Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2006, DAC 356 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant à la convention signée avec l’association “Théâtre Musical de Paris” située 2, rue Edouard-Colonne (1er), relative à l’attribution d’une subvention exceptionnelle de fonctionnement. Montant : 410.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2006


 

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Nous allons maintenant examiner le projet de délibération DAC 356 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant à la convention signée avec l?association ?Théâtre Musical de Paris?.

Je donne la parole à M. Sylvain GAREL pour le groupe ?Les Verts?.

M. Sylvain GAREL. - Merci, Madame la Maire.

Dans ce projet de délibération, il nous est demandé une rallonge, une nouvelle subvention d?un montant de 410.000 euros pour le ?Théâtre Musical de Paris?, le Châtelet comme on l?appelle plus communément.

Nous sommes un peu surpris de cette demande car la subvention à ce théâtre est déjà très conséquente. C?est sans doute même l?une des structures culturelles les mieux subventionnées par la Ville puisque nous avons voté au mois d?avril une subvention de plus de 17 millions d?euros pour ce TMP.

Nous trouvons que 410.000 euros supplémentaires, c?est vraiment beaucoup. D?autant plus que lorsque nous avons demandé une rallonge de 150.000 euros pour le ?Théâtre Sylvia Monfort?, on nous a dit que ce n?était pas possible. Lorsque nous avons demandé 4.000 euros supplémentaires pour le ?Théâtre de l?opprimé?, on nous a dit que ce n?était absolument pas possible. Et dans cette même journée, nous allons décider, c?est une très bonne chose, d?aider 20 salles de cinéma indépendantes qui ont des difficultés mais auxquelles nous allons attribuer la somme de 246.000 euros, ce qui fait qu?en gros ces 20 salles auront presque deux fois moins que cette rallonge au TMP.

On nous dit qu?il y a une nouvelle équipe mais je ne vois pas pourquoi cette nouvelle équipe dépenserait plus d?argent que la précédente. Pour toutes ces raisons, nous nous abstiendrons sur ce projet de délibération car ne nous ne pensons pas qu?il soit nécessaire de financer d?avantage de grands équipements culturels. Et notre priorité, si priorité il doit y avoir - en attendant que l?on augmente les impôts mais apparemment il n?en est toujours pas question - cela sera les équipements de proximité, aider les gens dans les squats d?artistes et que l?on veut expulser et les reloger, et non pas subventionner davantage les grosses structures comme le TMP.

Je vous remercie, Madame la Maire.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - La parole est à Mme Elisabeth de FRESQUET pour le groupe U.D.F.

Mme Elisabeth de FRESQUET. - D?évidence, la situation financière du Théâtre du Châtelet est fragile. Le fond de roulement est dégradé et la perte prévisionnelle a été sous-estimée. Aujourd?hui, d?un point de vue financier, l?horizon d?analyse et de réflexion reste le quotidien, ce qui à mon sens n?est pas digne pour un équipement culturel dont la notoriété et le rayonnement international doivent être préservés.

Au regard des contraintes qui pèsent désormais sur le fonctionnement du théâtre, ce sont des mesures d?urgence qui doivent être envisagées. Il faut agir tout de suite sauf à transformer un embarras financier en danger manifeste menaçant la pérennité de cette institution culturelle.

Dans ces conditions, le vote d?une subvention exceptionnelle paraît fondé mais certaines questions se posent. Le montant sollicité de la subvention était de 600.000 euros et la subvention proposée est de 410.000 euros. Il me semble que cet écart illustre une problématique d?arbitrage et de choix culturel à l?échelle de la Capitale dont il faut bien dire un mot. Il ne s?agit nullement, dans mon esprit, de contester la légitimité de nouveaux équipements de grande qualité. Mais, les ressources n?étant pas infinies, il faut aussi savoir préserver l?existence de ceux qui leur préexistent, en particulier lorsque ces derniers sont porteurs d?une aura internationale reconnue.

J?ajoute que les 410.000 euros prévus à la délibération sont, d?après l?exposé des motifs, largement dédiés à la période de transition et au passage de relais entre l?ancienne équipe et la nouvelle. Dans ces conditions, cette subvention ne nous rassure pas jusqu?au bout et la question du fonctionnement pérenne du Théâtre du Châtelet reste bel et bien posée.

C?est pourquoi le groupe U.D.F., qui votera ce projet de délibération, restera aussi particulièrement vigilant et attentif à la situation financière de ce théâtre emblématique pour la Capitale.

Je vous remercie.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci beaucoup, Madame.

Pour vous répondre, la parole est à M. Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Pour remettre un peu les pendules à l?heure, si vous me permettez l?expression, le Théâtre du Châtelet ne peut pas être comparé à n?importe quel théâtre d?arrondissement, quel qu?il soit ou à une salle de cinéma. Le Théâtre du Châtelet, comme tout grand théâtre, est un théâtre qui produit, c?est un théâtre de création, c?est un lieu où se produisent en effet des compagnies, des orchestres qui viennent du monde entier. Evidemment, le coût est beaucoup plus élevé que pour un théâtre de plus petite taille ou pour une salle de cinéma qui projette des films qu?elle ne produit pas.

Ensuite, le nouveau directeur, M. Jean-Luc CHOPLIN s?est engagé à ne pas demander de hausse de subvention. Je pense qu?il faut prendre en compte cette indication. Maintenant, Jean-Pierre BROSSMAN lorsqu?il avait été engagé par la Ville en 1997 pour diriger le Théâtre du Châtelet avait accepté cette fonction à condition qu?il puisse amener son directeur Jacques HEDOUIN.

C?est la tradition, quand un directeur est nommé, il souhaite avoir sa propre équipe et en effet M. HEDOUIN, directeur administratif, administrateur général, ne pouvait pas dans ces conditions rester aux côtés de M.CHOPLIN et je crois simplement que la tradition a été respectée ainsi que le droit du travail. Ce qui entraîne évidemment un coût pour ce théâtre, habituel pour les plus grands théâtres de notre pays.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 356.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2006, DAC 356).