Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

V - Question d’actualité déposée par le groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police relative à la grippe aviaire.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2005


M. LE MAIRE DE PARIS. - Je donne maintenant la parole à Mme FORETTE pour le groupe U.M.P.

Mme Françoise FORETTE. - Parmi les risque qu?un maire d?une grande mégapole comme Paris doit prendre en considération, celui de la grippe aviaire occupe une place de choix étant donné l?extrême gravité potentielle d?une pandémie pour les populations les plus fragiles.

Le Gouvernement, en particulier le Ministre de la Santé, Xavier BERTRAND, entouré du Professeur Didier HOUSSIN qui est le Directeur général de la Santé, de l?I.N.V.S. et des administrations centrales et déconcentrées ont mis sur pied un remarquable plan de gestion de ce risque. Ce plan ne saurait être efficace que si l?on peut prendre en charge à temps les populations les plus vulnérables : personnes handicapées, personnes âgées non repérées par le système médico-social, enfants vivant dans la grande précarité et parfois non scolarisés, personnes sans domicile.

Pourriez-vous nous communiquer le plan que vous avez prévu pour que tous les Parisiens puissent bénéficier des mesures qui seront mises en place par le Gouvernement et le Ministre de la Santé en cas d?épidémie ?

La canicule a été particulièrement meurtrière à Paris. Le numéro vert que vous avez mis en place pour éviter un tel drame a eu très peu de succès, il reste donc beaucoup de Parisiens vulnérables non repérés.

Quel est, Monsieur le Maire, votre plan grippe aviaire pour éviter une nouvelle catastrophe sanitaire à Paris alors que les mesures gouvernementales ont été prises ? Il est plus que temps que les élus et les Parisiens le connaissent.

(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P. et Union pour la démocratie française).

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci, Madame.

Je veux d?abord vous confirmer que les services de l?Etat et de la Ville de Paris travaillent beaucoup sur ce sujet. M. le Préfet de police et Anne HIDALGO vous en diront un mot. Je vous précise quand même que j?ai communiqué sur ce sujet la semaine dernière de manière relativement détaillée, mais M. le Préfet de police et Anne HIDALGO vont vous donner toutes les informations que vous souhaitez.

La parole est à M. le Préfet.

M. LE PRÉFET DE POLICE. - Le monde est confronté aujourd?hui à un phénomène dont il faut bien rappeler les caractéristiques, il s?agit d?un virus, le H5N1 qui provoque des mortalités importantes chez les oiseaux. Il n?a pas été repéré en France mais il l?a été en Europe. Sa transmission à l?homme est possible par contact direct avec des volailles mais elle est peu fréquente. Le principal risque est une mutation de ce virus le rendant transmissible d?homme à homme ouvrant alors la voie à une pandémie, ce qui n?est pas le cas actuellement.

Toutefois l?influenza aviaire ayant été diagnostiquée dans certains pays d?Europe, le Gouvernement a décidé, en application du principe de précaution, de prendre un certain nombre de mesures visant d?une part à prémunir, en collaboration avec nos partenaires européens, la propagation de l?épizootie en Europe, d?autre part, à protéger la santé de tous les Français.

Premièrement, des mesures destinées à limiter le risque de transmission de ce virus aux volailles et autres oiseaux captifs par des oiseaux vivants à l?état sauvage ont été prises. Un arrêté du Ministre de l?Agriculture du 24 octobre dernier a notamment décidé d?interdire sur l?ensemble du territoire tout rassemblement d?oiseaux à l?occasion de foires, marchés, expositions ou concours, tout en laissant la possibilité au Préfet d?y déroger pour des raisons locales.

Afin de prévenir l?apparition de cette maladie animale réputée contagieuse et bien que Paris ne fasse pas partie des zones attractives sur les trajets des flux migratoires, j?ai décidé de ne pas faire application de cette dérogation.

En conséquence, l?interdiction ministérielle des rassemblements d?oiseaux vivants, en particulier à l?occasion de foires, marchés, expositions et concours est d?ores et déjà applicable à Paris et fera l?objet de contrôle des services compétents.

Par ailleurs, la fermeture du Marché aux oiseaux et autres petits animaux d?agrément de la Cité à Paris 4e a été prononcé par arrêté municipal en date du 26 octobre dernier. S?agissant des pigeons qui suscitent beaucoup de questions, je précise qu?ils appartiennent à une espèce considérée comme pas sensible à l?influenza aviaire dans un contexte d?épizootie de grippe aviaire.

Néanmoins, par précaution, des mesures de surveillance destinées à détecter toute mortalité anormale des oiseaux sauvages sont mises en place avec la Direction départementale des services vétérinaires.

Deuxièmement, au titre d?autres mesures de précaution, nous avons également veillé à ce que les services de secours puissent être protégés en cas de pandémie, des stocks de masques ont donc été constitués.

Troisièmement, dans l?hypothèse où apparaîtrait une pandémie, une nouvelle version du plan de protection des populations est en cours de finalisation par le Gouvernement sous l?autorité de M. Didier HOUSSIN qui a été nommé Délégué à la lutte contre la grippe aviaire. Ce plan qui devrait sortir dans les jours qui viennent repose sur des principes de transparence sur les risques et les mesures de coordination de l?ensemble des partenaires et de gradation des mesures. Il comprend notamment un volet communication et la constitution, d?ores et déjà, fortement engagée de stocks importants de médicaments antiviraux sous formes de cachets ou de vaccins.

Depuis maintenant plusieurs mois nous avons à Paris commencé à travailler sur ce sujet. De nombreuses réunions ont déjà eu lieu entre les services de la Préfecture de police et ceux de la Ville en termes d?identification des équipes à mobiliser en cas de pandémie, de montée en puissance de dispositifs de vaccination, de gestion de l?information, etc., etc.

Sans que la situation actuelle ne doive susciter de mouvement d?inquiétude chez les Parisiens, nous nous préparons activement à tous les scénarios. Et soyez assurés qu?il s?agit d?une priorité opérationnelle pour que la Préfecture de police, en liaison avec ses interlocuteurs de la Ville, soit prête en cas de problème.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci beaucoup, Monsieur le Préfet.

La parole est donnée à Anne HIDALGO.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, en complément de ce que vient de dire M. le Préfet je voudrais rappeler qu?il y a un an, dès que nous avons eu les premières informations émises par l?O.M.S. sur le risque de pandémie, la Municipalité a commencé à élaborer un plan spécifique mais bien sûr en totale cohérence avec le Préfet de police et les représentants de l?Etat puisque Paris s?intègre à l?ensemble du plan national et n?est pas dans une extra territorialité liée à son statut de capitale.

Pour assurer le pilotage du dispositif par la Ville, une cellule de coordination opérationnelle a été mise en place sous l?égide du Secrétaire général de la Ville qui travaille avec la Préfecture de la zone de défense et dans le cadre aussi du plan de gestion des crises que la Mairie avait conçu en 2002, notamment pour la prévention du risque d?inondation, et ce plan a été réorienté sur le risque pandémique.

Depuis avril 2005, une formation spécifique à la gestion de crise est dispensée auprès des fonctionnaires de la Ville en plusieurs groupes : un premier groupe de 60 personnes et un second groupe de 300 personnes ont commencé à travailler sur cette gestion de crise. Et d?ailleurs, une formation spécifique également à la gestion de crise impliquant ce scénario, entre autres, de la grippe aviaire a été proposée à chaque élu parisien.

Dans l?hypothèse d?une pandémie, il serait de la responsabilité de la Ville d?assurer des fonctions essentielles à la vie de la cité : propreté, prévention, protection des personnes, services sociaux, état civil... C?est pourquoi un travail de recensement très fin a été fait afin de maintenir impérativement en activant tous les services qui devront l?être en cas de pandémie.

Il revient aussi à la Ville bien évidemment de prévoir la protection des agents afin qu?ils puissent continuer à assurer les services indispensables aux Parisiens. C?est pour cela que nous avons déjà fait l?acquisition de 3,4 millions de masques de protection qui sont des masques de protection haut niveau puisqu?il y en a plusieurs catégories, et par ailleurs des mesures particulières ont été prises en matière de vaccination même si la vaccination ne joue pas un rôle de prévention par rapport à la grippe aviaire.

Concernant la population parisienne, je n?y reviens pas mais un plan de communication auprès des Parisiens est élaboré en lien avec l?Etat. La Ville travaille aussi à un plan de communication de crise. Alain LHOSTIS, avec l?A.P.-H.P., a mis en place depuis plusieurs mois un groupe de travail sur la prise en charge d?une éventuelle pandémie de grippe aviaire, et l?A.P.-

H.P. communiquera prochainement sur le sujet. Les hôpitaux références sont déjà répertoriés : Necker, Bichat, la Salpêtrière. Pour ce qui est des établissements scolaires, le plan gouvernemental dont nous attendons une nouvelle version dans les semaines prochaines, prévoira leur fermeture ainsi que celle des crèches et des autres lieux de rassemblement.

Je ne reviens pas sur ce qui a été dit par le Préfet sur le volet animal du problème. En effet, sur la question des pigeons, les experts sont plutôt dans l?idée qu?il n?y a pas de risque avec cette espèce. En revanche, les services de la Ville, et notamment de la D.P.J.E.V., sont associés à une surveillance des oiseaux et notamment des oiseaux migrateurs sur Paris.

Enfin, conformément aux décisions ministérielles, la Ville a accompagné la décision de la Préfecture et de l?Etat visant à interdire la vente d?animaux vivants pour une durée déterminée.

Par ailleurs, et je conclus là-dessus, le Maire de Paris consacrera une communication à cette question de la grippe aviaire dans une des prochaines séances, en lien bien sûr avec

M. le Préfet.

Mais je voudrais simplement pour conclure auprès de ma collègue, inviter à ne pas faire de caricature sur un sujet comme celui-là. La Ville s?intègre à un plan d?ensemble et met en place des moyens appropriés. Nous sommes dans cet état d?esprit, la communication a eu lieu et sera bien sûr amplifiée au fur et à mesure que les informations nous parviendrons.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Je vais vous redonner la parole Mme FORETTE.

Je voudrais simplement vous dire que cela fait beaucoup de mois que je travaille sur cette question et que le Secrétariat général de la Ville et les directions les plus concernées ont vraiment accompli un travail extrêmement important de préparation. Simplement, en même temps que nous communiquons sur ce sujet, je crois qu?il vaut mieux, en liaison avec les autorités de l?Etat, bien nous préparer parce que nous avons aussi une marge d?incertitude très grande quant aux éventuelles conséquences de ce type d?accident, comme vous le savez d?ailleurs mieux que moi.

Vous savez la dose d?incertitude qui existe dans le monde médical. Mais on se prépare à tout.

Je vous redonne la parole.

Mme Françoise FORETTE. - Je vous remercie, Monsieur le Maire.

Je voudrais remercier le Préfet de police de nous avoir excellemment rappelé le plan gouvernemental que nous connaissons bien. Je remercie aussi Mme HIDALGO de redonner les précisions qui sont des applications du plan gouvernemental. Cependant, à l?échelon de la Municipalité, je vous demandais comment vous comptez faire le repérage des personnes vulnérables qui ne sont pas repérés par le système médico-social.

Vous savez que la communication ne sert à rien. Ce sont des personnes qui ne sont pas accessibles à cette communication. Un certain nombre de municipalités ont fait un véritable maillage d?entraide de telle sorte que ces personnes soient connues, soient visitées par des bénévoles ou des professionnels. A ma connaissance, pour l?instant ce n?est pas encore fait au sein de la Municipalité qu?il s?agisse du risque de grippe aviaire évidemment qui serait catastrophique mais aussi du risque de grippe toute simple ou d?une autre canicule. Nous ne sommes pas prêts.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Madame, j?apprécie moins votre dernière intervention car vous n?avez pas bien écouté ce qu?a dit Anne HIDALGO. Notamment vous n?ignorez pas que nous avons préparé ce maillage, avec un certain nombre de milieux utiles pour ce genre de situations, y compris avec des médecins retraités. Vous avez fait un reproche tout à l?heure sur notre dispositif par rapport à la canicule qui n?est pas convenable non plus. Si nous avons tous été trop faibles, au moment de la canicule de 2003, vous savez très bien que les dispositifs que nous avons mis en ?uvre avec l?Etat les années suivantes ont été justement particulièrement efficaces en terme de maillage.

J?ai donc bien entendu que vous vouliez que votre intervention reste comme trace, que vous étiez contente du dispositif du Gouvernement et pas contente, puisque vous êtes élue de l?opposition, du dispositif municipal mais j?étais en droit d?attendre un peu plus de pragmatisme, pour employer un mot modéré, de votre part sur ce sujet mais ce n?est pas grave.

L?essentiel est que nous fassions pour le mieux, les uns et les autres, le moment venu. J?ajoute que j?ai prévu une communication au Conseil de Paris avec M. le Préfet de police sur ce sujet. Il semble d?après les informations que l?on me donne que le début de l?année est une bonne date, que nous ne serons pas en retard en faisant cette communication à ce moment-là.