Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

VI - Question d’actualité déposé par le groupe socialiste et radical de gauche à M. le Maire de Paris relative à l’optimisation des possibilités de stationnement résidentiel.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2005


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - Je passons à la question du groupe socialiste et radical de gauche.

Monsieur Claude DARGENT, vous avez la parole.

M. Claude DARGENT. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, chers collègues, si les Parisiennes et les Parisiens soutiennent massivement la politique des déplacements menés depuis 2001, comme en témoignent les résultats du questionnaire sur le P.L.U., certains d?entre eux font part de leur inquiétude quant au stationnement résidentiel.

Le groupe socialiste et radical de gauche a toujours été très attentif à cet enjeu qui constitue un levier de la politique de diminution de la circulation automobile dans Paris. En effet, on sait que plus le stationnement à proximité des lieux de résidence est favorisé, plus l?utilisation des transports en commun est encouragée. Dès lors, il s?agit de permettre aux personnes qui utilisent occasionnellement leur véhicule de ne plus le faire en leur donnant la possibilité de stationner facilement et à un coût avantageux.

Cependant, la mise aux normes pompiers de certaines voies parisiennes, exigée par la Préfecture de police pour des raisons de sécurité, va entraîner la suppression de plus de 3.500 places sur la voirie. De même, les aménagements indispensables entrepris par la majorité municipale, comme le tramway, les couloirs de bus, les espaces civilisés ou les quartiers verts entraînent, eux aussi, parfois, hélas, une diminution du nombre de places disponibles.

De nombreuses mesures ont déjà été prises ou sont en cours pour favoriser le stationnement résidentiel. Pour mémoire l?abaissement en début de mandature, c?est important et même essentiel, du tarif du stationnement résidentiel à un demi euro par jour, soit une baisse de 80 %, l?extension du stationnement payant pour privilégier les résidents parisiens et lutter contre le phénomène de voiture ventouse, l?installation de tarifs préférentiels pour les résidents dans les parcs publics de stationnement, au fur et à mesure des renouvellements des contrats, la mise à l?étude d?une formule parking petit rouleur puisque, selon une étude réalisée par les services de la Ville, 10 à 15 % des voitures sortent moins d?une fois par mois des parkings.

Notons aussi que le groupe socialiste et radical de gauche a été l?auteur d?un v?u lors du débat sur le P.L.U. visant à ce qu?une étude soit réalisée afin de moduler le nombre minimal de places de stationnements imposé dans les constructions neuves en fonction des besoins locaux.

Enfin, a été lancée une étude sur les places vacantes dans les parcs de bailleurs sociaux, 20.000 places se révélant vacantes. 65 % de ces places se trouvent dans les 13e, 19e et 20e arrondissements. Aussi, le groupe socialiste et radical de gauche souhaiterait savoir comment, outre les mesures que je viens de rappeler, la Municipalité entend optimiser les possibilités de stationnement résidentiel, notamment en examinant les moyens d?exploiter au mieux ces 26.000 places libres du parc des bailleurs sociaux.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci.

La parole est à Denis BAUPIN.

M. Denis BAUPIN, adjoint. - Je vais d?abord remercier Claude DARGENT d?avoir rappelé que la priorité au stationnement résidentiel fait partie intégrante de la politique municipale des déplacements de la Municipalité parisienne. Cette politique est complémentaire de la priorité aux transports collectifs. C?est la raison pour laquelle des mesures que vous avez rappelées ont déjà été mises en ?uvre depuis le début de cette mandature : l?abaissement de 80 % du tarif de stationnement résidentiel sur voirie, une division par cinq du tarif, l?extension à l?ensemble de la Capitale du stationnement payant qui est en cours, la transformation d?un certain nombre de places de stationnement rotatif en stationnement mixte, l?instauration de tarifs préférentiels pour les résidents dans les parcs publics pour lesquels la concession a été renouvelée et, prochainement, une extension de cette mesure à de nombreux autres parcs publics, les tarifs spécifiques pour les petits rouleurs, les petits véhicules et les véhicules peu polluants dans les parcs publics.

De nombreuses mesures ont d?ores et déjà été engagées mais il est vrai que puisqu?il existe à peu près 160.000 places sur la voirie parisienne pour environ 550.000 voitures particulières possédées par les ménages parisiens, on ne pourra pas résoudre l?ensemble du problème du stationnement résidentiel sur la voirie. Un gisement potentiel a été identifié, celui d?environ 20.000 places de stationnement disponibles dans les parkings des bailleurs sociaux de la Ville qui ont eu un taux de vacances d?environs 26 %, avec en plus une répartition géographique dans la Capitale qui est très largement complémentaire de celles des parkings publics.

Ces parkings peuvent être répartis à peu près en deux catégories : une cinquantaine de parcs ont de fortes capacités, dans lesquels la vacance peut dépasser 100 places. Cela représente donc un potentiel extrêmement significatif et des discussions ont donc été entamées, en particulier, avec l?O.P.A.C. afin de mettre en ?uvre un plan d?action global pour que l?on puisse mettre à disposition ces places de parking vacantes pour le stationnement résidentiel.

Une convention pourrait lier la Ville et l?O.P.A.C. afin qu?un dispositif de cofinancement des travaux de sécurisation et de surveillance des parkings (si cela est nécessaire) et une politique tarifaire incitative pour les résidents, adaptée à leur revenu, soient mis en place. J?ajoute, sur proposition de Christian SAUTTER que l?on pourrait, à cette occasion, faire aussi travailler les régies de quartier au titre de l?entretien de ces parkings.

La deuxième catégorie de parking concerne des parkings plus petits sur lesquels la vacance est plus diffuse, de l?ordre d?une vingtaine de places vacantes par parc et pour lesquels une meilleure information permettrait de valoriser cette offre de stationnement. Un travail est actuellement en cours qui permettrait de donner cette information sur le site Internet de la Ville dans le courant du premier semestre 2006.

Voilà les éléments de réponse que je pouvais vous apporter sachant que nous en reparlerons tout à l?heure puisqu?un v?u des groupes communiste et ?Les Verts? a été déposé à ce sujet.

Nous passons à nos travaux en formation de Conseil général.

La séance est suspendue.