Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, SG 75 - Subvention à 2 associations menant des actions pour la scolarisation des filles. - Montant total : 25.000 euros. Vœu déposé par le groupe “Les Verts”.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2006


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Je propose que nous examinions le projet de délibération SG 75 relatif à l?attribution d?une subvention à deux associations menant des actions pour la scolarisation des filles, d?un montant de 25.000 euros, sur lequel le v?u référencé n° 8 dans le fascicule, a été déposé par le groupe ?Les Vert?s.

Vous avez la parole, Madame ATALLAH. Je pense que la scolarisation des filles mérite notre intérêt collectif.

Mme Marie-Thérèse ATALLAH . - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, il nous est proposé d?approuver l?attribution de subvention à deux associations menant des actions au profit de la scolarisation des petites filles et des jeunes filles en France comme à l?étranger.

Même en France, en effet, pays dans lequel s?exerce pleinement le droit à l?éducation, on constate que 20 % des filles issues des milieux défavorisés, en majorité des filles, quittent l?école avant l?âge de 17 ans.

Par ailleurs, toutes les formations supérieures ne sont pas assorties de bourses d?Etat. Et même quand elles existent, leur montant peut être insuffisant pour des familles en difficulté.

Nous soutenons ainsi pleinement la proposition qui nous est faite d?attribuer une subvention à l?association ?Un regard, un enfant? qui a pour objectif de permettre aux jeunes filles de milieux défavorisés de poursuivre leur cursus scolaire, notamment grâce à l?attribution de bourses à des jeunes Parisiennes ayant l?âge entre 16 et 20 ans.

Etant donné l?ampleur de ce problème en France qui touche 20 % de jeunes issus de milieux défavorisés, en majorité des filles, nous nous interrogeons sur la suffisance et la pertinence des moyens employés afin de lutter efficacement pour l?accès à l?éducation et à la formation des jeunes en difficulté, notamment les filles.

A Paris, les difficultés en lien avec le contexte économique et social sont susceptibles d?aggraver cette situation des jeunes souhaitant poursuivre leurs études universitaires ou une formation. Comment ne pas penser aux étudiantes dont les parents ne sont pas toujours favorables à ce que leurs filles poursuivent des études supérieures ? Et comment oublier ceux qui sont très favorables pour soutenir leurs filles dans leurs études mais qui sont soit au chômage, soit au R.M.I., soit qui font partie de cette catégorie de travailleurs pauvres occupant un emploi aidé ou un temps partiel.

Pour mieux connaître la réalité parisienne par rapport à ce sujet très important, il serait ainsi souhaitable d?évaluer les besoins relatifs à ce problème, notamment dans les quartiers dits politique de la ville afin d?y répondre au mieux et de verser, le cas échéant, des subventions en adéquation avec les besoins constatés.

C?est pourquoi sur proposition des élus du groupe Les Verts, le Conseil de Paris émet le v?u :

- qu?une étude soit réalisée à l?échelle parisienne afin d?évaluer les besoins des jeunes filles éprouvant des difficultés à poursuivre leur scolarité ou leur formation,

- que sur la base de cette étude, des moyens en adéquation avec les besoins constatés soient mis en oeuvre afin de lutter efficacement contre l?exclusion de fait des jeunes filles issues des milieux défavorisés dans leur accès à une formation à laquelle elles ont droit.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame ATALLAH.

Mme HIDALGO vous répond.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, au nom de la 1ère Commission. - J?émettrai au nom de l?Exécutif un avis favorable bien sûr à ce voeu.

Un mot sur l?initiative que nous avions prise l?année dernière et que nous réitérons ici : soutenir les filles à l?école au niveau international. Et notamment, nous avons travaillé avec une école qui va ouvrir au mois de novembre au Cambodge et qui vise à apporter un soutien scolaire aux petites filles, ainsi qu?avec l?association qui travaille en France et à Paris ?Un regard, un enfant? que Mme ATALLAH a mentionnée. Au titre de l?aide que nous avons apportée l?année dernière, 21 bourses ont été attribuées pour un montant total de 80.000 euros à des jeunes femmes, des jeunes filles qui, issues de milieux défavorisés, ne pouvaient poursuivre leurs études. Donc nous sommes bien sûr en phase avec l?objectif affiché par Mme ATALLAH.

Mais je voudrais lui dire, qu?au-delà de cette délibération, il y a une action volontariste de la Ville de Paris qui est menée de façon convergente par mes collègues Eric FERRAND, Clémentine AUTAIN, Olga TROSTIANSKY, Martine DURLACH ou encore Gisèle STIEVENARD, en direction des jeunes et dans les domaines du soutien à la scolarité, notamment pour les enfants de quartiers ou de milieux défavorisés.

Par exemple, l?opération ?Coup de pouce?, mise en place depuis la rentrée 2002 par la Ville, en partenariat avec l?Education nationale, aide les enfants de C.P. et de C.M.2. dans l?acquisition des apprentissages fondamentaux et, bien sûr, les filles, à égalité avec les garçons, bénéficient de ce dispositif.

Il y a aussi l?opération ?Action collégien? qui permet aujourd?hui à de nombreux collèges parisiens de travailler justement à l?autonomisation des jeunes filles et garçons en difficulté pour leur permettre un accès facilité à la culture et une meilleure maîtrise de la lecture et de l?écriture.

Nous avons aussi des aides départementales à l?insertion des jeunes Parisiens qui sont aussi des éléments importants de notre politique en leur direction, Gisèle STIEVENARD en parlerait mieux que moi, à travers le Fonds d?aide aux jeunes qui a octroyé en 2005 des aides dont 57 % de bénéficiaires sont des jeunes filles.

Nous sommes tout à fait d?accord pour conduire cette étude. Je pense qu?elle est pertinente et nécessaire. Bien sûr il faudra, à partir de l?étude qui sera engagée, mettre en place des actions complémentaires mais je tenais néanmoins à rappeler cet objectif dans lequel nous sommes déjà fortement engagés. Donc un avis favorable à ce v?u.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame la Première adjointe.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe ?Les Verts?, assortie d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2006, V. 338).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 75.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, SG 75).