenue du Maine ;

- que la circulation automobile sur les voies abordant ce secteur se situe aux heures de pointe entre 1.000 et 1.500 véhicules/heure ;

- qu?il est nécessaire de repenser l?aménagement de la place du 18 juin ;

- que le stationnement de surface est saturé au fil de la journée pour atteindre son paroxysme vers 22 heures et devenir surabondant en deuxième partie de nuit. Les riverains ne peuvent pas stationner ;

- qu?il convient concernant les livraisons de trouver des solutions et d?en tenir compte dans les aménagements éventuellement préconisés ;

- que la demande de stationnement de deux-roues est forte et dépasse largement l?offre sur l?ensemble de ce secteur ;

- enfin, que des actions sont nécessaires pour améliorer le cheminement des piétons, la part modale, la qualité et le confort des transports en commun.

Toutes ces constatations auxquelles chacun d?entre nous était déjà parvenu et qui amèneront le comité de pôle à proposer des mesures d?aménagement permettant d?améliorer le fonctionnement et l?insertion urbaine du pôle d?échange Montparnasse.

Ces projets d?aménagement sont les suivants : des propositions à court terme, pour faciliter les échanges et notamment l?accessibilité et le jalonnement en coordination avec les projets Mobilien réalisés et à plus long terme, pour concevoir des opérations d?aménagement plus lourdes liées à l?évolution urbaine et commerciale du secteur ou à des projets de restructuration de voirie envisagés en conformité avec le nouveau Plan local d?urbanisme.

Nul ne contestera donc, compte tenu de la complexité du fonctionnement du pôle Montparnasse, la nécessité de poursuivre les études en cours.

Toutefois, nous souhaitons, comme le soulignera Philippe GOUJON, qu?une véritable concertation soit mise en place avec les élus du 15e, ce qui ne semble pas être le cas aujourd?hui.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

La parole est à Mme Marinette BACHE pour le groupe M.R.C.

Mme Marinette BACHE. - Merci, Madame la Maire.

Ce projet de délibération permettra à la Ville de Paris de percevoir la participation financière du S.T.I.F. sur le programme d?étude du pôle d?échange de la gare Montparnasse. Je pense que c?est une heureuse décision.

En effet, le quartier Montparnasse est le résultat urbanistique, architectural et en matière de transport de décisions, d?un autre temps. Il est donc en forte attente - pour reprendre l?expression du projet - d?une véritable requalification urbaine. Cette requalification devra traiter les problèmes tant des espaces publics que des transports dans leur ensemble et aussi dans leurs interactions. Il faut reconnaître que ce quartier cumule nombre de questions et d?exigences auxquels ce programme d?étude devra s?attacher à répondre.

En effet, la gare Montparnasse réunit sur son périmètre à la fois des missions de transport national, régional et local mais aussi un pôle d?activité économique. J?approuve la réflexion en deux temps qui nous est proposée.

D?abord, à court terme : l?amélioration du fonctionnement des échanges, l?amélioration de l?accessibilité, la coordination avec l?ensemble des projets Mobilien. Ceci devrait permettre enfin aux usagers nombreux de ce pôle de transport de sortir du maquis des correspondances qui leur est, à ce jour, imposé.

Dans un deuxième temps, il s?agit d?imaginer une véritable évolution de ce quartier. Nous sommes particulièrement sensibles à la manière dont sera menée la réflexion dans cette deuxième phase ainsi qu?à ses objectifs. Ce quartier étant à la fois noeud de transport et zone commerciale, il est utile, d?une part, de bien connaître les flux de transport en commun - métros, bus, trains -, de transports individuels - automobiles, deux-roues, piétons - mais aussi leurs éventuelles complémentarités.

L?intermodalité doit être ici le maître mot. Il est également utile de connaître le point de vue des commerçants qui font l?animation de ce quartier, comme des habitants qui y vivent et qui n?ont peut-être pas toujours la qualité de vie à laquelle ils ont droit et qu?ils revendiquent. Ces derniers sont d?ailleurs particulièrement concernés par les enquêtes prévues sur les déplacements piétons. Nous attachons donc une importance particulière à l?étude concernant cette zone qui doit permettre l?amélioration du fonctionnement des transports dans le quartier de la gare Montparnasse.

Les opérations d?aménagement, conséquences des évolutions liées au P.L.U. ainsi que les projets de restructuration de la voirie, comme par exemple ceux liés aux espaces civilisés ou à la question des stationnements ou encore à celle des espaces de livraison, devront à la fois fluidifier les circulations dans ce quartier, gérer des enjeux de transport régionaux, nationaux et locaux et rendre à ce quartier un aspect plus humain.

C?est une vaste question qui nécessite une vaste réflexion. Voilà pourquoi nous voterons bien volontiers ce projet de délibération.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

Je donne la parole à Mme Geneviève BELLENGER, pour le groupe socialiste et radical de gauche.

Mme Geneviève BELLENGER. - Cela fait plaisir d?entendre autant d?unanimité autour de ce projet de délibération, ce qui n?est pas toujours le cas en 3e Commission.

Effectivement, cette proposition de convention d?étude avec le S.T.I.F. constitue un moment important pour la réhabilitation du pôle d?échange de la gare Montparnasse et de l?ensemble du quartier.

Nous adhérons complètement à la vision globale et partenariale de cette démarche dans la mesure où la complexité du site, tant l?organisation spatiale que la diversité et l?intensité des fonctions urbaines qui s?y exercent, obligent à orienter une réflexion dans le cadre plus général d?un aménagement urbain. C?est également dans ce sens que la population du 14e s?est exprimée lors des concertations sur le P.L.U. et le P.D.P. proposant même, à l?initiative des v?ux du conseil de quartier, d?inscrire notre démarche dans le cadre d?une réhabilitation globale vu le fort potentiel d?évolution du quartier.

D?ailleurs, à partir de ce v?u, des aménagements ponctuels d?urgence, pourrait-on dire, ont été réalisés en 2005 par la mairie du 14e, notamment pour répondre aux besoins, mais ce n?est pas encore une réponse parfaite, des deux-roues, à l?amélioration de l?accès des bus sur l?avenue du Maine et des traversées piétonnes vers l?entrée principale place Raoul-Dautry.

Se situant dans la prolongation du travail effectué par le comité de pôle Montparnasse créé en 2005, cette convention vient conforter la dimension régionale de la gare Montparnasse, victime des blessures urbanistiques laissées par le projet de la radiale Vercingétorix dont les stigmates structurent encore ce quartier caractérisé par la superposition de projets inachevés et rigides, créant de multiples coupures dans le tissu urbain : construction sur dalles, passerelles multiples, tunnels?

Viser un programme à la hauteur des attentes et des enjeux urbains tout en confortant le fort potentiel économique et commerciale du quartier, tel est l?enjeu de ce projet dont la première étape - et ici tout le monde l?a bien compris - consistera à améliorer le jalonnement piéton qui déjà dans le premier diagnostic montre une part modale équivalent à 60 % des rabattements vers cette gare - ce n?est pas rien - et l?intermodalité des différents modes d?approche de ce pôle, notamment les nombreuses lignes Mobilien, les taxis et les livraisons.

A plus long terme, il s?agira de recréer la ville sur la ville, de faire émerger un nouveau morceau de ville apaisé, de recréer une couture urbaine de ce qui est aujourd?hui disjoint, dans le prolongement de l?espace civilisé de la rue de Rennes jusqu?à la place de Catalogne, et, d?Ouest en Est dans le prolongement de la place Raoul-Dautry, conformément au projet de P.L.U. que nous avons voté.

En termes de méthodologie, le diagnostic élaboré par le comité de pôle, enrichi des études complémentaires du S.T.I.F. dans le cadre de cette convention, ne serait pas achevé sans l?apport bien sûr de la compétence des associations d?usagers de transports, des conseils de quartiers et des associations locales, en sus bien sûr des mairies des 6e, 14e et 15e arrondissements. En ce sens, nous souhaitons vivement que cette réunion de partage du diagnostic ait lieu si possible d?ici la fin de cette année et pourquoi pas dans ce lieu même où converge notre réflexion, à la gare Montparnasse, comme cela a déjà été évoqué.

Je vous remercie.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

La parole est à M. Philippe GOUJON.

M. Philippe GOUJON. - Madame la Maire, mes chers collègues.

Les élus du 15e, pour ce qui les concerne, réclament depuis longtemps et notamment depuis les premiers projets de mise en Mobilien des lignes de bus desservant l?ensemble du secteur, une réflexion globale sur l?aménagement urbain et les déplacements dans ce quartier qui fait l?objet d?une forte attente en matière de requalification urbaine.

C?est pourquoi nous estimons que le lancement de cette convention d?études prévue à l?origine au Plan de déplacement d?Ile-de-France adopté en 2000 arrive un peu tardivement. D?ailleurs, Monsieur BAUPIN, je crois que vous l?avez vous-même reconnu lors de la Commission extra municipale des déplacements du 28 juin dernier reconnaissant que ?le travail sur le pôle Montparnasse a pris du retard?. Je vous cite.

Un an et demi a été encore perdu car il ne s?est rien passé depuis que nous avions alerté le Conseil de Paris le 7 mars 2005 sur un article du ?Parisien?, peut-être vous en souvenez-vous, qui faisait état d?un réaménagement global du secteur ?Maine-Montparnasse? sur la base d?une réflexion menée déjà depuis deux ans par un cabinet d?architectes.

L?adjoint chargé de l?Urbanisme à l?époque m?avait répondu en se limitant hélas au renvoi au P.A.D., seul document consignant les orientations de la Ville. Le comité de pôle préconisé par le P.D.U.I.F. mis en place en 2005 a élaboré un diagnostic en juin 2006 qui ne fait finalement qu?énoncer un certain nombre d?évidences et de constatations auxquelles chacun d?entre nous était déjà parvenu : la saturation du secteur en matière de circulation automobile, piétonnière ou des transports en commun, la saturation en matière de stationnement pour les voitures, les deux-roues ainsi qu?un manque notoire d?emplacements de livraison et la nécessité, bien sûr, de repenser l?aménagement de la place du 18 juin 1940.

Mais a-t-on besoin encore, comme le projet le propose, d?études sur les flux des piétons, sur la destination des passagers des bus, sur l?adéquation du réseau de transport en commun de surface, au fonctionnement du quartier, un an, oui, après la réalisation Mobilien de la ligne 91 ?

Ces études auraient dues être évidemment le préalable à toute modification sur le secteur ; cela aurait été plus cohérent. Ce mémoire aurait dû être soumis à notre Assemblée bien avant l?examen du P.L.U. et la concertation sur le P.D.P. entre autres et surtout bien avant la réalisation des couloirs de bus sur le boulevard du Montparnasse.

En outre, il serait selon nous éminemment souhaitable que les élus du 15e en particulier d?ailleurs l?adjoint au Maire chargé des transports et l?adjoint chargé du conseil de quartier ?Pasteur Montparnasse? soient membres du comité de pilotage de l?étude car la participation des élus du 15e, mais j?espère que vous allez le rectifier, n?est pas citée dans l?exposé des motifs ni dans l?article 5 de la convention qui évoque laconiquement ?des élus et des services de la Ville?, mais encore vaut-il mieux préciser les choses.

Le Conseil d?arrondissement a adopté ce mémoire sous deux réserves qui sont la demande d?un débat en Conseil d?arrondissement sur les conclusions de l?étude, afin que le Conseil du 15e arrondissement puisse en débattre et la participation des élus du 15e au comité de pilotage, deux demandes bien modestes, vous le reconnaîtrez.

Concertation, cohérence territoriale, meilleure fonctionnement du quartier doivent être les maîtres mots pour les études de requalification urbaine d?un secteur, c?est vrai, qui en a besoin et nous serons des partenaires vigilants mais efficaces dans cette affaire.

Merci.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à M. Denis BAUPIN.

M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 3e Commission. Merci, Madame la Maire.

Heureusement que M. GOUJON était là car sinon on aurait cru qu?il y avait de l?unanimité dans l?air dans ce Conseil de Paris, cela aurait été grave.

Je voudrais aussi remercier Mme CHÉRIOUX de SOULTRAIT, Mme BACHE et Mme BELLENGER qui ont rappelé tous les enjeux de cet aménagement de la gare Montparnasse et de ses abords. Je ne répondrai pas sur tout ce qu?elles ont évoqué car c?était tout à fait complet et complémentaire.

Je voudrais simplement dire à M. GOUJON qu?avant de parler de retard, car il y a des retards, il devrait s?enquérir des raisons de ces retards car plutôt que de s?en glorifier, je pense qu?il vaudrait mieux s?interroger sur les raisons pour lesquelles il a fallu attendre la décentralisation du S.T.I.F. pour que le S.T.I.F. veuille bien se mettre au travail sur ce comité de pôle alors que cela figure dans le Plan de déplacements urbain d?Ile-de-France de 2001.

Moi, je me félicite que le S.T.I.F. décentralisé prenne enfin en main ce type de dossier mais c?est vrai que l?on peut regretter qu?il ait fallu attendre aussi longtemps. De ce point de vue, je pense qu?il faut regarder où sont les responsabilités.

En ce qui concerne le diagnostic, vous dites que c?est une liste d?évidences. C?est souvent le cas des diagnostics. L?importance du diagnostic c?est, malgré tout, que l?on se mette d?accord sur ce que sont ces évidences et que tout le monde soit d?accord sur le fait qu?il y ait un certain nombre de difficultés auxquelles il faut remédier.

Sur un comité de pôle comme celui-là, c?est vrai que c?est complexe. Il y a beaucoup de choses et il est important que nous passions par cette étape qui permettra, je l?espère, à l?ensemble des acteurs, de vérifier que nous sommes bien d?accord sur ce diagnostic. Que vous souhaitiez en débattre au Conseil du 15e arrondissement ne me pose absolument aucun problème mais il ne revient pas à la Ville de Paris de décider de ce que vous organisez comme débat au Conseil du 15e arrondissement. Je vous invite donc à en parler avec le maire de l?arrondissement.

Il y aura, à un moment ou à un autre, des projets de délibération et vous aurez à en débattre mais sur le diagnostic, il n?y a aucune difficulté à ce que le diagnostic soit débattu au Conseil du 15e arrondissement.

Enfin, je voudrais vous confirmer que nous souhaitons mettre en place un comité de concertation avec l?ensemble des acteurs associatifs, conseillers de quartier, élus des deux arrondissements concernés, le 14e et le 15e, et nous souhaitons qu?une première réunion puisse se mettre en place dès le mois de novembre qui permettra à tout le monde de bien vérifier que l?ensemble des études en cours sur le diagnostic prennent bien en compte les inquiétudes et les attentes des uns et des autres.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur BAUPIN.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DVD 82.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, DVD 82).