Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 1997
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

35 - 1997, DAUC 35 - Approbation du principe de la réalisation des travaux de construction d'une école polyvalente de 12 classes dans la Z.A.C. " Alésia-Montsouris " 14e). - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer le marché de maîtrise d'oeuvre et de déposer les demandes de permis de démolir et de construire correspondants.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 1997



M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DAUC 35 concernant l'approbation du principe de la réalisation des travaux de construction d'une école polyvalente de 12 classes dans la Z.A.C. " Alésia-Montsouris ".
La parole est à Mme SCHNEITER.
Mme Laure SCHNEITER. - Monsieur le Maire, vous savez que beaucoup d'habitants du quartier Alésia-Montsouris et les associations concernées par la Z.A.C. " Alésia-Montsouris " ne sont toujours pas d'accord avec vos propositions d'aménagement. Il me semble donc prématuré de commencer à aménager des bouts de cette Z.A.C., alors que les emplacements des constructions prévus peuvent encore être modifiés ou même abandonnés pour certaines affectations, du moins nous l'espérons.
Les associations veulent un réaménagement global différent, moins dense, et la certitude que les deux aqueducs se trouvant sur ce terrain seront totalement protégés.
Tant que ces conditions de concertation ne seront pas remplies, je ne pourrai que m'abstenir sur les aménagements de cette Z.A.C., même s'il s'agit d'une école en l'occurrence.
M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - Monsieur GOASGUEN, vous avez la parole.
M. Claude GOASGUEN, adjoint, au nom de la 4e Commission. - La concertation relative à la création de la Z.A.C. a fait l'objet de plusieurs procédures préalables.
D'abord d'une exposition à la mairie du 14e, du 28 avril au 20 octobre 1994, en présence de nombreux fonctionnaires chargés de répondre aux questions posées par le public.
Ensuite, de deux réunions publiques présidées par le Maire du 14e arrondissement.
Enfin, d'une réunion de présentation et de réunions techniques multiples avec les associations concernées.
La concertation a ainsi permis à la population et aux associations de s'informer et de s'exprimer sur ce projet auprès des élus et de l'administration.
L'implantation de l'école n'a donc pas été décidée d'une manière arbitraire et unilatérale. Elle est un élément qui résulte de la concertation. L'établissement scolaire est prévu au coeur du site dans des conditions de desserte satisfaisantes pour la population concernée, mais je suis bien entendu tout à fait ouvert à toute concertation ultime qui permettrait de l'aménager au mieux des souhaits des associations et des riverains.
Car, en toute hypothèse, ce n'est l'intérêt de personne, ni le vôtre, ni celui des élus, ni celui de la Municipalité parisienne, que de créer un ensemble d'une telle importance sans avoir répondu à toutes les questions que pouvait se poser la population concernée.
(Applaudissements sur les bancs des groupes " Paris-Libertés " et " Rassemblement pour Paris ").
M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - Merci, Monsieur GOASGUEN.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAUC 35.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, Mme SCHNEITER s'étant abstenue. (1997, DAUC 35).