Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DU - DF 169 - Cession par voie d’adjudication publique du lot communal n° 17 dépendant de l’immeuble situé 54, rue d’Aubervilliers (19e).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2005


Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Nous passons au projet de délibération DU - DF 169 relatif à la cession par voie d?adjudication publique du local communal n° 17, dépendant de l?immeuble situé 54, rue d?Aubervilliers dans le 19e pour lequel M. DAGUENET s?était inscrit.

Donc, Monsieur DAGUENET, vous avez à la parole.

M. Jacques DAGUENET. - Je voudrais quand même dire un mot, très amicalement, à M. Jean-Yves MANO sur ce qu?il vient de dire.

Réellement, je ne trouve pas que c?est démagogique. Réellement, je ne trouve pas. Et ce mot?

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Non.

Vous aviez la parole pour autre chose, on ne va pas reprendre le débat.

M. Jacques DAGUENET. - Oui, j?interviens sur le projet de délibération, si vous permettez, et donc je fais un préalable.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Non.

M. Jacques DAGUENET. - Simplement, je crois que ce mot est réellement malvenu parce que je pose la question, j?inverse les propos : qu?est-ce que l?on fait aujourd?hui des familles de ces enfants qui risquent d?être dans la rue demain du fait des arrêtés que la Préfecture de Paris a décidé, des arrêtés administratifs de fermeture ?

Qu?est-ce qu?on fait ? Est-ce qu?on va les retrouver dans la rue ? Est-ce qu?on va les retrouver dans les squats ? Parce que c?est ça, on sait bien que l?on y est confrontés.

Tout le problème est, je crois, qu?il faut effectivement augmenter l?offre de logements. C?est cela la question de fond. Il est vrai que cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais je ne crois pas qu?on puisse répondre de la façon dont il a été répondu et en parlant de démagogie.

Après ce qui s?est passé l?été dernier, la situation - je le dirai tout à l?heure au travers des différents v?ux que je présenterai - nous saute en pleine figure et ces questions-là, aujourd?hui, sont incontournables. Je crois qu?il faut qu?on les prenne à bras le corps. C?est compliqué mais il faut réellement qu?on mutualise comme on a su le faire à Château des Rentiers, qu?on mutualise les efforts avec tous les partenaires y compris avec les bailleurs sociaux. Et il ne s?agit pas de donner des priorités aux priorités, mais réellement on ne peut pas laisser ces familles à la rue.

Pour revenir au projet de délibération concernant le 54, rue d?Aubervilliers?

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Il vous reste seulement la moitié de votre temps de parole, Monsieur DAGUENET.

M. Jacques DAGUENET. - Oui bien sûr, mais j?irai très vite.

Je crois simplement que la Ville, au sujet de ce projet de délibération, considère qu?elle n?a pas à garder un lot de 12 mètres carrés dans un immeuble situé 54, rue d?Aubervilliers. Voilà un endroit peut-être qui permettrait non pas à une famille d?habiter mais au moins à un étudiant d?être logé. Pour ces raisons, nous nous opposons à la vente de ce lot que propose la Ville de Paris.

Merci. Donc, j?aurais été très court.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - La parole est à M. MANO pour répondre à cette intervention.

M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Oui, et à la fois pour répondre à la manifestation de M. DAGUENET.

Je conviens que le mot ?démagogie? est un peu fort, sans aucun doute.

Mais au-delà des mots, les faits restent. Et les difficultés, nous les partagerons tous. Je pense qu?il ne suffit pas, par exemple, de dire qu?il faut construire plus, il faut d?abord voir où l?on construit.

Sur le projet de délibération lui-même, je vous propose de continuer le processus de vente de ce lot qui devrait trouver preneur. On ne peut pas dire que c?est quelque chose qui enrichira le patrimoine de la Ville ni que 12 mètres carrés avec des travaux lourds à réaliser permettraient la création d?un logement convenable pour quiconque. Je pense qu?il y a par contre la possibilité qu?un copropriétaire de l?immeuble puisse l?acquérir pour étendre la surface de son logement.

Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DU - DF 169.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DU - DF 169).