Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DJS 464 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec l’Etat une convention relative à sa participation financière au dispositif “ateliers bleus sportifs”.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2005


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je vais proposer l?examen du projet de délibération DJS 464 concernant une autorisation accordée à M. le Maire de Paris de signer avec l?Etat une convention relative à sa participation financière au dispositif ?ateliers bleus sportifs?.

Vous avez la parole, Madame BARLIS.

Mme Corine BARLIS. - Merci, Madame la Maire.

Je vais tenter d?être rapide. Ce projet de délibération concerne les ateliers bleus sportifs. Ces activités sont proposées sur le temps périscolaire. Les jeunes Parisiennes et Parisiens qui découvrent par ce biais de nouvelles disciplines sportives sont très nombreux.

Pour cette année scolaire, il existe quasiment 1.500 ateliers répartis dans tout Paris. La qualité de leur encadrement et la variété des activités proposées sont particulièrement appréciées par les parents d?élèves, les enfants et les directeurs d?école.

C?est pourquoi, alors que le succès des atelier bleus sportifs est reconnu par tous, je m?étonne, voire m?inquiète,  en voyant le chiffre proposé par l?Etat cette année. En 2003, la dotation de l?Etat était de 225.000 euros, en 2004, elle est tombée à 150.000 euros et cette année, chers collègues, l?Etat alloue à la Ville dix fois moins, soit 15.000 euros au titre de l?année 2005. Comment la Ville de Paris pourra-t-elle proposer aux familles de la capitale un même service avec une dotation si minime ? Face à cette situation, je souhaite, Monsieur CHERKI, que vous nous éclairiez sur cette baisse alarmante de la dotation de l?Etat ainsi que sur les conséquences éventuelles en terme de pérennité des activités.

Je vous remercie.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci, Madame BARLIS.

La parole est à M. CHERKI.

M. Pascal CHERKI, adjoint, au nom de la 7e Commission.

-La preuve du pudding, c?est qu?on le mange, vous avez tout dit,Madame BARLIS. Que constatons-nous ? C?est un point sur lequel avec mon collègue Eric FERRAND nous nous inquiétons.

L?Etat avait une participation en 2003 de 225.000 euros, 250.000 euros en 2004 et aujourd?hui 15.000 euros. Je dirais que la raison au départ qui avait été donnée par l?Etat de la baisse de sa participation - alors que nous savons très bien que ce sont des raisons budgétaires, de politique budgétaire qui les mènent à faire cela - c?était de dire : on va limiter notre participation aux écoles qui sont en réseau d?éducation prioritaire (R.E.P.).

Cela représente 500 ateliers bleus sportifs, soit 1/3 à peu près du volume de ce qui est fait. Or, aujourd?hui cette dotation de 15.000 euros ne permet de financer que 12 de ces ateliers. C?est donc une pure fumisterie, c?est simplement le fait que l?Etat a coupé les crédits. On a bien vu en matière de ?politique de la ville? ce qu?il a fait pendant des années. La seule question qui est posée maintenant est : à partir du moment où une annonce a été faite par le Gouvernement qui rétablirait ces crédits pour les actions dans les quartiers ?politique de la ville? et les associations impliquées dans la ?politique de la ville?, c?est que l?Etat réabonde les ateliers bleus à hauteur de ce qu?il donnait avant de manière à ce que l?on puisse continuer à les financer et les développer.

Je tiens à dire que la Ville a décidé temporairement de faire face à la carence de l?Etat, une fois de plus, parce que nous nous voulions pas priver les jeunes élèves qui participent à ces ateliers bleus sportifs du fait de pouvoir le faire parce que nous estimons que c?est très important en matière d?égalité d?accès à une découverte de pratique sportive et en matière de lien social et je n?ai pas besoin de rappeler l?importance de cette questionlà quand on voit ce qui se passe actuellement dans certaines banlieues.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci, Pascal CHERKI.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DJS 464.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DJS 464).