Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, Voeu déposé par Mme Pénélope KOMITÈS et les membres du groupe “Les Verts” relatif à l’attribution d’une subvention de fonctionnement à la Ligue des Droits de l’Homme pour son action en faveur des expulsés de Cachan au sein du comité de soutien.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2006


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le v?u référencé n° 9 dans le fascicule, déposé par le groupe ?Les Verts?, relatif à l?attribution d?une subvention de fonctionnement à la Ligue des Droits de l?Homme pour son action en faveur des expulsés de Cachan au sein du comité de soutien.

C?est Mme KOMITÈS qui intervient et Mme HIDALGO lui répondra.

Mme Pénélope KOMITÈS , adjointe. - Nous avions déjà évoqué ce dossier lors du précédent Conseil de Paris. S?il est vrai qu?un protocole d?accord a été signé depuis en ce qui concerne le gymnase de Cachan, les conditions d?application de l?accord sont difficiles, des familles sont revenues dans le gymnase, d?autres ne l?ont pas encore quitté. Depuis le début, le comité de soutien aux expulsés de Cachan fournit aux occupants du gymnase une assistance matérielle diverse et variée qui va notamment de l?aide paramédicale, à l?attribution de cartes téléphoniques internationales, etc. Le Conseil général et la mairie fournissent les repas du midi et du soir.

Ces frais ont été pris en charge jusqu?à présent par la section de la Ligue des Droits de l?Homme de l?Hay-les-Roses et nous souhaiterions que la Ligue des Droits de l?Homme puisse bénéficier d?une subvention correspondant aux frais engagés à ce jour ainsi que ceux qui seraient engagées dans les mois qui viennent de manière à les aider dans cette action de soutien aux expulsés de Cachan.

Cela peut évidemment être la Ligue des Droits de l?Homme ou une autre association comme la CIMADE ou le G.I.S.T.I. Il se trouve que c?est la Ligue des Droits de l?Homme de L?Hay-les-Roses qui s?est occupée, depuis le début, de recueillir les dons et de payer les factures diverses et variées liées à ce dossier.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame KOMITÈS.

La parole est à Mme HIDALGO.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Là aussi, Monsieur le Maire, un avis favorable de l?Exécutif. Mais permettez-moi de revenir un instant sur cette situation qui a été une situation indigne pendant deux longs mois où plus de 500 personnes, des hommes, des femmes et des enfants se sont retrouvés, en quelques minutes, à la rue et hébergés, pour la majorité d?entre eux, dans le gymnase mis à disposition par le député maire de Cachan, Jean-yves LE BOUILLONEC, dans l?urgence la plus totale et ont vécu une situation qui, tant sur le plan sanitaire que social et de la dignité humaine, était absolument dramatique et avec pour cause bien sûr l?agitation du Ministre de l?Intérieur.

Je voudrais rappeler ici que les élus du Val-de-Marne, Jean-Yves LE BOUILLONNEC, mais aussi Christian FAVIER, Président du Conseil général ou encore Joseph ROSSIGNOL, Maire de Limeil-Brévannes, ont vraiment surmonté cette situation avec les associations. Cette subvention que nous allons accorder, cette subvention exceptionnelle, à la L.D.H. nous paraît extrêmement pertinente et justifiée.

Je rappellerai que la Ville de Paris, pendant toute la période de l?occupation de ce gymnase, a montré sa solidarité. Très vite, l?O.P.A.C. de Paris, sous l?impulsion d?ailleurs de Jean-Yves MANO, a contribué au relogement de quelques familles en proposant 10 grands logements proches des lieux de scolarisation des enfants.

Dans un deuxième temps, le Maire de Paris a aussi interpellé le Premier Ministre pour attirer son attention sur les locaux du Ministère de la Défense situés à Limeil-Brévannes et dont la Ville s?était portée acquéreuse pour le compte de l?Etat. Le Maire de Paris avait demandé en vain qu?une expertise soit conduite sur la possibilité d?héberger temporairement les familles expulsées.

Bien sûr, notre solidarité s?est exprimée auprès des autres collectivités, Mairie de Cachan, Conseil général du Val-de-Marne. Voilà ce que je tenais à rappeler. Je rappelle que nous votons aussi lors de cette séance une subvention de 150.000 euros à la L.D.H. qui permettra non seulement de prendre en charge un certain nombre d?actions de la L.D.H. mais aussi de faire les travaux d?aménagement de son siège parisien pour mieux accueillir le public, dans de meilleures conditions.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame HIDALGO.

La parole est à Mme GÉGOUT pour une explication de vote.

Mme Catherine GÉGOUT. - Je rajoute juste un point. Nous sommes tout à fait d?accord. On parle de cette affaire au passé mais c?est toujours d?actualité, étant donné la façon dont s?est passée la mise en ?uvre du protocole que les familles avaient accepté ?au finish? parce que cette situation était insupportable, que les grévistes de la faim allaient vraiment mal, si bien qu?ils ont fini par accepter des propositions qu?ils n?avaient pas accepté auparavant. Le résultat a été une mise en ?uvre absolument scandaleuse avec des familles embarquées dans des autobus, qui ne savaient même pas où on les emmenait. Certaines ont eu des hébergements extrêmement provisoires dont on ne sait même pas ce qu?ils sont devenus après. Certaines ont essayé de revenir au gymnase, qui était fermé. Certaines sont très loin, ne peuvent pas assurer la scolarisation des enfants et n?ont aucun revenu pour assurer leur transport.

On pouvait se réjouir du fait que ce protocole soit intervenu. Chacun avait reculé, à la fois le Gouvernement à la fois les familles, mais la mise en ?uvre a été une véritable traîtrise.

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame GÉGOUT, de cette explication de vote favorable.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe ?Les Verts?.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2006, V. 339).