Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par M. MARCOVITCH relatif au C.R.E.C.E.P.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2005


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous allons passer au v?u référencé n° 17 dans le fascicule présenté par M. MARCOVITCH et qui concerne le C.R.E.C.E.P.

Monsieur MARCOVITCH, vous avez la parole.

M. Daniel MARCOVITCH. - Le C.R.E.C.E.P., vous le savez, est la régie de la Ville de Paris depuis le 1er janvier 2003 et à ce titre il est très important qu?il puisse perdurer et avoir le rayonnement scientifique qui était le sien et qui doit rester le sien.

Il faut qu?il demeure l?interlocuteur de référence de la Ville de Paris en ce qui concerne les travaux analytiques, les recherches appliquées, le conseil et l?expertise.

Le C.R.E.C.E.P. apporte, à travers les prestations qui lui sont commandées par les directions de la Ville de Paris, une plus-value à la résolution des problèmes qui peuvent se poser dans le cadre des obligations et des responsabilités liées aux contrôles sanitaires.

Il propose également cette expertise dans la gestion et l?entretien des réseaux, la production et la distribution de l?eau, le suivi de la qualité de l?eau et l?environnement parisien.

De cette façon, le C.R.E.C.E.P. apporte à la Ville de Paris et au Maire de Paris son concours pour la protection de la santé publique.

De même, dans le domaine privé, le laboratoire apporte son expertise avec surtout la prévention de l?apparition de la légionelle, l?application de la réglementation en matière de canalisations en plomb dans les réseaux intérieurs des immeubles. A ce titre, dans les réseaux dits privés de la Ville de Paris, que ce soit les foyers, les logements, les piscines, les zones sportives, le laboratoire de la Ville de Paris est particulièrement qualifié pour prévenir les risques de contamination toujours possibles.

L?eau, rappelons-le, est également un vecteur possible de maladies d?origine virale et bactérienne. La prévention en cette matière est essentielle afin de garantir à tous les Parisiens usagers un produit parfaitement surveillé et ce n?est pas Mme LE STRAT qui me dira le contraire.

Il est essentiel que toutes les directions de la Ville de Paris aient recours au savoir-faire des agents du C.R.E.C.E.P., lorsque cela est nécessaire.

La Ville de Paris se doit de participer au chiffre d?affaires de sa régie, dans le cadre du lien particulier qui l?unit au C.R.E.C.E.P., confortant de cette manière son existence même au sein de la Ville de Paris.

En conséquence, et comme suite à une motion votée à l?unanimité des administrateurs représentant la Ville de Paris de tous les administrateurs présents, mais le jour du vote de cette motion la totalité des groupes politiques de cette Assemblée était présente -, je propose donc un v?u au Conseil de Paris.

Le Conseil de Paris émet le v?u que la Ville de Paris tienne les engagements pris au moment de la création de la régie, à savoir que le C.R.E.C.E.P. est le laboratoire de référence dans tout ce qui touche à la matrice eau, les directions de la Ville de Paris ainsi que les organismes dans lesquels la Ville de Paris est majoritaire sont tenus de solliciter le C.R.E.C.E.P. pour toutes les analyses et expertises dans ce domaine, comme elles peuvent le faire avec le Laboratoire d?hygiène de la Ville de Paris, dans leurs compétences respectives.

Je vous remercie de le voter avec le même enthousiasme avec lequel il a été voté par les administrateurs et en 4e Commission.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Madame CONSTANTIN, vous avez la parole.

Mme Myriam CONSTANTIN, adjointe. - Je suis favorable à ce que le C.R.E.C.E.P. soit le laboratoire de référence de la Ville de Paris pour tout ce qui touche l?eau, comme le dit le v?u, auquel je suis favorable.

Vous avez fait allusion, Daniel MARCOVITCH, à la présentation en 4e Commission, par la direction du C.R.E.C.E.P. et par les services de la Ville, d?un programme d?activité prévisionnel très raisonné, avec un développement progressif, qui se fonde à la fois sur les activités traditionnelles du C.R.E.C.E.P. et sur tous les besoins, en termes sanitaires, de la Ville de Paris dans le domaine des eaux.

D?ores et déjà, la Ville s?est engagée à augmenter encore les missions commandées à sa régie, en prestations d?analyses et de recherches. Celles-ci représentent déjà plus du quart de l?activité du C.R.E.C.E.P., notamment les analyses d?eau dans les écoles et dans les crèches.

Vous vous faites l?écho du v?u qui a été présenté en Conseil d?administration du C.R.E.C.E.P., qui souhaite que la Ville réaffirme son lien à sa régie en la sollicitant systématiquement, car ce sont des missions de service public. J?y suis favorable. Je soutiens donc votre v?u.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Monsieur MANSAT, vous avez la parole pour une explication de vote.

M. Pierre MANSAT, adjoint. - Depuis la création de la régie, depuis deux ans, au nom des élus communistes en 4e Commission, je soutiens cette position, en rencontrant au fil des années un silence gêné de la part des services et en se heurtant à une absence de réponse sur cette question.

Donc, un pas est franchi. Je pense que notre Assemblée va adopter ce v?u. Il serait très intéressant qu?il soit suivi d?ef-fet. Il semblerait bien qu?effectivement il y ait un mouvement dans la dernière période, de la part d?un certain nombre de services qui accepteraient de ne plus se tourner vers des laboratoires privés qui font du ?dumping? sur les analyses ou alors qui s?adresseraient moins au Laboratoire d?hygiène de la Ville lequel ferait des analyses à titre gratuit. C?est un peu curieux comme conception au sein de la Ville, cette notion de gratuité.

Nous allons bien sûr voter ce v?u en espérant qu?il soit effectivement suivi d?effet et nous comptons sur Mme CONSTANTIN et sur le Secrétariat général pour qu?il soit réellement mis en application par l?ensemble des services de la Ville.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, ce v?u.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est adopté. (2005, V. 405).