Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, DF 43 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention donnant droit à l’occupation des hippodromes d’Auteuil et de Longchamp au bois de Boulogne (16e).

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2006


 

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DF 43 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention donnant droit à l?occupation des hippodromes d?Auteuil et de Longchamp, dans le 16e arrondissement.

Je donne la parole à Mme Karen TAÏEB, pour le groupe M.R.C.

Mme Karen TAÏEB. - Il s?agit pour notre Assemblée de délibérer sur une convention donnant droit à l?occupation de deux hippodromes du bois de Boulogne. La présente délibération correspond à deux objectifs que notre Municipalité a fixés. Le premier est de développer un cadre contractuel favorable à la Ville permettant l?exploitation des champs de course. ?France Galop? pourra organiser les épreuves sportives et la mairie percevra une redevance qui lui fait défaut depuis quelques années.

L?objectif des J.O. de 2012 avait en effet conduit la Ville à surseoir au renouvellement des contrats permettant l?exploitation des champs de course.

Le deuxième objectif de notre Municipalité est de donner aux Parisiennes et aux Parisiens la possibilité d?accéder à davantage d?espaces au sein des bois parisiens.

Et le point central de ce projet de délibération réside pour nous dans la possibilité pour la Ville de récupérer 15.701 mètres carrés de parking et 12 hectares de pelouse. En limitant la surface concédée à ce qui est requis pour le bon déroulement des courses hippiques, la Ville se donne les moyens de remettre à disposition des Parisiens des espaces plus vastes. Elle pourra notamment aménager une aire d?accueil des gens du voyage, ce qui est une obligation légale.

La Ville est enfin parvenue à un accord avec ?France Galop? sur le montant d?une redevance forfaitaire qui est substantielle, il faut le reconnaître.

Ce projet est donc un bon projet qui répond à des impératifs de bonne gestion, comme à l?objectif qui est le nôtre de rendre les bois aux Parisiens.

A tous points de vue, le Conseil de Paris a des raisons évidentes de voter ce projet de délibération.

Je vous remercie.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - La parole est à M. NAJDOVSKI pour le groupe ?Les Verts?.

M. Christophe NAJDOVSKI. - Merci, Madame la Maire.

Avec la présente délibération, vous nous proposez de renouveler les concessions d?occupation des deux hippodromes de Boulogne et de Longchamp.

Je dois vous dire que les élus du groupe ?Les Verts? sont surpris de voir cette délibération arriver aujourd?hui dans cette forme et surtout très déçus du contenu. Ce n?est pas la première fois que la question du devenir de ces deux hippodromes, et particulièrement de l?hippodrome d?Auteuil, se pose, d?autant que les concessions d?occupation sont arrivées à échéance.

Par le passé, la question de la fermeture et de la reconversion de l?hippodrome d?Auteuil a déjà été évoquée, aussi bien sous la précédente mandature que sous la mandature présente.

Nous avons déjà évoqué la question du devenir de l?hippodrome d?Auteuil au sein de ce Conseil, notamment à travers des questions orales ou des v?ux déposés par des élus de la majorité ou de l?opposition municipale qui sont intervenus pour demander l?ouverture d?un débat sur le devenir des hippodromes.

Je reprends ainsi les termes de M. COUMET qui, en mars 2002, souhaitait - je cite- ?qu?il y ait un débat ultérieurement dans notre Conseil à ce sujet pour assurer la pérennité des activités hippiques et leur organisation à Paris?. Ce débat et notamment la question du renouvellement ou non de la concession de l?hippodrome d?Auteuil n?a pas eu lieu.

Que l?on s?entende bien, les élus ?Verts? ne sont pas contre les hippodromes, comme le titre de manière erronée un quotidien ce matin. Les élus ?Verts? sont pour que les activités hippiques aient toute leur place à Paris dans les deux bois. Et au-delà, nous pensons que la réflexion sur ce sujet comme sur beaucoup d?autres doit dépasser les frontières du périphérique et que le débat doit être porté au niveau régional.

Nous sommes attachés aux activités hippiques mais nous estimons que cet attachement ne doit pas nécessairement signifier un statu quo sur le nombre d?hippodromes en Ile-de-France.

Malheureusement, de débat il n?y a point eu et vous nous demandez d?avaliser une décision sans autre forme de procès.

Pourtant, il doit y avoir un débat sur la question des hippodromes à Boulogne. Quelles sont les données du problème ?

Auteuil et Longchamp occupent à eux deux 93 hectares et ils n?accueillent respectivement que 46 et 31 réunions hippiques par an. Ces hippodromes sont notoirement sous utilisés. La fréquentation d?Auteuil est qui plus est en baisse, seulement 58.000 visiteurs en 2002. Et les autres hippodromes franciliens sont nombreux : Vincennes et Longchamp bien sûr, mais également Enghien, Maisons-Laffitte, Saint-Cloud, Fontainebleau, etc.

Dès lors, il est permis de se poser la question d?une rationalisation de l?utilisation de ces équipements dans une perspective francilienne. Le transfert des activités hippiques d?Auteuil vers des hippodromes franciliens proches est tout à fait envisageable sans que cela ne bouleverse l?économie des activités hippiques.

Je crois savoir d?ailleurs que les gestionnaires actuels de la concession de l?hippodrome d?Auteuil n?étaient pas opposés à cette éventualité. C?est d?ailleurs ce qui était envisagé pour 2011 et 2012 si Paris avait obtenu les J.O.

Autre aspect, le bois de Boulogne souffre de deux handicaps majeurs. Il est séparé de la Ville de Paris à l?est par le périphérique et l?hippodrome d?Auteuil. Il est coupé de la Seine à l?ouest par le camping et l?hippodrome de Longchamp. Par ailleurs, la Ville de Paris manque de terrains de grands jeux pour le football et le rugby par exemple.

Enfin, la redevance versée actuellement par le concessionnaire est ridiculement basse : 150.000 euros, soit 1,66 euro par an du mètre carré, ce qui représente un centième de ce que la Ville est en droit d?escompter pour une telle surface. Pour mémoire, il faut rappeler que le tarif le plus bas pour une concession dans les bois est de 0,20 euros par mètre carré et par jour, soit 73 euros par mètre carré et par an.

Alors que nous avons voté une charte d?aménagement durable du bois de Boulogne, le non renouvellement de la concession d?Auteuil aurait été un signe fort de la volonté politique de la Municipalité de réaliser alliant reconquête du bois, ouverture des terrains au public et accroissement des recettes de la Ville au travers de la renégociation de la concession de Longchamp.

Les 33 hectares libérés auraient permis de répondre aux objectifs énoncés dans la charte du bois, augmentation des espaces ouverts au public, implantation de terrains de sport ou d?espaces de jeux ouverts à tous les Parisiens mais aussi utilisables, le cas échéant, par des équipes professionnelles de football et de rugby. Ce qui aurait permis de réutiliser les tribunes d?Auteuil. Ce réaménagement permettait de recoudre les discontinuités dans le bois et de créer une nouvelle entrée du bois bien desservie par les transports en commun au niveau de la porte d?Auteuil, offrant un meilleur accès aux Parisiens et aux scolaires.

Sur le site d?Auteuil libéré, le transfert d?une partie des terrains de sport actuellement situé sur le champ d?entraînement aurait libéré un emplacement qui aurait permis d?implanter à leur place le camping municipal. Ce transfert du camping municipal ouvrait la possibilité d?un aménagement de promenade et de détente le long de la Seine.

Une telle réorganisation du bois de Boulogne lui aurait donné un visage sensiblement différent donnant du contenu aux orientations de la charte du bois de Boulogne. L?accroissement de la redevance de Longchamp aurait suffi à financer tous les aménagements.

Au lieu de cela, vous nous proposez une délibération décevante sans ambition, sans souffle. Vous ne restituez au public que les pelouses centrales situées à l?intérieur des pistes de courses d?Auteuil. Certes, c?est une mesure qui va dans le bon sens puisqu?elle permet la traversée de l?hippodrome mais elle n?est absolument pas à la hauteur des enjeux.

Par ailleurs, cette restitution est assortie du droit pour le concessionnaire d?aménager un centre d?entraînement au golf dans l?enceinte de l?hippodrome de Longchamp et de la possibilité d?organiser des manifestations extra hippiques. Etes-vous certains que cette dernière possibilité soit totalement conforme à la loi sur les hippodromes ?

Enfin, le montant de la redevance versée à la Ville de Paris restera inférieur de 40 % à ce qu?il devrait être.

Madame la Maire, cette délibération est le résultat d?une décision sans débat et surtout elle est extrêmement décevante et manque singulièrement d?ambition. A quoi sert la charte des bois si c?est pour faire de l?aménagement à la marge sans rien véritablement changer ?

Où est le souffle, le panache d?un aménagement ambitieux du bois de Boulogne qui restituerait plusieurs dizaines d?hectares aux Parisiens ?

La charte du bois est-elle un alibi pour faire passer des dossiers comme celui de la Croix-Catelan qui restera un club fermé pour des ?happy few? fortunés autour duquel les Parisiens iront faire leur footing dominical sans pouvoir y entrer ? Le bois de Boulogne est-il fait pour être urbanisé, vous qui avez soutenu l?extension de Roland Garros sur le bois et qui dorénavant soutenez son extension en lieu et place d?un stade municipal qui serait relocalisé sur l?hippodrome d?Auteuil, augmentant les surfaces imperméabilisées dans le bois ?

Le Maire de Paris affirme partout haut et fort refuser les conservatismes quels qu?ils soient. En proposant cette délibération, il fait hélas preuve de conservatisme et rate une occasion historique de redonner au bois de Boulogne un espace de plusieurs dizaines d?hectares accessibles aux Parisiens et aux Franciliens.

Nous voterons contre cette délibération qui est une occasion manquée et nous le regrettons vivement.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

La parole est à Mme Géraldine MARTIANO pour le groupe U.D.F.

Mme Géraldine MARTIANO. - Madame le Maire, mes chers collègues, notre Assemblée ne peut que se féliciter de la convention qui accorde à l?association ?France Galop? le droit à l?exploitation des hippodromes d?Auteuil et de Longchamp.

La Ville obtient, par ce nouveau contrat, davantage de terrains et une augmentation considérable des loyers. Sur ce point précis, la Ville a joué le ticket gagnant, c?est le moins que l?on puisse dire.

Nous aimerions cependant avoir quelques précisions sur la dévolution d?une superficie d?un hectare et demi à l?aménagement d?une aire d?accueil des gens du voyage. Certes, nous sommes conscients qu?aujourd?hui face à l?urbanisation croissante, les solutions offertes sont de plus en plus problématiques, et cela est particulièrement vrai pour Paris.

Nous souhaitons donc que soient pris en compte à la fois les besoins des gens du voyage, leurs aspirations à stationner dans des conditions décentes et les impératifs de la commune dans une demande partenariale.

Cette délibération qui permet de plus de restituer les 12 hectares de surface végétalisée à la promenade et à la pratique sportive nous paraît relever, comme l?a dit Mme TAÏEB, de la bonne gestion.

Le groupe U.D.F. souhaite redire sa volonté de faire des hippodromes des lieux d?accueil sportifs, récréatifs, conviviaux, ouverts au plus grand nombre. Notre pays est aux yeux du monde entier le pays du cheval. L?élevage constitue une activité phare, sans parler du soutien nécessaire que nous devons apporter à la filière cheval qui emploie des dizaines de milliers de personnes.

Nous ne pouvons donc que nous féliciter de cette convention dont nous approuvons les termes et nous réaffirmons sur ce texte le soutien total du groupe U.D.F.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs des groupes Union pour la démocratie française et U.M.P.).

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Madame.

Pour le groupe U.M.P., la parole est à M. Claude GOASGUEN.

M. Claude GOASGUEN. - Merci.

Le groupe U.M.P. a choisi d?adopter une position de liberté de vote. Et je vais vous expliquer pourquoi en tant que député du 16e arrondissement et de cette circonscription, je ne voterai pas la délibération.

Non que le projet d?aménagement d?Auteuil et de Longchamp me déplaise car je suis beaucoup moins critique à cet égard que ne l?a été le représentant des ?Verts?.

Je note néanmoins que sur l?hippodrome d?Auteuil, il y a deux inconvénients dont il faudra lever à terme les problèmes posés.

Le premier, c?est qu?à force de multiplier les annonces autour de la porte d?Auteuil - actuellement, il y en a à peu près une au moins par semaine - je souhaiterais?

M. Christian SAUTTER, adjoint, au nom de la 1ère Commission. - Cela bouge !

M. Claude GOASGUEN. - Non, cela ne bouge pas du tout justement. Je souhaiterais qu?il y ait un minimum de coordination entre les annonces qui émanent de la Direction du Logement, de la Direction des Sports, celles qui viennent de la Direction des Parcs et Jardins, celles qui viennent de la voirie. Elles ont une constante absolue, c?est qu?elles n?ont absolument aucune coordination entre elles. Comme si dans cette mairie, la notion d?urbanisme avait disparu.

Je ne pense pas que l?on puisse multiplier les annonces sur ce territoire parisien. Je passe évidemment sur le gigantesque barnum que pourrait constituer le remplacement du Stade Hébert par un Bercy bis de 15.000 places, ce qui paraît complètement farfelu mais je le rappelle pour mémoire. Mais je souhaite quand même qu?avant de multiplier les annonces de ce genre, le Maire de Paris et son équipe puissent voir si tout cela est compatible. Et en particulier si des problèmes induits par la multiplication des investissements sont compatibles avec le caractère habitable de la porte d?Auteuil, notamment sur le problème des accès.

Nous parler de 18.000 places au stade Jean Bouin, 15.000 places à Roland Garros supplémentaires, nous ouvrir un petit peu le champ de l?hippodrome d?Auteuil à juste titre, nous annoncer 300 logements d?une hauteur de 10 étages au même endroit et ne pas prévoir de possibilités d?aménagement sur le trafic, et notamment sur le trafic et le stationnement automobile et sur la qualité, c?est simplement la multiplication d?effet d?annonces dans la perspective des municipales. Mais si ce n?était pas le cas, ce serait pour le coup beaucoup plus grave car cela voudrait dire que vous n?avez aucune conscience de la politique d?urbanisme.

Déjà de ce point de vue, je trouverais ce plan relativement critique. Je précise aussi que bien entendu l?acceptation que je pourrais faire s?agissant de l?hippodrome d?Auteuil, ne voudrait pas dire que j?accepte les installations sportives au sein de l?hippodrome d?Auteuil en remplacement de la suppression putative du stade Hébert.

Mais le problème n?est pas là. Le problème est qu?une petite phrase qu?a soulevée Mme MARTIANO m?a beaucoup inquiété. S?agissant de l?hippodrome de Lonchamp, on précise que le parking dit de la gare routière, 15.700 mètres carrés - ce qu?un orateur précédent considère comme un parking rendu à la Ville de Paris. Quelle chance ! Formidable! - est restitué à la Ville de Paris en vue d?y aménager une aire d?accueil des gens du voyage.

Je vais vous en parler du problème ! Les gens du voyage, c?est une obligation légale. Est-ce que, mes chers amis, mes chers collègues, vous avez consulté la Préfecture de police sur les problèmes d?hygiène et de sécurité ? Je viens d?en m?en informer : non. Est-ce que vous avez pleinement conscience des problèmes posés par l?utilisation de ce parking ?

Je précise pour ceux qui ne connaissent pas l?endroit, que ce parking se situe dans un endroit très fréquenté en période de week-end où d?habitude on va faire du vélo, du patin à roulette ou courir. Très bien. Ce parking se situe pas très loin d?un endroit fort fréquenté de nuit du bois de Boulogne qui n?est pas particulièrement le plus rutilant de Paris, et en tout cas pas le mieux fréquenté. C?est celui où se trouvent des aménagements divers et des personnes qui sont dans les bois au vu et au su de tout le monde.

Est-ce que vous imaginez vraiment que le parking situé à cet endroit est le meilleur endroit de sécurité, de non tentation pour des gens du voyage qui sont comme les autres Parisiens, qui sont comme tout le monde, notamment pour les enfants qui y seront installés (puisqu?il est prévu de les scolariser à l?école non loin) est-ce que vous pensez vraiment que la présence des activités nocturnes du bois de Boulogne à quelques 200 mètres est le meilleurs endroit pour les gens du voyage et que ce choix est véritablement le meilleur ?

Je pose cette question et je souhaiterais, en toute hypothèse que nous réfléchissions à 2 fois avant de prendre une décision, pas seulement pour les problèmes d?environnement, pas seulement pour le développement durable, je trouve admirable d?ailleurs que le parking serve au développement durable du bois de Boulogne avec des roulottes pour les gens du voyage. C?est tout à fait conforme effectivement à la vision qu?avaient ?Les Verts? de la charte du bois de Boulogne !

Mais je ferme la parenthèse. Je souhaite vraiment que vous réfléchissiez à deux fois avant de prendre une décision de cette manière. En tout cas, je n?accepterai rien qui n?aurait l?aval de la Préfecture de police car il y a là un problème véritable de sécurité qui concerne non seulement le 16e arrondissement mais la sécurité de ceux qui vont y résider et par conséquent la sécurité de Paris.

Dans ces conditions - comme député j?interpellerai le Gouvernement à ce sujet -, je ne peux, bien entendu, prendre une position en faveur de cette convention. Cela étant mon groupe est libre car j?ai remarqué que les arrondissements, quelle que soit la couleur politique, ne se battaient pas, malgré les cris d?orfraie que j?entends de l?autre côté, pour abriter la fameuse résidence des camps de nomades. Je ne sais pas pourquoi mais puisque véritablement vous semblez tellement volontaires, je ne vois pas pourquoi vous ne vous prêtez pas à une mesure qui serait tout de même plus sécurisante pour les enfants des nomades que la proximité avec le bois de Boulogne.

Je vous le soumets. Si éventuellement vous êtes favorables à cette mesure, surtout n?hésitez pas à nous en faire part, nous serons tout à fait ravis d?entendre vos propositions.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

Pour répondre à toutes ces interventions, je donne la parole à Christian SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, adjoint, rapporteur. - Je vais répondre aux quatre intervenants qui, à l?évidence, ont des préoccupations différentes.

Mme TAÏEB a souligné les points positifs que je vais rappeler.

Premièrement, nous récupérons 13 hectares et demi dont un hectare et demi pour installer des gens du voyage. Et j?ai vraiment le sentiment qu?aussi bien Mme MARTIANO que M. GOASGUEN ne se sont intéressés qu?à cet aspect. Et M. GOASGUEN, faisant un raccourci tout à fait éloquent, dès qu?il a parlé de gens du voyage, a évoqué les questions d?hygiène et de sécurité alors qu?il s?agit d?une obligation légale et que nous pouvons éprouver aussi un minimum de sentiment de solidarité à l?égard de ces êtres humains.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, communiste, du Mouvement républicain et citoyen et ?Les Verts?).

M. Claude GOASGUEN. - Cela n?a rien à voir, enfin !

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. Monsieur GOASGUEN, on vous a écouté, vous écoutez maintenant.

M. Christian SAUTTER, adjoint, rapporteur. Deuxièmement, nous récupérons pour l?ensemble des Parisiens, et aussi des habitants des communes avoisinantes, 12 hectares pour pratiquer du sport, pour se promener et je crois que cela est tout à fait important.

Autre avantage de ce projet, M. NAJDOVSKI y a fait allusion mais d?une façon extrêmement discrète, c?est le fait que désormais l?hippodrome d?Auteuil ne sera plus une barrière entre le bois de Boulogne et les Parisiens, mais qu?une traversée sera désormais possible. Il l?a reconnu et je l?en remercie.

Quant au maintien du site d?Auteuil, on me dit, je ne suis pas plus que vous un grand spécialiste des courses d?obstacles - quoique parfois dans ces séances on doive montrer quelques talents en la matière -, seul le stade d?Auteuil se prête véritablement aux courses d?obstacles de haut niveau. Je pense que nous avons le droit aussi d?offrir à ceux qui aiment les courses de chevaux la possibilité d?y assister et de se passionner pour la race chevaline.

Troisièmement, la prise en compte des critères environne-mentaux. La charte pour l?aménagement durable du bois de Boulogne, vous l?avez dit M. NAJDOVSKI, est entièrement respectée par la convention qui est proposée. Je ne parle pas de la certification ISO 14.001 pour chacun des deux sites, de la réhabilitation des bâtiments selon la norme HQE, de la revalorisation végétale du site d?Auteuil, du maintien d?une friche naturelle c?est admirable - sur le site de Longchamp pour étudier la biodiversité. Bref, un effort est fait en la matière.

Quatrièmement, et c?est important car il s?agit de patrimoine municipal, ceux qui bénéficieront de la concession vont y investir 56 millions d?euros ; c?est important pour le patrimoine de la Ville. Nous conserverons, c?est un cinquième avantage, un rôle décisionnel quant à la nature des activités extra-hippiques et ceci répond à votre question, Monsieur NAJDOVSKI.

M. LEGARET qui ne s?est pas exprimé aurait pu se satisfaire de ce que la durée d?occupation domaniale est limitée à 20 ans, ce qui est je crois conforme à ce que nous souhaitons tous. Et septième avantage, mais ce n?est que le septième et c?est le dernier, la redevance est revalorisée dans une proportion d?un à huit.

Cette délibération avait été laissée complètement en jachère. Je rappelle que les conventions antérieures avaient expiré en décembre 1997 pour l?une et en mars 1998 pour l?autre. Rien n?avait été fait avant 2001. Il y a eu une négociation de qualité. Et je crois que le résultat est tout à fait conforme aux objectifs que nous poursuivons, c?est-à-dire plus d?espaces verts, plus d?espaces ouverts aux Parisiens, plus de transparence aussi et accessoirement, mais cela n?est pas négligeable, plus de redevances car M. NAJDOVSKI avait raison de dénoncer le côté surprenant des redevances versées antérieurement par ces deux hippodromes.

J?invite toute notre Assemblée à voter ce projet de délibération DF 43.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur SAUTTER, pour les explications de vote.

Je vais donner d?abord la parole à M. Jean VUILLERMOZ, pour le groupe communiste.

M. Jean VUILLERMOZ. - Merci, Madame la Maire.

Nous sommes sensibles aux évolutions introduites par cette nouvelle convention. Elle répond à notre souhait d?ouvrir davantage les espaces forestiers pour les restituer aux Parisiens. Ce n?est pas pour autant que nous devons y supprimer toute manifestation populaire comme la foire du Trône ou les courses hippiques, en arguant du fait que ces rassemblements sont générateurs de trafic automobile. Nous devons, au contraire, travailler à une meilleure desserte de ces bois en transport en commun et en vélo.

Pour nous, cette convention constitue un compromis acceptable qui permet de satisfaire une plus grande diversité des usages. Nous nous félicitons en ce qui nous concerne qu?une partie de l?espace de l?hippodrome de Longchamp concédé jusqu?alors à France Galop soit restituée à la Ville pour y créer une aire d?accueil des gens du voyage.

En effet, Monsieur GOASGUEN, nous manquons réellement de solution d?accueil pour ces populations et arrêtons, vraiment arrêtons, de nous cacher derrière des problèmes d?hygiène et de sécurité pour ces populations que la droite a toujours rejetées surtout dans le 16e arrondissement, Monsieur GOASGUEN. Ils vous font peur et vous venez de le dire à nouveau. Vous les appelez encore les ?voleurs de poule?, c?est cela qui vous inquiète.

Pour continuer, nous notons également que la pelouse centrale de l?hippodrome d?Auteuil est restituée aux Parisiens, les activités de plein air accessibles à tous pourront ainsi se développer au sein de cet espace. Il est bien sûr légitime de s?interroger sur l?intérêt de conserver ces deux hippodromes auxquels s?ajoute celui de Vincennes mais il faut prendre en compte le fait que ces deux hippodromes sont ancrés dans l?histoire de Paris depuis leur création au milieu du XIXe siècle. Ils ont une réelle valeur patrimoniale d?envergure locale et nationale. Il s?agit aussi d?espaces de divertissement populaire. De nombreux Parisiens et Franciliens, ainsi que des milliers de Français, suivent régulièrement les courses hippiques et sont attachés à ces deux hippodromes.

L?association ?France Galop? s?engage d?ailleurs par cette convention à financer des travaux de réhabilitation de l?hippodrome de Longchamp et à remettre en valeur l?ensemble du site d?Auteuil. C?est pour l?ensemble de ces raisons y compris pour la réévaluation à sa juste valeur de la redevance que nous voterons donc favorablement pour cette délibération.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur VUILLERMOZ.

Pour l?explication de vote du groupe socialiste et radical de gauche, la parole est à M. Patrick BLOCHE.

M. Patrick BLOCHE. - Je suis particulièrement heureux, au nom du groupe socialiste et radical de gauche, de faire une explication de vote et de me réjouir de ce projet de délibération que je lie très directement à celui que vous avez défendu, Madame la Maire et présidente actuelle de notre séance, sur la vente sur les lieux publics car ces deux projets de délibération illustrent vraiment cette démarche de transparence, de modernisation que la Ville entreprend avec en plus des rentrées financières.

J?ai failli intervenir tout à l?heure sur le projet de délibération que défendait Lyne COHEN-SOLAL parce que j?ai vraiment trouvé qu?en ce domaine l?opposition d?aujourd?hui, majorité d?hier, avait un sacré culot quand on sait les vicissitudes et les turpitudes que ce projet de délibération rejette aujourd?hui dans le passé.

Je comprends que vous ayez manifesté quelques marques de solidarité avec celles et ceux qui étaient en responsabilité à l?époque mais, sincèrement, je pensais que vous auriez pu être plus discrets.

Revenons donc aux hippodromes pour ceux qui s?intéressent un peu aux questions hippiques, le meilleur spécialiste du groupe socialiste et radical de gauche n?étant, à ma connaissance, pas présent dans cet hémicycle actuellement. Il faut savoir que ce chaque hippodrome a une fonction particulière. Il y a trois hippodromes : Vincennes, Longchamp et Auteuil.

Il a été rappelé avec force et il vrai que garder l?un des deux et se dire ?on garde Longchamp et on supprime Auteuil? serait une erreur car, en fin de compte et cela a été dit, Auteuil, effectivement, est l?hippodrome où ont lieu les courses d?obstacles de haut niveau.

Jean VUILLERMOZ l?a dit avec force et le groupe socialiste y est extrêmement attaché : les hippodromes c?est la possibilité, chaque dimanche, pour des milliers de nos concitoyens qui n?ont pas la possibilité de prendre je ne sais quelle route vers la Normandie profonde, c?est la possibilité pour eux d?aller tout simplement se divertir à travers des activités liées aux courses et qui sont des activités qui restent pour ceux qui fréquentent un peu les champs de course, très populaires.

Voilà un projet de délibération de fait qui n?a que des avantages. En l?occurrence, il maintient les deux hippodromes du bois de Boulogne. Il vise à revisiter la concession et, en l?occurrence, à permettre à la Ville tout d?abord de revaloriser son patrimoine, car 56 millions d?euros d?investissements prévus par les concessionnaires, ce n?est pas rien, avec une durée maîtrisable pour la Ville qui est une durée de 20 ans et, à l?arrivée, une redevance qui se trouve multipliée par 8.

La charte du bois de Boulogne est respectée, les critères environnementaux sont pris en compte puisque même 12 hectares seront récupérés pour le sport et la promenade. On pourra effectivement ne plus avoir à contourner longuement Auteuil mais il sera possible de traverser cet hippodrome.

Enfin et dernier sujet, c?est pour cela que je m?étonne quelque part que la majorité municipale ne soit pas unanime pour approuver ce projet de délibération, nous arrivons à faire passer un objectif de solidarité et, en plus, à respecter tout simplement une obligation légale qui est pour Paris la nécessité de participer à l?accueil des gens du voyage. Une loi pour cela s?impose à toutes les collectivités locales.

Après ce débat, après la réponse très complète de notre collègue Christian SAUTTER, je lance un appel et notamment à notre ami M. NAJDOVSKI pour qu?en prenant en compte le contenu de cette délibération les élus Verts rejoignent les autres groupe de la majorité dans un vote positif.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

Je vais d?ailleurs donner la parole tout de suite à M. Georges SARRE pour l?explication de vote du groupe M.R.C.

M. Georges SARRE, président du groupe du Mouvement républicain et citoyen, maire du 11e arrondissement. - Pour une explication de vote qui sera courte. D?abord Mme TAIEB a fait une excellente intervention qui ne peut que rallier l?ensemble des élus. J?ajouterai que les raisons de voter en faveur du projet qui nous est présenté sont tellement évidentes que naturellement je me prononcerai pour et mon groupe fera de même unanimement.

Je tiens à féliciter les négociateurs qui nous ont permis d?avoir une continuité dans l?exploitation de ces terrains et, en même temps, ont permis à la population d?en profiter le plus souvent possible.

Merci beaucoup.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur SARRE, pour l?explication de vote du groupe M..R.C..

M. Christophe NAJDOVSKI a demandé la parole pour une minute.

M. Christophe NAJDOVSKI. - Nous maintiendrons notre vote car, malheureusement, comme je l?ai évoqué dans mon intervention, nous n?avons pas réellement eu de débat sur cette question alors que le devenir de l?hippodrome d?Auteuil faisait déjà débat sous l?ancienne mandature. Je regrette que cette délibération que nous découvrons, nous conseillers de Paris, une quinzaine de jours avant la réunion du Conseil, entérine une décision alors que nous pensons qu?il y aurait dû y avoir un débat sur cette question.

Evoquer la question du devenir des hippodromes ne se fait pas nécessairement dans Paris intra muros. Comme je l?ai dit dans mon intervention, de nombreux hippodromes existent en Ile-de-France. Cette problématique aurait pu être plus largement prise en compte. D?ailleurs, cette question, cette éventualité de la reconversion d?Auteuil avait été évoquée lors de la candidature de Paris aux J.O.

Pourquoi ce qui était valable alors que Paris défendait une candidature aux Jeux olympiques n?est plus valable lorsque Paris n?est plus retenue pour être une ville organisatrice ? Il n?y a pas de raison que ce débat disparaisse. Nous maintenons notre vote et nous regrettons surtout que l?on ait perdu une occasion historique de donner un autre visage au bois de Boulogne en offrant d?avantage d?espaces ouverts au public, aux Parisiens.

Je voudrais préciser pour terminer que, bien entendu, sur la question de l?aire d?accueil des gens du voyage, nous sommes tout à fait en accord avec la position de la Municipalité, comme nous l?avons déjà exprimé à travers des interventions notamment sur le débat qui a eu lieu dans cet hémicycle sur cette question.

Moi-même, en tant qu?élu du 12e arrondissement, j?ai plaidé favorablement pour que le 12e accueille une aire des gens du voyage et j?aurais même proposé une localisation qui soit plus proche de Paris intra muros que la proposition qui a été finalement choisie.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur NAJDOVSKI.

Monsieur BARIANI, vous avez la parole, pour une explication de vote.

M. Didier BARIANI. - Le groupe U.D.F. mesure l?importance de son vote dans cette affaire où, visiblement, il n?y a pas d?unanimité dans la majorité municipale.

Comme Géraldine MARTIANO l?a dit excellemment : plus de terrains pour la Ville et plus d?argent. Les deux paramètres, là, sont assez convaincants.

Je ferai deux observations.

J?ai bien entendu ce qu?ont dit Claude GOASGUEN et Géraldine MARTIANO, il n?y a pas plus là, mais pas moins, de réflexion à avoir sur d?éventuels problèmes qui pourraient naître d?une cohabitation involontaire de gens du voyage avec d?autres activités.

Oui, oui, mais je considère que le problème est réel. Très bien.

La simple remarque que je ferai, c?est que, dans les arrondissements de l?Est parisien, on s?est beaucoup moins attendri sur les problèmes que nous avions à cet égard et que nous avions de longue date. Les mêmes choses produisant les mêmes effets, on ne va pas avoir deux raisonnements, mais ce problème a été réel autour du périphérique pour beaucoup d?arrondissements de l?Est parisien. On ne s?en était pas trop ému à ce moment-là !

Je veux croire, mais j?en suis certain, que plus de terrains d?éducation physique et de sport sur l?emplacement de l?hippodrome d?Auteuil ne voudra pas dire suppression du stade Hébert et construction de je ne sais pas quoi à la place de l?actuel stade utilisé par des associations et, bien sûr, par les scolaires.

Donc, je n?imagine pas la moindre turpitude, mais une petite garantie supplémentaire me rassurerait, étant donné, bien entendu, qu?il ne faut pas d?un côté enlever ce que l?on aurait pu retrouver de l?autre.

Mais, étant sûr de ce que Pascal CHERKI dirait, si c?était lui qui avait la parole, le groupe U.D.F. votera pour.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur BARIANI.

La parole est à M. SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, adjoint, rapporteur. - Madame la Maire, je voulais rectifier la réponse que j?ai faite à Mme MARTIANO.

Quelque peu indigné par les propos de M. GOASGUEN, j?ai assimilé les propos de Mme MARTIANO à ceux de M. GOASGUEN, ce qui était injuste, puisqu?elle a souligné l?intérêt de récupérer 1,5 hectare pour les gens du voyage et 12,5 hectares pour les Parisiens dans leur ensemble. Elle a parlé de bonne gestion. Je lui présente donc mes excuses pour avoir déformé son intervention.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur SAUTTER.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DF 43.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, DF 43).