Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe U.M.P. relatif à la mise en place d’un matériel de télésurveillance aux abords de chacun des collèges de la Capitale.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2005


M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l?examen du v?u référencé n° 26 dans le fascicule déposé par les élus du groupe U.M.P., relatif à la mise en place d?un matériel de télésurveillance aux abords de chacun des collèges de la Capitale et qui ne se rattache à aucun projet de délibération.

Je donne la parole à Véronique BALDINI.

Mme Véronique BALDINI. - Merci, Monsieur le Maire.

Dans le 16e arrondissement, les abords du collège Molière, rue du Ranelagh, sont régulièrement le théâtre de rixes et même de vandalisme dans les commerces avoisinant ce collège.

Les 55.000 collégiens parisiens doivent pouvoir aborder leur journée scolaire dans de bonnes conditions et en toute sécurité. Il est donc de la responsabilité des autorités publiques de prendre toutes mesures guidées par la recherche de la sécurité des personnes et des biens.

C?est pourquoi nous souhaitons que la Mairie de Paris et la Préfecture de police, chacune en son domaine, prennent toutes dispositions pour l?installation aux abords des collèges de la Capitale, qui en font la demande, d?un matériel de télésurveillance, afin de garantir la sécurité des jeunes collégiens.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

La parole est à Christophe CARESCHE.

M. Christophe CARESCHE, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Je ne suis pas hostile par principe à la télésurveillance. Si cela permet d?améliorer la sécurisation d?un certain nombre d?endroits, je n?y suis pas hostile.

Simplement, je voudrais dire que nous avons fait, au niveau de la Ville, un choix qui est celui de la présence humaine. Nous l?avons fait à travers le G.P.I.S., nous l?avons également fait à travers le corps des inspecteurs de sécurité de la Ville de Paris. Je considère que ce sont là des éléments de sécurisation importants.

Pour le moment, il n?y a donc pas de projet dans le sens qu?indique Mme BALDINI, d?autant qu?il n?y a pas de demande. Je ne proposerai donc pas de suivre Mme BALDINI, même si, encore une fois, je n?ai pas d?opposition de principe. C?est une question qui, actuellement, ne se pose pas. Nous verrons plus tard en fonction des demandes.

Je propose de rejeter le v?u de Mme BALDINI.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 26.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le v?u est rejeté.