Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe “Les Verts” relatif au soutien de la Ville de Paris aux manifestations organisées le 23 février 2006 en faveur d’Ingrid BETANCOURT et des otages colombiens.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2005


Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Nous passons au v?u référencé n° 76 dans le fascicule du groupe ?Les Verts? relatif au soutien de la Ville de Paris aux manifestations organisées le 23 février 2006 en faveur d?Ingrid BETANCOURT et des otages colombiens.

Madame BARANDA, vous avez la parole.

Mme Violette BARANDA. - Merci, Madame la Maire.

Si les F.A.R.C. ne mettent pas fin à leur odieux chantage, si le président colombien URIBE n?accepte pas d?ouvrir de véritables négociations, si les gouvernements et les opinions publiques ne se mobilisent pas davantage, il est craindre que le 23 février 2006, nous ayons à célébrer un triste anniversaire ! Ce jour-là, cela fera quatre ans qu?Ingrid BETANCOURT, candidate des Verts aux élections présidentielles, et Clara ROJAS, son assistante, ont été enlevées par les F.A.R.C.

Le 23 février 2006, cela fera 1.461 jours, 1.461 nuits que ces deux femmes sont retenues dans la jungle colombienne. Elles ne sont pas les seules : les F.A.R.C. retiennent plusieurs centaines d?otages dans un pays où l?on estime leur nombre à 4.000.

A travers Ingrid BETANCOURT, c?est pour tous les otages colombiens que nous agissons.

Face à cette situation inacceptable, la Mairie de Paris s?est mobilisée.

Notre conseil a adopté un v?u des élus ?Verts? faisant d?Ingrid BETANCOURT une citoyenne d?honneur de la Ville de Paris. Son portrait est accroché depuis plusieurs mois sur la façade de l?Hôtel-de-Ville et sur celle de plusieurs mairies d?ar-rondissement. Nous avons reçu à plusieurs reprises des membres de sa famille. Nous avons recueilli des dizaines de milliers de signature lors de la dernière édition de ?Paris plage?.

Mais cela ne suffit pas. Il faut reconnaître que la mobilisation est moindre que celles qui ont eu lieu, à juste titre, pour faire libérer les journalistes français enlevés en Irak.

Convaincus que la période actuelle qui précède les prochaines élections présidentielles colombiennes est favorable à leur cause, les comités de soutien à Ingrid BETANCOURT, aidés par des artistes de renom, préparent une grande initiative pour le 23 février 2006. Ils souhaitent que, dans le plus grand nombre possible de villes au monde, des concerts et des manifestations de soutien soient organisés.

Paris doit être à la hauteur de son engagement en faveur de la libération d?Ingrid BETANCOURT et de tous les otages. Pour cela, il faut mobiliser des énergies et des moyens dès maintenant.

C?est pourquoi, sur proposition de Sylvain GAREL et des élus du groupe ?Les Verts?, le Conseil de Paris forme le v?u que la Ville de Paris mobilise dès maintenant des moyens financiers et humains pour organiser ou soutenir le maximum de manifestations de soutien à Ingrid BETANCOURT et aux otages colombiens le 23 février 2006 et que cela soit prévu dans le budget que nous aurons à examiner le mois prochain.

Je vous remercie.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

La parole, pour vous répondre, est à M. SCHAPIRA.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Je remercie les auteurs de ce v?u pour leur implication constante aux côtés de tous ceux qui agissent sans relâche pour que soit enfin obtenue la libération d?Ingrid BETANCOURT, de Clara ROJAS et de tous les otages colombiens.

Je vous ferai remarquer que j?ai reçu un certain nombre d?élus colombiens il y a quelques années, qui nous avaient alertés parce que nous ne parlions que d?Ingrid BETANCOURT, or, d?autres élus sont emprisonnés.

Comme le soulignent à juste titre les rédacteurs de ce v?u, le Maire de Paris et le Conseil se sont particulièrement mobilisés depuis quatre ans pour cette cause. Ont été rappelés le titre de ?citoyenne d?honneur de la Ville de Paris?, l?appui constant aux diverses manifestations et actions de sensibilisation organisées par la famille d?Ingrid BETANCOURT, quand elle est unie ou désunie, mais c?est à nous de voir comment on agit. Ce n?est jamais aussi simple que cela. Par ailleurs, son comité de soutien a été reçu à de nombreuses reprises par la Mairie de Paris, le maintien du portrait d?Ingrid BETANCOURT, la pétition qui a recueilli plus de 50.000 signature à Paris Plage, il y avait un stand spécifique, avec son mari qui était là. Le soutien n?est jamais suffisant tant qu?il n?a pas porté ses fruits et vous avez raison. Et il n?est pas souhaitable que la mobilisation suive les modes et les fluctuations de l?intérêt de l?opinion. L?appui doit demeurer constant.

A cet égard, la Ville de Paris soutient activement, dans un premier temps, surtout - je ne sais pas si vous l?avez évoquée la vente aux enchères, organisée par le comité de soutien à Ingrid BETANCOURT et aux otages de Colombie, à laquelle participeront plusieurs artistes de la Ville de Paris. C?est le 5 décembre. Je vous y invite, évidemment, Madame BARANDA et tous les élus.

En outre, je vous invite d?ores et déjà à répondre présents le 23 novembre prochain à 12 heures 30 au rassemblement des élus en faveur d?Ingrid BETANCOURT devant la résidence de l?ambassadeur de Colombie. Je vous en donne l?adresse pour que vous ne vous trompiez pas : 29, rue de Constantine ; c?est dans le 7e à Paris.

Longtemps demeurée une particularité française? et j?en ai été malheureusement victime au Parlement européen, puisque aucun groupe, à part le P.S.E., ne m?a soutenu quand j?ai souhaité qu?Ingrid BETANCOURT ait le prix Sakharov. D?ailleurs, vos camarades ?Verts? n?avaient pas soutenu cette proposition. Personne.

Oui, oui, oui, c?est comme ça !

Je l?ai dit plusieurs fois ici.

Donc je disais que c?est une particularité française, parfois mal comprise à l?étranger et particulièrement en Europe, mais aussi en Colombie. La forte mobilisation autour d?Ingrid BETANCOURT et des otages colombiens commence maintenant à prendre de l?ampleur dans divers pays.

C?est la raison pour laquelle le Maire de Paris a envisagé le 26 février. Pour une manifestation de cette ampleur, nous n?avons pas attendu aujourd?hui pour prendre des dispositions. Nous les avons prises, notamment, à l?initiative de Renaud qui est venu voir le Maire de Paris, il y a quelques semaines, pour lui demander que la Ville de Paris appuie cette grande manifestation qui aura lieu le 23 février, quatre ans, jour pour jour, après son enlèvement par les F.A.R.C. Il y aura une grande manifestation, un grand concert.

Nous avons pris nos dispositions. Je suis favorable à votre v?u mais, évidemment, ce n?est pas la peine de dire qu?il faut budgéter. Sur le budget, cela est déjà fait, ne vous inquiétez pas. Nous avons pris toutes les dispositions. Je vous remercie. Je suis donc favorable à ce v?u. Ce n?est pas utile de mettre la réserve car nous l?avons prévu.

Je vous remercie.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur SCHAPIRA.

Pardon?

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Juste un mot car je trouve l?intention excellente. Nous sommes tout à fait favorables à toutes les manifestations mais je trouve que le libellé du v?u est, pardonnez-moi, un peu insuffisant. Ce v?u dit simplement qu?il faut que la Ville de Paris mobilise les moyens financiers et humains pour organiser le maximum de manifestations de soutien.

C?est comme si Ingrid BETANCOURT devait rester otage ad vitam aeternam. Le but du v?u est d?obtenir sa libération. Il ne faut pas oublier cet objectif. Que vous nous disiez de mobiliser sur le budget 2006 des moyens pour financer le plus longtemps possible des manifestations de soutien, je suis totalement d?accord avec votre intention. Je trouve que le libellé de votre v?u est très en retrait par rapport à ce que nous devrions manifester comme souhait ce soir.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Je pense que c?est tout à fait intéressant, constructif du maire du 1er arrondissement mais président du groupe U.M.P.

Madame BARANDA, vous avez la parole.

Mme Violette BARANDA. - On accepte effectivement.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Vous acceptez l?enrichissement.

Monsieur SCHAPIRA est d?accord aussi sur cette proposition ?

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Evidemment.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, ce v?u assorti d?un avis favorable de l?Exécutif et amendé par M. LEGARET.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2005, V. 441).